Le Numérique dans l’Espace Universitaire: Une Foutaise du Gouvernement

C’est de la vraie foutaise tout ça.

Comment peut-ton dépenser l’argent du contribuable sur une telle réunion quand on sait qu’ aucune université au Mali n’a une connexion internet ni pour les étudiants ni pour les professeurs?

Ça fait des années qu’on nous rabâche les même rhétoriques, et dépense des millions, mais hélas, rien de concret.

C’est vraiment décevant.

L’autre jour j’écoutais le ministre de l’enseignement supérieur parler du numérique dans les universités; je me demandais est-ce qu’il sait vraiment de quoi il parle. Est-il vraiment au courant de l’état des lieux?

De quoi ces gens là vont parler à Koulouba?

Screenshot 2016-06-17 05.50.50

Amadou Wane


Bonjour Monsieur Wane.
Je crois l’objet de ladite réunion est clair. Il s’agit pour les Ministres en question de mener la réflexion sur les “conditions du financement du numérique dans l’espace universitaire francophone”. Je ne pense pas qu’il soit condamnable de se réunir et de discuter d’une telle question importante. La pauvreté est transversale, et à ce titre toutes les voies de sortie de crise doivent être explorées avant la mise en œuvre des actions retenues. C’est ainsi que l’on peut se mettre sur les rails du développement. Moi-même je suis actuellement à la CEDEAO à Abuja depuis 3 jours, pour discuter du problème de la recherche économique au Mali et dans la zone. Ensuite, je me mettrai au travail pour sortir un document qui va aider à comprendre la situation en termes clairs. Il ne s’agit donc pas de tout rejeter en bloc, et de ne faire aucune proposition. Entre autre, quand vous affirmez que l’internet n’existe dans aucune université du Mali, ni pour les professeurs, ni pour les étudiants, je pense que là aussi il y a d’édulcorer vos propos, et de vous renseigner. Cette affirmation n’est guère fondée, l’internet existe dans toutes ces structures. Je l’affirme en connaissance de cause. Par exemple, pour ce qui est du cas la FSEG, j’avais milité personnellement pour notre connexion et aussi pour l’acquisition d’ordinateurs quand j’étais Doyen. Ce fut fait, et je pense qu’il en de même pour toutes les facultés depuis quelques années déjà. Peut-être qu’il y a lieu d’augmenter le nombre de machines. Même là, ce n’est pas trop l’affaire des étudiants qui n’utilisent le net en général que pour visionner des films, et lesquels?
Salutations très sincères et cordiale estime.

Pr Abdrahamane SANOGO
Faculté des Sciences
Economiques et de Gestion ( FSEG)
Université de Bamako
Bamako, Mali


Bonjour Mr. Sanogo,

Dans la vie il y’ a un temps pour discuter/planifier et un temps pour mettre en pratique le plan. Au Mali nous sommes toujours entrain de discuter et tourner en rond.

Une fois de plus on renforce une mentalité de mendicité. Qu’est-ce que la Francophonie (un outil politique) à avoir dans ça.

Le Mali peut faire appel à n’importe quelle compagnie dans le monde pour l’assister à mettre en œuvre son programme de numérisation.

“Entre autre, quand vous affirmez que l’internet n’existe dans aucune université du Mali, ni pour les professeurs, ni pour les étudiants, je pense que là aussi il y a d’édulcorer vos propos, et de vous renseigner.”__Sanogo

Je laisse le soin aux professeurs sur Malilink de vous répondre.

“Peut-être qu’il y a lieu d’augmenter le nombre de machines. Même là, ce n’est pas trop l’affaire des étudiants qui n’utilisent le net en général que pour visionner des films, et lesquels?”__Sanogo

Vous pensez donc que ceux qui sont sensés être le future du pays n’ont guère besoin d’accès à un outil pédagogique parce que un nombre d’entre eux visitent des sites pornographiques? C’est un peu extrême pensez vous pas?

Amadou O. Wane


Bjr chers amis du Mali!

Je suis ambitieux et rêveur de voir mon ECOLE comme la meilleure en Afrique et dans le monde entier.
Je ne comprends pas tout de même les fuites en avant dans l’adhésion aux choses groupées sans en avoir les préalables !
Les ressources humaines manquent au Mali.
Les infrastructures sont très insuffisantes au Mali.
La Gouvernance est faible.
Alors pourquoi toujours les cérémonies festives irréalisable chez moi?

Les enseignants et apprenants n’ont pas et ne maitrisent pas l’ordinateur. Comment réussir ce qui est dit?

Dr BA Mamadou PhD
Chargé des revendications du SNESUP


Merci Mamoudou Ba !

Je dois d’ autre part noter que la recherche économique n’ a rien à faire avec le numérique dans l’ Espace Universitaire:

1. La recherche économique peut se faire en dehors de l’ Espace Universitaire.

2. Le numérique ne peut en aucun cas remplacer le devoir de réfléchir profondement sur des stratégies et des concepts. A la rigueur le numérique est un outil qui pourrait appuyer la réalisation des stratégies et des concepts. Strictement vu, quelques cahiers peuvent suffir pour documenter ce qui est dit, ce qui est calculé et ce qui est mis en relation avec d’ autres choses.

Bien cordialement

M. Diagayété


On peut vérifier facilement que la francophonie n’est plus seulement politique. Elle est également éducation (bourses, appui et conseil techniques, financements divers…), technologique/technique, économique, culturelle…
Oui, il faut combattre la mentalité de mendicité; on peut le faire en acceptant l’aide, dont on a vraiment besoin maintenant, et travailler à changer les mentalités et à améliorer la gouvernance. On pourra se taper la poitrine plus tard…
Je suis de ceux qui sont ulcérés de constater qu’à présent des étudiants maliens sortent de l’université sans savoir utiliser l’outil informatique. Insuffisances des infrastructures et équipements, insuffisances/incompétence de beaucoup d’enseignants…font partie des causes.
Une réunion de plus ne fera pas plus de mal. La volonté politique et l’argent sont les clés pour s’ouvrir la voie du progrès dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres.

Salihou Guiro, consultant
Commerce, Logistique & Transport