Procès de Sanogo : le Rôle Gênant de Me Boubacar Karamoko

La présence parmi les avocats du Général Amadou Haya Sanogo et compagnie d’un des premiers responsables de l’URD et par extension de l’Opposition politique malienne, Me Boubacar Karamoko Coulibaly dérange. Si le parti de Soumi et son entourage ne se sont pas encore prononcés sur la question, d’aucuns se demandent déjà ce qui a pu motiver un responsable d’un parti dont la position est connue par rapport au coup d’Etat du 22 Mars 2012. Pire, le président de l’URD, alors parrain du parti et candidat naturel à la présidentielle avortée de 2012 avait été longtemps “calomnié” voire victime d’agressions physiques dont se sont rendu coupables des éléments de la junte de Kati. Un autre baron du parti de la poignée des mains a aussi été une victime des auteurs du putsch, à savoir son vice-président, Ibrahima N’Diaye. Aussi, l’on ne comprend pas le silence incompréhensible de l’URD et de l’opposition sur ce rôle “politiquement incorrect”, donc gênant, que joue un des leurs dans ce procès qui devrait les voir du côté des victimes du coup d’Etat. Bizarre même si l’on sait que justice et morale ne font pas toujours bon ménage au Mali.

Amadou Salifou GUINDO,
Doctorant Sciences du Langage
DIPRALANG EA739
Montpellier 3


Bonsoir,

Je ne pense pas qu’il soit un avocat de Amadou Haya Sanogo. Il est l’avocat de Dahirou Dembelé. Et j’ai entendu sa constitution pour ce dernier lors du premier jour de l’audience.

Modibo Sacko


Je pense qu’il cherche à prouver que Dahirou n’est pas concerné par les assasinats et meurtres

Kalifa Gadiaga


Le rôle d’un avocat est défendre un présumé accusé. Il faut qu’on arrive à faire cette difference. Lors du procès de Moussa Traoré, certains de ses avocats ont été insultés et harcelés physiquement. Laissons la justice faire son travail.
C’est comme on demande à un médecin de l’opposition ne pas soigné un accusé du CNDRE. La coloration politique de l’avocat n’a rien à voir avec son travail professionnel. Il faut qu’on arrête cet amalgame.

Barou Sam


Salut les forumistes, Me Boubacar Karamoko est mon ami et promotionnaire de lycee, je lui ai envoye la partie qui le concerne pour lui donner une opportunite pour s’expliquer. Voici en substance ce qu’il m’a repondu.

Kalifa Gadiaga

Je pense que l’auteur de l’article aurait dû mieux s’informer avant d’écrire n’importe quoi. Il n’a pas plus de moralité que moi . ici il s’agit de ma profession et un avocat est d’abord et avant tout un homme libre.
Ceux qui me connaissent savent ma dédicace. Le Président du Parti sait qui je défends. Pour confirmer ce que l’homme de bonne foi, au contraire de celui qui est à la recherche du sensationnel, pour les intellectuels de la diaspora qui ne m’insultent pas par plaisir, qui ont de l’estime pour moi, je confirme que je suis constitué pour le Général Ibrahima Dahirou Dembele l’ancien chef D’etat Major général de l’armée du Mali qui est un cousin , un soldat d’élite et loyal à la République qui n’a jamais fait partie de la junte de surcroît. Dès le premier jour, je me suis opposé au discours du porte parole des avocats de sanogo et du MP22. Vous qui ne portez pas des oeillères, je vous invite à suivre le procès et vous serez édifiés. C’est trop facile de tirer des plans sur la comète, de s’enflammer à moindre frais au sujet de ce que l’on ne sait point. Heureusement qu’à L’URD, les gens ne sont pas des godillots et ne dégainent pas à tort et à travers. Je suis en accord avec ma conscience et en harmonie avec moi même. Kalifa, merci pour ta constance depuis le temps du lycée. Je veux bien vous joindreMais je suis déçu par cette hargne d’une rare violence sur du faux en plus. Je souhaite bon vent à l’auteur de l’article et, lui demande pardon s’il m’en veut parce qu’un jour je lui ai porté tort à mon insu. Merci de publier mon post kalifa.__Me Boubacar Karamoko


Barou,

Je suis d’accord avec ton analyse. Malheureusement la paresse intellectuel et l’incapacité de raisonner logiquement fait que le débat publique devient un jeu de lancer de boue.

Nothing positive comes out of it.

Même Satan a droit à un avocat devant la justice.

Amadou O. Wane


Bonjour. Le proces en cours est celui du 30 avril 2012. Il sagit de cette folle journée au cour de laquelle des eleves et étudiants instrumentalisés par cerains politiciens ont déferlé dans la ville , brules les radios kayira de koutiala. tenré de brûle cekles de Bamako, Bougouni, Segou et Niono. Ils réussi à brûler le siège du parti SADI à Mopti. Parmi ces manifestants il y avait à Bamako des militaires appartenant à la compagnie des bérets rouges. Ces manifestations vaincu le matin ont laissé la place à un groupe de militaires appartenant majoritairement à la compagnie des bérets rouges qui sont descendu dans les rues de Bamako pris l’ORTM tu le jeun3 garde Koné originaire de Kolondieba les mains nues , abattu une vendeuse de répas à bout portant .

