La Mediocrité de l’ORTM: a New Low

SVP regardez le JT du 13 Juin à partir de 23mn 40s sur le site www.ortm.ml.

C’est vraiment une honte nationale cette chaine:-)

Amadou Wane


Bonjour à tous,

Suite à l’incident en date du 13 juin durant le JT de l’ORTM, j’ai transféré ce matin le message de Amadou Wane à un responsable de la TV.

Ce dernier a envoyé dans l’immédiat des mots d’excuses que je vous transfère ci-dessous. Le dit responsable s’explique brièvement sur l’incident en question. Pour votre information, j’ai supprimé son adresse dans le message d’origine.

En espérant que les techniciens seront beaucoup plus vigilants.

Excellente fin de journée à toutes et à tous.

*****************************

Dr Ibrahim HAÏDARA
Psychologue
Docteur en Sciences sociales
MSc. Psychology
(Strasbourg, France)

De : …..
Date : 20 juin 2016 à 13:53
Objet : Re: Journal TV du 13 juin
À : Ibrahim HAÏDARA

Salut Ibrahim,
merci beaucoup pour la remarque. Effectivement, il y a eu cet incident quand le présentateur a voulu communiquer avec le chef d’édition (qui se trouve au niveau de la régie), et le technicien du son n’avait pas fermé son micro… nous en sommes très désolés.
Nous avons adressé une mise en garde au technicien.
Tu sais, ce sont des choses qui arrivent quand on est en direct. Il y a deux à trois semaines c’est arrivé à David Pujadas qui présente le 20h de France 2. Il s’était même emporté, et c’est passé à l’antenne.
Nous présentons nos excuses, mais sachez que ce sont les aléas du direct, ça peut arriver sur toutes les chaînes.
Bien à toi et aux amis

Signé
XXX

Le Lundi 20 juin 2016 10h25, Ibrahim HAÏDARA a écrit :

Bonjour XXX,

…..

D’autre part, les compatriotes sont bien frustrés et en colère par rapport au JT du 13 juin passé où un agent parlait dans son micro en plein Journal TV. Personne n’a pu l’interpeller tout de suite, ni après la grosse gaffe. Il ‘y a pas eu d’excuses non plus dans le journal suivant. On se demande comment cela est possible et j’ai promis à la Communauté malienne (Diaspora intellectuelle) de contacter un responsable pour avoir son avis. Je n’ai pas donné ton nom et souhaite avoir un retour de ta part sur cet incident qui terni l’image de l’ORTM qui n’est pas déjà fameuse à l’étranger.

Dans l’attente d’éclaircissements de ta part,

XXXX

Cordialement, / Mit freundlichen Grüßen / Kind regards,
_______________________
Dr Ibrahim HAÏDARA (Strasbourg, France)


Une mésaventure arrivée à un présentateur au Sénégal il y a quelques années :

“Etre journaliste dans les médias d’Etat suppose une totale compromission, une adhésion à la politique du gouvernement qu’il ne faut pas remettre en question. Cette règle doit être observée pour quiconque veut garder son travail, évoluer dans la profession, sous peine de sanctions immédiates.

Cela fut le cas pour un journaliste présentateur du journal télévisé de 20 heures dans les années 1980. Au Sénégal, la règle veut que le journal télévisé commence par une lecture de la feuille d’audience du chef de l’Etat. C’est une occasion de rappeler les activités du Président avec une présentation des audiences accordées à diverses personnalités. Après avoir observé la sacro-sainte règle d’usage, le présentateur eut l’outrecuidance d’introduire les autres titres du journal par la phrase suivante : « passons maintenant aux choses sérieuses ».

Du côté de la Présidence on prit mal cet affront, c’était comme si les activités du chef de l’Etat étaient d’importance moindre et ne devaient pas toujours faire les premiers titres du journal télévisé. L’issue de cette affaire était prévisible, le journaliste fut immédiatement démis de ses fonctions de présentateur. Il n’a pas été « viré », mais rétrogradé dans d’autres services de la RTS où il n’eut plus l’occasion d’afficher ouvertement « sa position » anti-gouvernementale. C’était du temps du régime du PS (au pouvoir entre 1960 et 2000), les pratiques de l’actuel gouvernement semblent avoir épousé la même logique. En août 2002, Matar Sylla, nommé après l’alternance de 2000 a été démis de ses fonctions de directeur de la RTS par le président WADE. L’explication est simple, il lui serait reproché une gestion de la RTS non-conforme avec les exigences d’un pouvoir qui voudrait tout contrôler. ”

http://www.memoireonline.com/11/07/725/m_ethique-deontologie-regulation-presse-ecrite-senegal10.html

Stephane Bombote


Si je comprends bien, le reproche est bien moins sur l’incident que sur le fait que l’incident n’a donné lieu à une aucune réaction postérieure. Il n’y a pas eu d’excuses. Quand il y a un incident, on s’excuse quand on respecte le téléspectateur. Maintenant, l’incident a donné lieu à un autre incident. C’est le téléspectateur qui a imposé l’excuse!
Cordialement.

Amb. Ret. Mamadou Traoré


Bonjour,

Je me rappelle bien de cet épisode de la TV sénégalaise. J’y était lycéen à l’époque.

Le contexte : le journaliste avait parlé de choses sérieuses pour passer à l’actualité tchadienne en pleine guerre avec la Libye, donc très chaude à l’époque.
Ironie du sort : on ne l’a pas rétrogradé mais plutôt affecté à la présidence de République pour couvrir les audiences du Chef de l’Etat.

Hammou HAÏDARA
Blog : http://www.hammouhaidara.com


Tout à fait M. Traoré.

C’est ce que j’ai rétorqué dans un second e-Mail à mon ami de l’ORTM en lui disant qu’il fallait tout au moins des excuses aux millions de téléspectateurs qui sont au Mali et à travers le monde. Excuses dont nous sommes les seuls destinataires, par privilège, aurais-je dit!

Restons aux aguets….A l’ORTM, ils se souviendront de la Diaspora malienne et des amis du Mali!

Bonne rupture à ceux qui jeûnent.

Ibrahim Haidara