Attaque à Banamba

Localité située à peu près 145 kms de Bamako dans la region de Koulikoro, Banamba a fait l’objet d’attaques ciblées. C’était hier soir aux environs de 21 heures.
D’abord une caisse d’épargne ensuite la Gendarmerie puis le camp de garde abritant la prison civile ont été les cibles de ces assaillants non identifiés.
Un nombre élevé de prisonniers ont été libéré nous dit un témoin.
Selon certaines sources, ils étaient une dizaine a bord d’un pick up tous turbannés.
Décidément après Sanankoroba, Bamako, Banamba on ne fait plus qu’elle destination vont prendre ces malfrats entre temps le Ministere de la Sécurité en en pleine concertation pour un nouveau dispositif sécuritaire.

Touré


Le PR a quitté Bamako tard dans la matinée; après que les détails de l’attaque étaient disponibles. Le sens de responsabilité aurait demandé qu’il restasse à Bamako pour tirer au clair ce qui se passe. Il y a vraisemblablement un groupe qui s’organise en créant un trésor de guerre — il est difficile de ne pas faire un lien entre les récentes attaques à Bamako, Sanankoroba et cette dernière à Banamba.

Les ambassades étrangères ont en tout cas alerté leurs citoyens.

Mais il faut voir dans ce voyage inopportun le signe avant-coureur de la réalité qu’IBK lui même a compris; il est incapable de gérer cette crise. Si ça chauffe il s’envolera dans son Boeing pour laisser les Maliens se débrouiller. Il est dépassé par les problèmes de l’armée, et n’a aucune stratégie de sortie de crise. Les premiers à avoir compris cela sont les soldats eux-même; ils sont en mode “repli tactique”.

L’opposition politique devrait prendre d’assaut les radios locales et réclamer son retour immédiat.

______________________
A. Karim Sylla


Bonsoir Karim et chers forumistes

Nous assistons impuissants à la détérioration de la sécurité sur l’ensemble du territoire malien.

L’agacement est palpable même du côté de l’oncle gaulois, le tout puissant gendarme JY Ledrian qui n’a pas mis de gants pour fustiger la situation au Mali.

Certes Ledrian et nous n’avons pas les mêmes intérêts du point de vue sécuritaire, mais l’alerte de la France prouve à suffisance que personne n’est à l’abri.

Le président IBK n’a de toute évidence ni une stratégie sécuritaire, ni les moyens encore moins les femmes et hommes pour renverser la tendance au cours de son mandat pour honorer les engagements et les promesses de campagne du candidat IBK.

Nous allons continuer et pendant longtemps encore à avaler la pilule amère de l’engagement de la France sur le sol malien depuis un certain 11 janvier 2013.

Oui pas la peine de remuer le couteau dans la plaie du Mali, mais tant que nous n’extirpions la pue de la plaie, cette dernière ne se cicatrisera jamais.

Le destin du Mali n’est pas dans le protectionnisme du gendarme français, mais bien en nous.

Si nous voulions remettre debout le Mali, il nous faut se sacrifier: être prêt a mourir dignement.

Le Vietnam de Hoché Min était venu à bout et de la France et des USA, pourquoi pas nous. Nous n’avons pas d’autre choix : ou bien mourir pour renaitre ou bien mourir dans l’humiliation.

IBK à la lourde responsabilité de tirer les conséquences justes:

1: mise en place d’un gouvernement de combat resserré de 15 femmes et hommes, autour d’un premier Ministre, énergique, volontariste prêt à mourir pour la patrie, avec pour seule mission: mettre debout le Mali pendant les deux dernières années de IBK.

2: Engagement solennel de IBK devant le peuple à ne pas se représenter en 2018 a la présidentielle

3: organisation d’une conférence nationale inclusive débouchant sur une nouvelle constitution, une nouvelle république dans laquelle on prendra en compte la dimension accord de paix et non accord pour la paix.

Le Mali est à refaire, à refonder et pour ce faire aucun sacrifice ne sera de trop.

