Accord de Réadmission UE-Mali

Je suis convaincu maintenant que le Mali s’est engagé dans un processus (accord, engagement, etc.) pour faire réadmettre en son sein ses fils qui sont situations irrégulières en Europe. Le fameux démenti est plus clair que le communiqué initial. Au contraire, dans le « fameux démenti », il n’y a pas de passage qui fait allusion que le communiqué initial de l’EU était faux.

Le communiqué du fameux démenti précise que c’est un processus qui a débuté depuis avril 2016 et que la partie « Union Européenne » est satisfaite de certains résultats et s’engage à donner des fonds au Mali ! En contrepartie, le Mali s’engage à lutter et à respecter certaines mesures notamment la réadmission de ses fils en situation irrégulière dans les pays européens.

Les deux parties (l’UE et le Mali) ont décidé d’évaluer les progrès enregistrés (en fonction de leur accord ou engagement) en septembre 2017.

En résumé, l’EU donnera des fonds au Mali, et ce dernier prendra des mesures pour lutter contre la migration irrégulière et acceptera « officiellement » le refoulement des Maliens en situation irrégulière en Europe.

C’est vraiment pathétique. Un gouvernement peut être faible, mais il ne faut pas qu’il se mette à plat ventre devant n’importe quelle pression.

Barou Sam


Bonsoir,
Ce que moi je ne comprend pas pourquoi les gens veulent rester dans les pays d’autrui sans autorisation? Ils bafouent de la sorte l’image du malien en vivant comme des gens sans patrie, dans des conditions humiliantes.
Rentrez à la maison en toute dignité. La pauvreté vaut mieux que le manque de dignité. Même le charbonier est maître chez lui.
Je ne comprend pas non plus que des intellectuels defendent l’idée de ”non-rapatriement” des migrants illégaux. Peut-être qu’il y’a quelque chose que je ne comprend pas.
Bonne soirée à tous!

Aliou Moussa


Bonsoir Moussa Aliou !

Moi je trouve ta question légitime. Il faut la discuter, mais en dépassant les subjectivités comme “dignité”, “image”, etc.

Il y a déjà presque une semaine que la discussion se mène. J’ ai donné mes réflexions.Peut-être que tu les a pas lues. Je les reprends ci-dessous en donnant ma réponse à deux messages citant littéralement le communiqué, les accords. La désignation importe peu. Dans tous les cas, l’ EU forte comme elle est vis-à-vis des pays africains, en l’ occurrence vis-à-vis du Mali, fera appliquer le contenu que l’ on discute exactement comme elle l’ entend.

Je m’ excuse déjà de te demander un long message.

Bien cordialement

M. Diagayété


They have no shame!

Cette fois-ci les maliens ne seront pas les dindons de la farce. On verra bien quand les premiers refoulés atterrirons à Senou.

Tôt ou tard la vérité les rattrapera.

We shall see…

Amadou O. Wane


Bonjour chers Malilinkers,

Voici la publication d’avril 2016 sur le site de l’Ambassade du Royaume des Pays Bas :

1) Extrait : “Ces derniers jours, Bert Koenders a conclu au nom de l’UE des accords avec le Mali, le Ghana et la Côte d’Ivoire concernant la migration. Il est convenu avec des représentants de ces trois pays de mesures qui devront cette année encore mener à des résultats concrets en matière de migration illégale en provenance d’Afrique occidentale. « Toutes ces rencontres ont été constructives », a déclaré Bert Koenders. « Nous nous inquiétons tous du sort de ces nombreux jeunes qui tentent la traversée du désert ou de la mer au risque de leur vie. Nos accords scellent le principe de réadmission des personnes en séjour irrégulier dans leur pays d’origine. »

2) Pour lire la publication complète du 18 avril 2016 : “Les accords entre divers pays d’Afrique occidentale et l’UE doivent aboutir cette année encore à des résultats” :
http://lemali.nlambassade.org/…/les-accords-entre-divers-pa…

3) Pour lire le communiqué conjoint UE / Côte d’ivoire 17 avril 2016 : https://www.eu2016.nl/…/publ…/2016/04/17/communique-conjoint
​Très cordialement

Françoise​


À Bamako, les radios parlent sans arrêt de cet accord et/ou communiqué entre le Mali et l’Union Européenne. Le gouvernement n’a ménagé aucun effort pour défendre sa position: il n’y a pas eu d’accord; on a juste signé un simple communiqué.

