Fonctionnaires Fictifs

Beaucoup de questions à se poser… Je résume une partie de l’article ci-dessous.

Selon une source au ministère des finances, les employés fictifs étaient pour la plupart des travailleurs qui sont décédés ou ont quitté la fonction publique. Les poursuites judiciaires pourraient suivre mais pour le moment la priorité est de recouvrer l’argent volé.

Depuis quand ces emplois fictifs ont été décelés?
Il y a eu un contrôle physique en fin 2014 (Octobre-Decembre, si je ne trompe pas); les employés devaient se présenter avec des pièces justificatives pour pourvoir réclamer leurs salaires. La découverte de ces 13000 “fictifs” remonte-t-elle à ce contrôle ou pas? Sinon, comment ont-ils été décelés?

Qui percevait les salaires?
Forcément quelqu’un touchait ces salaires; il y a des comptes en banques qui recevaient les salaires. Si ce sont les fictifs eux-même alors il ne faut pas perdre une minute, ils doivent rembourser, quitte à saisir leurs biens. Si il s’agit d’autres personnes, alors il faut remonter la source de cette mafia. Exposer les manières et méthodes sont les seules garanties pour que ça ne recommence pas.

Comment renforcer les contrôles?
Le traitement des salaires n’est-il pas informatisé? Il me semble que ça ne devrait pas être impossible de réduire ce problème de façon drastique. 13.000 fictifs veut dire que quelqu’un dormait aux commandes, était complice et/ou ne disposait pas de leviers de contrôle suffisants ou adéquats. C’est quand même bizarre.

A. Karim Sylla
______

Mali aims to save $50 million by striking 13,000 ‘ghost’ workers off payroll
August 14 2016 | Reuters

(This Aug 13 story corrects ministry to public service in paragraph five)

Mali, one of the world’s poorest countries, has identified 13,000 fictitious workers on the state payroll who had cost a total of 30 billion CFA francs ($50 million), according to the information minister.

A source in the West African state’s finance ministry told Reuters on Saturday these were mostly workers who had either died or left to go and work for international organizations. The source added that prosecutions could follow, but for the moment the priority was to get stolen money repaid.

The landlocked desert nation and an important gold exporter, Mali has suffered from endemic corruption and instability over the years, and more lately from multiple insurrections by Islamist groups in the north, as well as infighting between armed factions.

Information Minister Mountaga Tall made the comments about bogus state employees on state TV and radio late on Friday.

“The minister (of public service) conducted a physical control combined with paying in cash … (and) detected about 13,000 staff that were either fictitious or irregular,” he said.

“The savings that can be made if all measures are taken … will be around 30 billion CFA francs,” Tall added. He did not give a breakdown of the figure. The source at the finance ministry also could not provide such details.

Investigating and striking off ghost workers are among the requirements of Mali’s program with the IMF.

(Reporting by Tiemoko Diallo; writing by Tim Cocks; editing by Mark Heinrich)


Bonsoir a tous !
Karim-En reponse a la 1ere partie de ton commentaire:

“Depuis quand ces emplois fictifs ont été décelés?
Il y a eu un contrôle physique en fin 2014 (Octobre-Decembre, si je ne trompe pas); les employés devaient se présenter avec des pièces justificatives pour pourvoir réclamer leurs salaires. La découverte de ces 13000 “fictifs” remonte-t-elle à ce contrôle ou pas? Sinon, comment ont-ils été décelés?”

Oui, sur la base d’un document que j’ai lu, cette decouverte remonte effectivement au controle physique de fin 2014 engagé par Mara quand il etait PM.
Le meme document indique que le rapport final de ce controle physique a été déposé depuis Juin/Juillet 2015, et voila que plus d’un an apres on continue, encore, a en parler si vaguement (au lieu d’agir) au niveau officiel. Ainsi donc, le Mali a perdu une année et 30 milliards qui auraient pu aider a investir dans beaucoup d’infrastructures ou acheter beaucoup d’autres choses (y compris, pour coller a l’actualite securitaire, 1, 2, ou meme 3 hélicoptères de combat).
Mais, il est vrai, comme a coutume de le dire le sage de Bandiagara “mieux vaut tard que jamais”.
Bonne soiree a tou(te)s !

Talatou


Pour recouvrer cet argent, il est absolument nécesssaire de répondre aux deux premières questions.
Or sans poursuite judiciaire et preuve, on ne peut pas faire rembourser ces sommes distribuées par des “fictifs” undecided.

Informatisé ???money-mouth

Prfffff !!!! Ce pays !!!!!

Depuis 1960 iols ne font que parler et mimer le modernisme.

Troisième question (issue) n’ est pas certainement aussi à résoudre.

Bien cordialement

M. Diagayété


Je croyais que le crédo était que le Mali est un pays social ……
Il faut faire le détail entre ceux qui nourrissent simplement leur famille et ceux qui en ont fait une source d’enrichissement illicite b-) 😉
Il y a bien ceux définis comme non intégrables pat Tatam Ly qui ont été intégrés non ?
Il y a les 263 mais c’est 22.567 fonctionnaires illégalement recrutés qui sont payés.
Qui sera sanctionné ?
Cordialement.

Amb. Ret. Mamadou Traoré


Merci pour l’info Talatou.

Au fait, combien d’employés travaillent dans la fonction publique?

Si on arrête cette saignée ce sera la plus grosse injection d’argent dans les caisses de l’état. Ça doit faire au moins 10% de l’aide budgétaire que le Mali reçoit.

Je ne sais pas comment l’incidence financière (30 mld CFA) sur le budget a été calculé; est ce que ça inclus par exemple les cotisations INPS?

A. Karim Sylla


On dirait que les choses commencent à évoluer. L’information est à confirmer, mais il semblerait que le Ministère de la Justice et des Droits de l’homme ait saisi le Procureur de la République près le la Cour d’appel de Bamako, comme le rapporte un journaliste habitué des couloirs des tribunaux. “Dans le cadre de l’affaire des 13 milles agents fictifs se trouvant actuellement dans la fonction publique malienne, le ministre de la justice a instruit au procureur général près la Cour d’appel de Bamako, l’ouverture d’une information judiciaire.
Il faut noter que ces agents coûtent à notre trésor plus de 30 milliards de fcfa de quoi construire des écoles et hôpitaux. ” Abdoulaye Koné, Journal Le Procès-verbal.

Amadou Salifou GUINDO,
Doctorant Sciences du Langage
DIPRALANG EA739
Montpellier 3