Yachim MAIGA
Kinshasa, République Démocratique du Congo


Le destin du Mali n’est pas dans le protectionnisme du gendarme français, mais bien en nous. Si nous voulions remettre debout le Mali, il nous faut se sacrifier: être prêt a mourir dignement._Yachim

Je doute de l’existence de cette volonté de mourir dignement chez nous actuellement, ceux qui ont opté pour donner leur vie au nom de la défense du pays ont compris de manière en laissant tenue et équipements à l’ennémi.et surtout les infos qui circulent n’incitent pas.

Des infos démenties par le Fils national_deputé Katio lui attribuerait l’achat de maison à 4 milliards à Dubai.

Salutations meilleures

Balata


Source: Chef de la cellule Communication du MSPC.

Incursion d’hommes armés dans la ville de Banamba aux environs de 0h30. Assaillants à bord de 3 vehicules en povenance du secteur de Nara , ont successivement attaqué la BDM et la prison avant de liberer les prisonniers . Trois vehicules ont été emportés. Investigations en cours.

Touré


Venus à bord de 3 véhicules et répartis avec 6 sans oublier la BDM brulee. Banamba est à moins de 200 km de Bko et 80 de Kkoro centre de formation des Famas.
Belle moisson non pour eux

Salutations meilleures

Balata


Possible votre analyse, mais appelons comme vous l’avez dit le chat par son nom. Souhaitions nous que pour tout acte d’attaques ou de banditisme que le PR se rende sur place?
Les relations internationales comptent aussi pour un pays comme le Mali en proie a une crise multi dimensionnelle .
Vous l’avez mentionné que la visite demeure officielle lors attendons le communiqué de presse à l’issu de l visite.
Chers forumistes, je pense que la situation mérite une grande réflexion et de solutions conséquentes, d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens, ensuite sensibilise le citoyens sur son rôle dans le système de sécurisation et enfin que le citoyen joue à fond sa partition.
Aucun système sécurité ne sera fiable sans l’implication du citoyen lui même.

Touré


Le PR ne peut pas se rendre partout où un Malien est attaqué – c’est clair. Et ce n’est pas ce qu’on demande non plus. Mais quand ton pays est en proie à de grandes difficultés, tu arrêtes de déléguer et reprends les choses en main. Voilà ce pour quoi IBK a été élu — pas pour être abonné absent.

______________________
A. Karim Sylla


Bonsoir chers tous

“Possible votre analyse, mais appelons comme vous l’avez dit le chat par son nom. Souhaitions nous que pour tout acte d’attaques ou de banditisme que le PR se rende sur place?

“Chers forumistes,
je pense que la situation mérite une grande réflexion et de solutions conséquentes, d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens, ensuite sensibilise le citoyens sur son rôle dans le système de sécurisation et enfin que le citoyen joue à fond sa partition.
Aucun système sécurité ne sera fiable sans l’implication du citoyen lui même”_Touré.

Il y a donc des actions à mener. Je vais les lister et tenter de dire qui en est responsable “en premier chef”.

1. d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens ; Responsable en premier : gouvernement/chef de l’état, assemblée nationale, HCC

2. ensuite sensibiliser le citoyen sur son rôle dans le système de sécurisation ; Responsable en premier : gouvernement/chef de l’état, assemblée nationale, HCC.

3. enfin que le citoyen joue à fond sa partition. Donc après les points 1 et 2.

Au regard de vos propositions/réflexions, il est donc entendu que c’est le gouvernement/chef de l’état qui ne font pas leur bouleau jusque là. Et c’est ça le reproche principal qui leur est fait. “Diriger le pays; faire espérer les citoyens; leur montrer le chemin).

Cordialement.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Sincèrement Chouaibou j’apprécie votre approche et suis en parti d’accord avec vous.
Je propose l’organisation de concertations de deux jours sur la sécurité et nous allons invité en plus de la société civile les différentes institutions que vous avez énuméré.
A la sortie de ces concertations nous allons remettre aux Ministres de la Sécurité et de la Défense nos conclusions.
Ensuite nous allons procédé à une série de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire.
Si l’idée vous convient ……, nous allons ensemble mettre sur pied une commission restreinte d’organisation
Sincerely

Touré H.