Les Conflits Inter-communautaires

13 Morts ne constitue pas “plusieurs dizaines de mort”. Donc incohérence !!!

Des sources sur place ont déjà décompté 70 morts.

A Dialloubé comme à Ké-Macina, le medecoin vient tjours après la mort, après que les Jihadistes ait quitté les lieux. Il faut que l’ armée reste sur place pour que les malfrats soient pris en flangrant délit et qu’ il y ait de la confiance avec les populations. Personne ne dénoncera un malfrat si l’ armée même a peur de ces malfrats et s’ éloigne vite qu’ ils ne reviennent.

A Dialloubé les militaires n’ ont pas seulement tué “une” personne qui sortait avec son enfant et arrêté une “vingtaine”, mais a volé aussi des bijoux en grandes quantités, rapportent des sources sur place.

Le 12/01/2017, a Diondiori les Jihadistes sont venu fermer l’ école et la radio locale. Diondiori c’ est seulement à quelques km de Téninkou. Lá aussi l’ armée se porte abscente – comme partuout au moment des faits. Après elle vient pour s’ en prendre à des présumés Jihadistes. Il ne peut pas y avoir de confiance comme ça.

De mon avis, s’ il y aura des réunions de “réconciliation” comme d’ habitude, les représentants peuls doivent refuser totalement le pardon et exiger la justice quelque soit le temps que ça va prendre. Justice – Justice – Justice. Aucun pardon encore !!!

M. Diagayété


Mali as we know it is slipping away slowly but surely.

Quelle incompétence au sommet de l’état. C’est écœurant. On est comme des grenouilles assis dans l’eau bouillante, prétendant que l’eau est tiède.

Amadou O. Wane


Exactement c’ est l’ illusion que IBK et son accord prétendu pour la paix et la réconciliation entretiennent.

Il n’ y aura pas de réconciliation encore moins de paix sans la justice, tôt ou tard.

Bien cordialement
M. Diagayété


C’est dommage pour le Mali, qui est entre une spirale de violence intercommunautaire. Le Mali n’a jamais connu de conflits intercommunautaires malgre les differents conflits armes qui se sont declenches au nord du pays depuis l’independance. Malheureusement avec ce soulard d’IBK qui s’est fait trimbale par les bandits armes et leurs acolites nous sommes dans un point de non retour. Aujourd’hui nous partons droit au mur comme la somalie. Il n’y a plus de doute sur l’avenir du Mali qui deviant de plus en plus sombre.

Idrissa YALCOUYE


Récemment, j’ai eu une discussion avec quelqu’un dans le milieu des ONG aux Nations Unis à New York.

Il y’ a une vérité non dite: c’est que personne ne sait comment faire sortir le Mali de cette crise, ni les NU, ni les ONG, ni la France, ni le GdM.

C’est le constat que personne n’ose dire haut et fort. Donc…bè bi i babolo comme dirait ATT.

Ce qui est sure est que quand ça va péter, les premiers dans l’avion seront les élites avec leur famille. Les passeports diplomatiques et les visas sont déjà prêts.

Malheureusement, ce sont les pauvres qui paient les pots cassés.

Amadou O. Wane


C’est tout a fait vrai. Tout le monde a pousse le Mali vers cette situation de Chaos. Les dirigeants maliens, les partenaires, a commencer par la France, les organisations internationales, personne n’a travaille dans le sens de sortir le Mali du bourbier. Mais les premiers ennemis du Mali ont ete les Maliens eux memes qui malgre l’ampleur de la crise, n’ont jamais cesse de penser a ce qu’ils considerent comme leurs interets materiels: Combien j’y gagne. Meme au cours des rencontres de crises entres differents protagonistes, tout le monde pense a son per-diem. Et ce ne sont pas de petites sommes.

Kalifa Gadiaga


Les conflits inter-communautaires ont toujours existé dans cette zone du Mali et partout où éleveurs et agriculteurs cohabitent; et on a toujours appelé cela “conflits agriculteurs-éleveurs”. Il y a même dans les coutumes anciennes des méthodes de résolution de ces conflits; par exemple, les troupeaux en transhumance qui détruisent des champs laissent quelques bœufs en compensation; il y a aussi des zones interdites à l’agriculture pour permettre justement le passage des troupeaux.

Plus récemment, les chefs de villages, la gendarmerie et les commandants de cercle (préfets) géraient ces problèmes “à l’amiable”. Mais de temps à autres, il y avait grande violence qui entraînait la perte de vie. Tout ceci n’est pas nouveau.