Ces hommes armes ont pris l’aéroport de Bamako où ils ont surpris et tué des militaires en faction. ils sont monres a Kati où chemin faisant ils ont tué civils et militaires. Ils ont proclamé sur les antennes de lortm vouloir protéger Dioncounda Traoré président de la Transition , Cheick Modibo Diarra premier ministre. Ils ont attaché le chef d’état Major de l’armée de terre et un autre haut gradé de l’armée venus les parler dans leur camp. Dans leur élan ils ont ete stoppé par les policiers du GMS zt les militaires de Kati dont la riposte fut fatale pour eux. Dahirou avait l’état Major en main, et à activement travailler à circonscrire les degats de ces hommes dechainés et proteger ainsi Bamako. Il est accusé dans ce cadre la.Tugui le defend et rien d’anormal.

Le beau frère de Tiebilen Dramé, le cdt Mamadou Lamine Konare faisait partie de ces hommes déchaînés. Tiebilen Dramé les defend cela paraît normal. Non il ne sagit pas dun procès du 22 mars sauf in fine, alirs la ce n’est plus du droit et nous sommes en politique. Pour ce 22 mars tous ces paris politiques du pouvoir actuel et de l’opposition actuelle ont voté une loi d’amnistie en faveur des putschistes et de leurs soutiens, ims étaient 146 députés sur 147 à la voter avec zero contre et zero abstention.

Ne faisons pas de l’amalgame, il ne s’agit pas du procès du coup d’état du 22 mars mais d’une attaque de militaires majoritairement bereys rouges appuyés par des mercenaires venus du Burkina Faso, de la Cote d’ivoire et du Sénégal dont l’avion, un cargo c130 n’a pas réussi à atterrir à l’aéroport en guise de renfort. Arretons la confusion

Oumar Mariko


Bien merci pour vos informations, Me Boubacar Karamoko. Je dois quand-meme souligner qu’ il:

– ne faut pas transformer toute question critique en votre endroit comme hargne et insulte.

– est tout à fait normal de demander pourquoi un membre prominent d’ un parti qui a souffert sous les putschistes parte à la défense d’ un collaborateur des putschistes que celui-ci soit membre de l’ organe des putschistes ou non. Objectivement il a collaboré. Maintenant il faut démontrer que c’ est à contre coeur et pour limiter les dégats. De ma connaissance M. Ibrahima Dahirou Dembélé était en formation ou en séjour d’ information, etc. en Indonésie au moment du putsch. On pourrait lui demander pourquoi il n’a pas temporiser là-bas avant de revenir pour devenir immédiatement (sinon avec assurance) Chef d’ État Majeur. Ou bien s’ il a essayé de faire retarder son départ. La question à savoir pourquoi et comment il est arrivé à signer des ordres d’ affectation pour des collègues disparus est aussi tout à fait pertinente.

– est, dans ce cas de procès qui est objectivement teinté de politique, très difficile de faire la différence entre position politique et profession. Bon, vous pouvez avancer la position de votre parti vis-à-vis du putsch, mais là c’ est le parti dans son ensemble. L’ ensemble n’ est toute fois pas tout simplement la somme de chaque élément. Il peut y avoir des éléments dans un ensemble qui regardent ou lorgnent dans une direction différenciée/diffdérente de l’ ensemble.

Bien cordialement

M. Diagayété

pas du tout hargneux !!!


Ibrahima Dahirou Coulibaly et Me Karamoko sont très proche ( famille )

Ibrahima Djibo


Bonsoir,
Toutes ces élucubrations ne démentent pas la réalité du charnier de Diago près de Kati, des images montrant des bérets rouges arrêtés subissant les pires tortures avant d’être froidement abattus, et dans une certaine mesure la bastonnade du président Dioncounda laissé pour mort par une horde sauvage d’assaillants vivant toujours au Mali en totale impunité. Jamais inquiétés, certains osent même se victimiser. À l’instar des collabos nazis qui demandent que Hitler ne soit pas le seul incriminé pour les crimes de guerre en 1945, les partisans de la junte veulent faire le procès des démocrates.
M. Oksuf, Amadou Haya et sa bande étaient donc en légitime défense, c’est pourquoi ils ont égorgé, abattu froidement leurs prisonniers.
Pendant qu’on y est, pourquoi ne pas dire aux Maliens que les victimes des lynchages, perpétrés par les escadrons de la mort à travers le pays durant cette période Cndre et compagnie, l’ont bien cherché et d’ailleurs elles sont tout simplement imaginaires !
Pour peu Amadou Haya l’amnistié, grâce à la médiation intimidatrice burkinabé, serait un ange !
Vraiment, on ne sait plus ce qui reste d’intégrité morale et d’honnêteté intellectuelle dans ce pays qui chaque jour s’enfonce dans les ténèbres de l’archaïsme et de l’indécence.
Bonne nuit.

Cissé Mahamadou
Paris