Les ministres Diop, Sylla et Tall n’ont pas arrêté d’expliquer l’inexplicable. Le PR lui même est monté au créneau; il a assisté à la célébration du Maouloud organisé par Haidara et y a évoqué cette situation: on n’a rien signé. Il faut dire que les gens ont été très remontés par cette histoire — l’accord, dit-on, disait qu’IBK lui même allait envoyer des policiers maliens aller en Europe pour cueillir les migrants en situation irrégulière. En tout cas, c’est comme cela que ça a été compris par certains. IBK a meme été copieusement insulté; l’immigration n’est pas une blague au Mali.

En tout cas tout a été fait pour passer le message du gouvernement. Selon un interlocuteur d’une radio à Bamako, dès que les ministres se mettent à parler en bambara alors c’est que la situation est grave — selon lui quand ils parlent français c’est fait exprès pour que le peuple ne comprenne pas.

Pourtant le site du ministère des affaires étrangères de la Hollande continue d’exhiber la déclaration qui sème le doute.

https://www.government.nl/ministries/ministry-of-foreign-affairs/news/2016/12/11/koenders-concludes-migrant-return-agreement-with-mali-for-eu

Le document (que je traduit ici) dit ceci:
M. Koenders a signé un communiqué conjoint dans la capitale malienne sur l’approfondissement du partenariat sur la migration entre l’UE et le Mali. C’est la première fois que l’UE a adopté des accords spécifiques avec un pays africain sur le retour des demandeurs d’asile déboutés.

Le document n’est pas précis et franchement mal écrit — il y a même une faute de frappe au début. Mais il ressort clairement que Koenders pense avoir trouvé (au minimum) un accord de principe — qui va au delà de la simple discussion.

Il est possible que deux personnes discutent et sortent avec deux compréhensions différentes. Diop dit qu’il n’y a pas eu d’accord; il faut le croire — il pense simplement avoir eu une discussion (sans plus). Il a peut-être exploré des solutions sans promettre quoi que ce soit.

Mais pour que Koenders pense qu’il y a eu un accord de principe, il y a deux possibilités: ou bien Koenders ment ou bien Diop a manqué de fermeté dans ses discussions. Dans les deux cas, j’espère que les diplomates Maliens auront appris quelque chose.

______________________
A. Karim Sylla


Bonjour Sylla,
Bonjour à tous,
Merci pour le point clair et intelligible sur cet imbroglio diplomatico-honteuse. Juste quelques remarques :

1. Au lieu de se donner tant de peine pour essayer de nous convaincre qu’il n’y a pas eu d’accord (avec une maladresse et des confusions terribles pour des responsables politiques), pourquoi ne pas (en respectant le parallélisme des formes) faire un communiqué commun, une déclaration commune, une apparition publique commune avec des représentants de l’U.E. notamment en la personne de Monsieur Koenders pour nous dire exactement ce qui se passe; et nous dire le cas échéant, qu’il n’y a pas eu d’accord même de principe. Cette démonstration à deux voix mettrait fin aux spéculations et autres procès d’intention. Ce ne doit pas être compliqué à mettre en place , vu l’importance du sujet et la facilité de déplacement de nos dirigeants

2. Par ailleurs, j’ai cru comprendre que Maître Konaté, notre Garde des Sceaux a participé es qualité aux échanges avec l’U.E. Est-ce vrai ? Si oui, tout en étant solidaire du gouvernement, il pourrait nous affranchir. J’accorde encore personnellement crédit à ses propos. Il connaît plus que d’autre le sens, l’importance et le poids des mots.

3. Pour ceux qui ont suivi les précédents épisodes de ce sujet du temps de Sarkozy-Hortefeux/ATT, il y a lieu de se méfier sincèrement. Et d’être exigeant sur la vérité. Ne pas se contenter des incantations inutiles de nos Ministres qui jouent sur les mots : communiqué, accord, accord de principe, avancée… Que le Ministre Diop (ou mieux le Président) nous dise clairement si oui ou non on peut accéder à la demande (bien connue et précise) des pays de l’U.E. En étant clair : que demande l’UE ?, quelle est notre réponse ?. Sinon, c’est le flou. Et quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup.

4. Monsieur Sylla vous dites : “ou bien Koenders ment ou bien Diop a manqué de fermeté dans ses discussions”. On peut dire aussi “ou bien Koenders ment ou bien Diop MENT”. On sait que Monsieur Diop manque de fermeté dans les négociations souvent par impréparation ou incompétence (accords d’Alger entre autres). Si en plus il peut être convaincu de mensonge !!!