Par contre, le problème est que maintenant tout se règle à la kalachnikov et autres fusils modernes. Donc les bilans sont forcément plus lourds. Depuis 2012, tout le monde s’est progressivement armé. En Mai 2016, il y a eu au moins 60 morts dans la même zone. L’armée avait même été accusée d’avoir fermé les yeux sur les massacres de populations peules.

Et il est difficile de voir comment arrêter cette spirale si l’état et l’administration sont absents.

______________________
A. Karim Sylla


Dites-lui que le Mali mérite mieux !

Dites-moi, ce qui arrive à mon pays ?

Dites-moi, qu’a-t-il fait de mon pays, depuis qu’il s’est installé sur les monts mandingues ?

Dites-moi qu’a-t-il fait de « le Mali d’abord », depuis qu’il s’est offert l’avion de la discorde ?

Dites-moi, pourquoi tant de scandales financiers, depuis qu’il est arrivé ?

Dites-moi, qu’a-t-il fait de la démocratie qui l’a porté au pouvoir ?

Qu’a-t-il fait pour que les défenseurs de la patrie ne meurent pas comme des mouches ?

Qu’a-t-il fait de ses amis religieux pour que, eux qui jadis, unis et forts, se tournent dos ?

Qu’a-t-il fait de ses deux premiers tous jeunes premiers ministres, pour que l’un devienne aphone, l’autre tornade ?

Qu’a-t-il fait pour le Nord du Mali, qui l’a porté comme messie ?

Qu’a-t-il fait depuis, pour que chaque jour qui passe, ce Nord du Mali perde confiance en lui et perde espoir ?

Dites-moi, qu’a-t-il fait pour mettre fin au décompte macabre des morts évitables ?

Hier, le Nord comptait ses morts, aujourd’hui dans le centre et au sud, le décompte macabre continue

Qu’a-t-il fait pour que tout le Mali s’embrase ?

Ici ce sont des violences communautaires, avec morts d’hommes y compris d’enfants innocents ;

Là-bas, ce sont de jeunes soldats partis défendre la patrie qui meurent sans pouvoir se défendre ;

Qu’a-t-il fait pour que sédentaires et éleveurs, peuls et bambaras commencent à s’entretuer dans le centre du Mali?

Pendant ce temps, ses ministres de la république dépensent l’argent du pauvre contribuable, pour disent-ils, parcourir le Mali pour semer la bonne parole de l’entente nationale…pour décréter la réconciliation ;

Pendant ce temps, des élus du peuple, entament la croisade envers et contre tous, pour annoncer sa candidature pour 2018, qu’il le veuille ou pas, préviennent-ils ;

Pendant ce temps, des citoyens non maitres de leur destin, meurent sans gémir, quelque part, dans un bled du Mali profond.

Qu’a-t-il fait de sa lutte contre la corruption décrétée en grande pompe médiatique en 2014 ?

Pendant ce temps, ceux-là censés porter le couteau dans la plaie de la gangrène corruption, cherchent justice dans la rue,

Eux qui se devaient de nous protéger, se retrouvent eux-mêmes déboussolés et jetés en pâture,

Pense-t-il que ces gardiens du temple, déshabillés et humiliés pourront un jour regarder leurs justiciables en face ?

Qu’a-t-il fait pour éviter ou apaiser les foyers de tensions sociales par ci – par la ?

Pendant ce temps, il continue de voyager, comme si de rien ;

Pendant ce temps, le tapis rouge l’accompagne même dans les cérémonies funéraires, comme ce fut le cas à Ségou, et tout récemment à Gao,

Pendant ce temps, ses ministres ne manquent pas une occasion pour lui prouver qu’ils sont à la tache sur le terrain,

Pendant ce temps, même son meilleur ennemi du Nord, à qui le Mali a offert l’hospitalité pendant la guerre de libération, humilie et chasse ses indésirables concitoyens dans des conditions infrahumaines ;

Pendant ce temps, la place de Bagadadji fourmille de nouvelles abracadabrantes qui ne font pas honneur à la représentation nationale.

Une représentation nationale qui ne mérite pas de gaspiller son énergie et ses moyens dans des démentis dignes du temps stalinien, relatifs à l’affaire dite : « la secrétaire du Président »

Le Mali mérite mieux que ces feuilletons interminables de scandales du fils, du père et du « saint beau-père », qui n’en finissent pas de plonger le pays dans la désespérance et la fatalité.

