Le Mali Pourrait Faire Partie des Pays Visés Par le Prochain Décret de Trump

TAMPA, FLORIDE – 04 Février 2017 | par Amadou O. Wane — Le vendredi 27 janvier 2017, le monde fut choqué par le décret du président américain Donald Trump interdisant l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane. Plusieurs poursuites judiciaires ont déjà été engagées devant le tribunal fédéral pour contester le nouveau décret. Vendredi après-midi, un juge fédéral de l’état de Washington a ordonné une ordonnance restrictive temporaire bloquant l’exécution du décret présidentiel sur toute l’étendue du territoire américain. Durant l’audience, à la surprise de tout le monde, le gouvernement révéla pour la première fois qu’environ 60 000 visas américains avaient été secrètement annulés sans justificatif.

Pour Trump, cette défaite n’est que temporaire. Il est fort probable que la Maison Blanche s’apprête à porter la bataille judiciaire à la neuvième cour d’appel ce week-end. Dans le système judiciaire fédéral américain, la compétence juridictionnelle de la neuvième cour d’appel couvre la Californie, l’Idaho, le Montana, le Nevada, Oregon, Washington et l’Arizona. La situation est très fluide, mais pour le moment le gouvernement a décidé de se plier à l’ordre de la cour fédérale.

Malheureusement l’administration Trump n’a pas l’intention de s’arrêter là. Selon le cabinet d’avocats en immigration, Hammond Law Group (HLG) basé dans l’état d’Ohio, un nouveau décret est en préparation et serait près dans deux semaines. Plusieurs pays seraient ajoutés dans l’interdiction d’entrée.  Parmi ces pays figurerait le Mali. Le cabinet de HLG conseille aux maliens déjà aux Etats-Unis de ne pas quitter le territoire. Lors de votre retour aux États-Unis, n’abandonnez pas votre carte de séjour (Green Card) si on vous le demande, même si l’agent déclare que votre séjour à l’étranger était assez long pour entraîner l’abandon de votre statut de résident permanent. Les voyageurs sont conseillés de ne pas signer le formulaire I-407.

Le nouveau décret affecte non seulement des milliers de maliens mais ternira l’image du pays pour longtemps.