Bon courage à tous.

Issa Diawara


Diawara, je pense qu’il serait effectivement utile qu’au lieu de tourner autour du pot le gouvernement malien devrait lever toute équivoque et annoncer clairement/officiellement sa position: LE MALI NE NÉGOCIERA JAMAIS POUR RAPATRIER OU COLLABORER AU RAPATRIEMENT DE QUI QUE CE SOIT.

Si le président le dit aussi clairement (l’occasion la plus proche est son message à la nation dans 10 jours) alors cela lèvera le doute. ATT a été très ferme sur ce sujet; IBK ne doit pas louvoyer.

À mon avis, la discussion doit être centrée sur les départs (comment les éviter); et franchement cela doit être notre problème, pas celui des Européens. Nous devons élaborer clairement une politique dans ce sens. Quand on accepte que des gamins soient dans les rues aux heures d’école alors quelque part il y’a une démission collective.

________________________
Karim Sylla


Bonjour à Tous,

Je propose un autre point de vue sur cette question importante de notre diaspora en Europe et particulièrement en France.

Faut il nécessairement s’opposer à un accord sur cette problématique ?
Je soutiens que NON.

Notre intérêt ne peux pas justifier dans le long terme la multiplication d’illégaux en territoire européen.
D’une part, il n’y a aucune nécessité d’un accord pour les autorités Européennes pour rapatrier/refouler des illégaux actuellement sur leur territoire. Si jusqu’alors, aucune action véritablement massive n’a vu le jour c’est tout autant pour des raisons politiques et des difficultés pratiques.
D’autre part, j’estime que c’est contreproductif car compatriotes régulièrement installées contribuent pour la part la plus importante de ressources collectées et transférées au Mali. Un accord permettant une meilleure intégration de cette diaspora sera de nature à apaiser un climat de stigmatisation que l’on ne peut plus nier.

Je pense qu’il faut anticiper sur cette question et ne pas attendre qu’un changement politique majeur ou un évènement médiatique inattendu, ne conduise les européens (ou autres pays) à une décision de traiter sans ménagement la question des illégaux et de nous faire tomber le ciel sur notre tête.

Mon sentiment est que le Gouvernement du Mali essaie tant bien que mal de traiter la question.
Certes, rien n’a été signé d’irrévocable ou a caractère définitif, mais nous sommes bien inscrit dans le processus de la Valette. Difficile cependant de nos jours d’avancer masqué …

Je reste persuadé que le courage se situe du côté de ceux qui travaillerons au meilleur accord possible entre les parties et pas nécessairement du côté de ceux qui refuseront de “signer” par posture ou fierté.

Bien à vous,

Demba DIALLO
Libreville


Bonjour Monsieur Diallo,
Si vous permettez, ce n’est pas un point de vue sur la question en discussion que vous émettez, mais un autre aspect du problème que vous abordé au début de votre post.
Actuellement, nous voulons simplement savoir si oui ou non le gouvernement malien a signé un accord avec des représentants de l’U.E ou d’un État de l’U.E sur les problèmes que pose l’immigration des maliens. Qu’on réponde d’abord à cette question. Pour l’instant, on ne s’oppose pas à un accord. D’autant plus que justement on ne sait pas si accord il y a eu et on n’en connaît encore moins le contenu.
La réponse certaine, crédible avec preuve à cette question en amènera certainement d’autres : l’objet précis de l’accord, les mesures prises, le contenu, les contreparties et garanties…
Pour intervenir sur d’autres aspects que vous abordez :
“il n’y a aucune nécessité d’un accord pour les autorités Européennes pour rapatrier/refouler des illégaux actuellement sur leur territoire” : si, il faut un accord pour bien gérer ces questions de façon civilisée et digne.
“ceux qui refuseront de “signer” par posture ou fierté.” : on ne refuse pas de signer . Au contraire. Mais on veut d’abord savoir s’il y a eu signature, et ensuite on demandera à savoir ce qui a été signé.
Croyez-moi, cette question est très importante : pour ceux qui vivent dans ces pays, pour les leurs qui vivent au Mali ou ailleurs, pour l’Etat malien et pour notre dignité à tous. Il faut vivre là (en France notamment) pour prendre pleinement conscience de ces aspects et de bien d’autres encore qui y sont liés ou en dépendent.

Bon courage à tous.

Issa Diawara


Bonjour à Tous,

Je propose un autre point de vue sur cette question importante de notre diaspora en Europe et particulièrement en France.