Dites-lui que le Mali va très mal ;

Dites-lui que l’espoir est toujours permis pour redresser le Mali, vers « le Mali d’abord », vers le Mali dont nous rêvons tous : le Mali fier et debout dans le concert des nations ,

Le Mali, terre de brassage culturel, havre de de paix et de vie éternelle….

Yachim MAIGA


Merci Yachim !

Tout ça lui a été dit. Mais il n’ écoute pas les victimes, il n’ écoute son peuple. Il écoute les assassins et d’ autres qui n’ on rien à voir avec le Mali, à part leurs intérêts à eux.

À cause de IBK, les assassins entassés à Kidal risquent d’ avoir ce qu’ ils veulent: faire disparaitre le Mali. Les mauvaises langues disaient longtemps: Mali est contenu dans So-Mali.

Que Dieu sauve le Mali !!!

M. Diagayété


Mais ces conflits étaient des conflits disons naturels qui se réglaient sans que ça soit “Bambaras ou Dogons” contre “Peuls”.

Mais maintenant c’ est ces sortes de conflits avec l’ implication dévastatrice de l’ armée. Des témoins auculaires et auriculaires l’ on fait savoir. Il ne sert à rien d’ embellir ce qui n’ est pas beau ou de nier les faits. La situation est trés très grave. Elle est purement intercommunautaire. Ce n’est plus “cultivateurs/éleveurs”. Et c’ est l’ amalgame irréfléchi et entretenu qui en est la cause.

Comment se fait-il que l’ armée vienne toujours après les dégats des Jihadistes. Ceux-ci ne sont pas bêtes pour attendre l’ armée dans les villages. Ils attendent l’ armée dans leurs embuscades. L’ armée vient, fait des ratissages, tue arbitrairement, arrête arbitrairement et vole même des bijoux … tout ça après le départ des jihadistes. Depuis le 6 février l’ armée à Mopti savait qu’ environ 20 motos étaient rassemblées près de Dialloubé. Comment se fait-il que cet assemblement ne soit pas détruit par les hélicoptères (d’ après des témoignages) qui sont arrivés le 11 à Dialloubé ?

Notre armée doit se défaire des mauvaises habitudes du président et de ses gouvernements ! Il faut qu’ elle crée la confiance avec les populations. Elle est la seule force organisée qui peut sauver ce que reste du Mali, notre pays. Pour ça il faut qu’ elle s’ installe permanemment sur les lieux névralgiques, afin que les populations aient confiance et puissent collaborer. On ne peut pas collaborer avec quelqu’ un qui vient, fait des dégats et passe.

Malheureusement les conflits ont radicalement changé de nature. J’ ai plusieurs cité ici Zéidane Ag Sidalamine: “les rébellions touarègues répétitives vont finir par étendre le tribalisme dans tout le Nord du Mali”, disait-il sur kida.info. Maintenant ce n’ est plus seulement le Nord, c’ est de plus en plus le Centre et l’ on ne sait pas là où ça va s’ arrêter, car personne ne va se laisser éternellement massacrer par dizaines.

Bien cordialement

M. Diagayété


Merci Wane,
C’est pourquoi, il faut absolument éviter que ça pète afin d’épargner les pauvres populations des actes nocives posés par une petite minorité qui ne pense qu’à ses intérêts.
A la lumière des analyses que nous avons faites en sein de nos associations, nous avons pourtant fait des propositions concrètes que nous allons essayer d’implémenter à travers le Mouvement TABALE.
Voici en notre avis et en liminaire les solutions pour nos problèmes:
1- L’organisation d’assises nationales souveraines immédiates pour non seulement passer eu peigne fin les difficultés majeures de la nation mais aussi ajuster l’État dans son fonctionnement.
2-Soumettre l’accord d’Alger à un référendum, du moment où il a été élaborer et signer dans le mépris total des populations et du fait qu’il est fortement contesté par une grande partie des maliens .
3-Enclencher le processus de “Transition Organisée avec Méthode ” pour redresser le pays.
Vous conviendrez avec moi, que les assises dont je parle ici n’ont rien à avoir avec cette fameuse conférence d’Entente Nationale, qui , si elle se tenait tel que le gouvernement veut la tenir, accoucherait simplement d’une souris.

Fabou