Faut il nécessairement s’opposer à un accord sur cette problématique ?
Je soutiens que NON.

Notre intérêt ne peux pas justifier dans le long terme la multiplication d’illégaux en territoire européen.
D’une part, il n’y a aucune nécessité d’un accord pour les autorités Européennes pour rapatrier/refouler des illégaux actuellement sur leur territoire. Si jusqu’alors, aucune action véritablement massive n’a vu le jour c’est tout autant pour des raisons politiques et des difficultés pratiques.
D’autre part, j’estime que c’est contreproductif car compatriotes régulièrement installées contribuent pour la part la plus importante de ressources collectées et transférées au Mali. Un accord permettant une meilleure intégration de cette diaspora sera de nature à apaiser un climat de stigmatisation que l’on ne peut plus nier.

Je pense qu’il faut anticiper sur cette question et ne pas attendre qu’un changement politique majeur ou un évènement médiatique inattendu, ne conduise les européens (ou autres pays) à une décision de traiter sans ménagement la question des illégaux et de nous faire tomber le ciel sur notre tête.

Mon sentiment est que le Gouvernement du Mali essaie tant bien que mal de traiter la question.
Certes, rien n’a été signé d’irrévocable ou a caractère définitif, mais nous sommes bien inscrit dans le processus de la Valette. Difficile cependant de nos jours d’avancer masqué …

Je reste persuadé que le courage se situe du côté de ceux qui travaillerons au meilleur accord possible entre les parties et pas nécessairement du côté de ceux qui refuseront de “signer” par posture ou fierté.

Bien à vous,

Demba DIALLO
Libreville


Monsieur Demba Diallo.
Les européens ont besoin d’un accord pour pouvoir refouler les illégaux. Tant que la personne n’a pas de pièce pour l’identifier et qu’il y a pas de pays prêt a l’accueillir on ne peut pas le refouler. Je vous raconter l’histoire d’un malien que la police suédoise à amener pratiquement dans tous les pays de l’Afrique de l’Oust. Finalement les suédois ont payé une grande somme à la police française qui lui a amené au Sénégal. Une fois au Sénégal après avoir donné une bouteille de Vicky au patron (surement un musulman) de la police de frontière sénégalaise à l’aéroport de Dakar, le gars est acceptée au Sénégal. Le malien a refusé de quitter l’aéroport.
Tenez-vous bien le malien est resté à l’aéroport pendant 6 mois. Jusqu’au jour ou journaliste d’une radio privé s’est intéresser au gars et lui a demandé que ce qu’il faisait là. Son histoire était tellement intéressant que le journaliste lui a fait passe en directe sur les antennes de la radio. Le patron de la police de l’aéroport de Dakar a fait loge le malien dans son bureau pendant trois jours jusqu’à ce qu’il rencontre les policiers français qui lui avaient donné le malien. Les policiers étaient obliges d’amener le malien et par la suite l’envoyer en Suède.
Le malien a aujourd’hui le séjour et je connais d’autres histoires plus croustillantes sur des Burkinabé, Nigérians. Le policier qui a amené le malien en Guinée, Mali, Cote d’Ivoire et Liberia a fini par devenir le meilleur ami du malien et a présent ils se fréquentent.

Bonne soirée,

/Sénou.


Bonjour karim et tous,

Ca c’est le dialogue des sournois. Le gouvernement du Mali croit pouvoir dribbler l’UE pendant que l’UE croit pouvoir dribbler le gouvernement du Mali. Les deux parties parlent le meme langage dans le communiqué mais n’ont pas un objectif commun. Les gouvernements successifs du Mali depuis belle lurrette exploite cette question pour extriquer quelques miettes a l’EU et/ou aux etats membres de l’UE tout en respectant jusqu’a nos jours le droit naturel, economique et socio-culturel des maliens a la libre circulation.

On peut accorder le benefice du doute a Diop quand il dit que le gouvernement n’engagera jamais la chasse aux sorcieres aux maliens de la diaspora et nous livrer mains menottées a la police des frontieres de l’UE. Mais la confiance n’exclut pas le controle il faut supporter la Resistance!

Merci,

Bako


Explication bien claire de Broda Tounk/Sénou. Avant la carte Nina, il y avait les fameux projets d’état-civil, l’informatisation du fichier électoral, les discours ronflants mais vides sur “la république”, etc. etc. Derrière tous ces gros mots, il y a une réalité plus triste que masquent la paresse et la confusion des soit-disant intellectuels. Voilà pourquoi ceux qui conversent autour du thé à la menthe invitent à l’apprentissage – celui qui se fait en silence étant le plus effectif ! – de cette réalité à voir en face. Pour ceux qui ne l’ont pas suivi, le débat hier à l’Assemblée nationale sur la motion de censure contre le gouvernement sur cette question des migrants, le député Mamadou Hawa Gassama a produit une lettre de l’Ambassade du Mali en Allemagne aux maliens vivant là-bas les avisant précisemment de contrôles par une mission de fin novembre venant de Bko pour l’identification de maliens sans papiers. Les explications du ministre des affaires étrangères jouent simplement sur les mots au lieu de parler du fond d’une question aussi grave et importante pour les maliens qui fuient leur pays pour ne pas mourir de faim. Cela rappelle la réponse d’un fameux politicien à une accusation de corruption dont la défense était qu’il était ministre dans un gouvernement alors dirigé par l’actuel président. Pour la cas présent, le rideau de fumée est qu’on a signé un communiqué conjoint qui n’entraine pas d’obligation internationale. et quoi encore? I te djege fe I te bo koda la !

Diadié Alpha


“Pousse-pousse s’arrête au mur”. L’article est clair et il n’y a aucune ambiguïté.
Pour les Maliens, en general, la question d’immigration est plus importante que la question de souveraineté. C’est l’immigration qui fait nourrir des familles et c’est elle qui fait rouler l’économie Malienne. Le gouvernement doit cesser de mentir. Ce qui est sur le gouvernement a été coopératif sur la question de rapatriement avec l’EU. Comme le communiqué de l’EU le precise, c’est un processus qui a commencé depuis Avril 2016 et il va continuer avec une autre phase d’evaluation en Septembre 2017. Cette fois ci, il faut choisir entre l’argent facile de l’occident et la colère du peuple.
Barou Sam


Cette situation qui se décrit à Malte est similaire au cas de l’Allemagne dénoncé par le député Mamadou Hawa Gassama et que la conversation autour du thé à la menthe a rapporté plus tôt. Mais, le feu dans une case fermée laisse toujours sortir la fumée… L’incompétence et la cupidité ont allumé un feu dans notre case.

Diadié Alpha


Dans un autre fil sur le même sujet notre ami Issa Diawara disait que Diop avait peintre menti. Il semble qu’il avait raison.

La tromperie est en fait d’un niveau incroyable — le gouvernement n’a pas officiellement signé d’accord mais agit comme si il y avait un accord. Koenders avait donc raison. Il y avait au minima un “entendement” même si ce n’était pas un “accord dans le sens diplomatique” comme le dit la déclaration de l’ambassade des Pays-Bas.

Il n’y a pas d’accord “écrit” mais il faut croire qu’il y a eu un accord “verbal”.

C’est grave quand le PR et ses ministres mentent de façon éhontée. Les ministres Diop et Sylla doivent avoir honte. C’est maintenant que je comprend les propos du ministre Sylla qui disait que lui ne ment jamais sauf “quand il faut apaiser des situations difficiles comme des dangers à la nation”. Cela paraissait incongru quand il a dit ça pendant ses “explications” l’autre jour mais ça s’explique mieux maintenant.

Le “pays” est en danger.

______________________
A. Karim Sylla


“L’incompétence et la cupidité ont allumé un feu dans notre case.” Diadie Alpha.

Et voila qu’entre fumee et feu nous nous retrouvons entrain de formuler la priere, “au bout du petit matin”, que Dieu protege la “case sacree” du M******. Et pourtant Dieu lui-meme nous avait prevenus comme quoi il nous fallait/faut constamment veiller…
-Il est clair que depuis tres longtemps l’UE a commence a mettre l’accent sur la recherche de solutions au probleme des migrants dans les pays qui la composent.
-5 points sur les 5 points enumeres dans le document ci-dessous (datant du 11 Decembre 2016) portent sur les questions de migration. Le titre du document est aussi tres clair sur ses motivations.
– Ce document precise dans ses dernieres lignes qu’il y’aura une evaluation du “progres enregistre avant Septembre 2017”. De quel progres s’agirait-il donc s’il n y a pas eu d’accord? Ce serait alors un progres par rapport a quoi qu’on veut evaluer en Septembre 2017? N’oublions pas que le meme document precise que le processus a commence depuis Avril 2016. Dans certaines representations du Mali a l’exterieur (en Allemagne par ex, dont la Chancelliere s’est rendue a Bamako, il n’y a pas tres longtemps), des “notes de service” (ayant circule sur les reseaux sociaux)indiquent deja un certain “recensement” dans le sens de l’identification d’une certaine categorie de nos compatriotes. Il est tres inquietant que nos “diplomates”,se fassent prendre dans une telle naivete (pour ne pas utiliser d’autres mots) malgre tout le contexte et tous les antecedents, etc.
Une chose semble etre sure, le Ministre Diop et le reste du gouvernement pourront bien continuer a nier les faits a travers tantot des fuites en avant, tantot un debat de nomenclature ou de litterature, mais pour l’UE c’est bien un document signe a “haut niveau sur la migration”[voir titre]. Le gouvernement pourra bien pretendre etre en desaccord ou meme demander des explications a l’UE, ou meme l’attaquer en justice, etc; il n’en demeurera pas moins que l’UE aura aussi ses arguments, et celle-ci, a mon avis semble bien avoir la main dessus. Maintenant que ce document est signe, que pourra faire le gouvernement d’un pays comme le Mali qui est sous perfusion internationale ? Pas beaucoup, sauf de continuer a nier les choses. A mon avis, il appartient aux Malien(ne)s residant dans l’espace UE de, tout en respectant les lois de leurs pays d’acceuil, de resister/ de se defendre avec l’aide si possible des hommes et femmes de droits a leur portee. Broda indique deja quelques pistes et strategies…
En attendant, comme dans le cas des arrieres de cotisations des Nations Unies, il faudrait, peut etre, s’attendre au prochain depart d’un pauvre ambassadeur ou conseiller d’ambassade dans une des representations Maliennes en Europe: Il faudra bien en fin de compte, devant la colere et l’incomprehension soulevees, trouver un bouc emissaire ! “God help the child[ren]”.

Talatou


Merci Diadie pour le thé à la menthe. Je suis amateur du thé a la menthe sauf que la plus part du temps je fais le premier et ça prend tellement de temps que c’est le lendemain que soit même ou madame en faisant la vaisselle jette le reste. La menthe je la cultive dans mon salon pendant l’hiver et au balcon pendant l’été comme fleure domestique, ce qui fait qui fait que j’ai de la menthe fraiche toute l’année.

Bonne journée.

/Sénou


Bonjour Sylla,
Bonjour à tous,
Je crois qu’on va clore maintenant ce premier chapitre de “Accord, pas accord, signé, pas signé, écrit, verbal…) pour en ouvrit d’autres. Bien sûr ces amuseurs publics, ces fantoches, ces traitres, ces indignes, ces ridicules que sont nos ministres ne méritent aucune considération. Car pour ceux qui sont habitués à lire les textes officiels ou à décrypter les déclarations diplomatiques, il n’y a aucun doute que l’UE, en la personne de Konders a obtenu du Mali (oralement ou non) ce qu’on lui avait refusé jusque là (notamment l’ancien Président A.T. Touré).
Que le Ministre Diop nous lâche maintenant avec ses propos pédants, sa sémantique parfois incompréhensibles et ses argumentations puériles et imbéciles.
Maintenant attachons-nous à deux choses :
1. savoir ce qui a été précisément accepté par les autorités maliennes. Ce n’est pas le principe d’un accord qui est en cause (Demba Diallo) mais son contenu qui peut heurter la dignité, exprimer un système de vassalisation, insulter les consciences, et in fine, n’être pas acceptable.

2. en fonction de ce contenu, quelles ripostes conséquentes et appropriées (dans le fond et dans la forme) pouvons-nous mettre en place. Les amis de Paris (Cissé et quelques autres) ont commencé. Coordonnons et amplifions ces initiatives et prenons-en d’autres.
Je sais bien que la logique des fils de discussions veut qu’on saute d’un sujet à un autre en fonction de l’actualité ou de l’acuité d’un sujet , mais donnons-nous la peine de rester encore un peu sur celui-là..

Bon courage à tous

Issa Diawara


IBK a transformé les Ambassades du Mali et les agents maliens a la charge du contribuable malien en agents marionnettes de l’EU pour traquer, denoncer et expulser les tounkarankew. Il est incomprehensible de concevoir que le president de la Republqiue souveraine du Mali puisse ordonner aux Ambassades de se desolidariser des tounkarankew enfants du MaliBa a part entiere.

IBK a crée effectivement et efficacement un manque de confiance et un antagonisme entre les tounkarankew et les representations diplomatiques de IBK a l’etranger.

Bako