Pourquoi les États-Unis Visent-ils le Mali?

TAMPA, FLORIDE – 16 Février 2017 | par Amadou O. Wane –La semaine dernière, la cour d’appel fédérale des États-Unis a bloqué le décret d’immigration de Donald Trump. Le président a fait savoir qu’il garde toujours l’option d’introduire un nouveau décret. Selon le cabinet d’avocats en immigration, Hammond Law Group (HLG) basé dans l’état d’Ohio, la Maison Blanche avait déjà en main une révision du décret où plusieurs pays auraient été ajoutés dans l’interdiction d’entrée. Ces pays sont le Mali, l’Égypte, le Liban, l’Afghanistan, le Pakistan, la Colombie, et le Venezuela. Il y a lieu de se demander pourquoi le Mali figure sur cette liste. Qu’est-ce que le Mali a en commun avec ces pays? La réponse pourrait être dans un reportage de la chaîne américaine CNN diffusé il y’ a quelques jours.

CNN a fait une enquête d’une durée d’un an qui a révélé de graves irrégularités dans la délivrance de passeports et de visas vénézuéliens, y compris des allégations selon lesquelles des passeports étaient accordés à des personnes liées au terrorisme. Durant l’enquête des milliers de documents ont été examinés et des interviews conduites aux États-Unis, en Espagne, au Venezuela et au Royaume-Uni.
Les accusations selon lesquelles le pays émettait des passeports à des personnes qui ne sont pas vénézuéliennes, sont apparues au début des années 2000. Les législateurs américains ont reçu des rapports sur la fraude de passeport vénézuélien depuis 2006. En fait, un rapport du Congrès a mis en garde: «Le Venezuela apporte son soutien, y compris des documents d’identité qui pourraient s’avérer utiles aux groupes islamiques radicaux.»

Le problème de fraude de passeports maliens existent depuis des années. Le Mali est devenu une plaque tournante dans le trafic de passeports en Afrique de l’Ouest. Beaucoup d’activités illicites sont commises à travers le monde avec le passeport malien par des individus qui n’ont pas droit à la citoyenneté. La corruption endémique et le laxisme du gouvernement exaspèrent le problème. Il est bien probable que l’administration Trump a classé le Mali comme une menace potentiel pour les États-Unis à cause de l’ampleur des fraudes de passeports maliens. C’est pour cette raison que le Mali pourrait bien faire parti de la liste des pays dont les ressortissants pourraient subir des contrôles de sécurité plus strictes .


La fraude a toujours des conséquences.

J’ai toujours dans mes archives la copie des cartes d’identité et passeport maliens de Charles Blé Goudé quand il a été arrêté (puis remis à la CPI). Aucune enquête n’a eu lieu pour déterminer qui lui avait délivré ces documents.

Les autorités maliennes se plaignent même du fait que le fait de disposer d’un passeport malien ne determine pas la citoyenneté malienne — tous ces “maliens” ne sont pas maliens.

Mais il n’y a aucune enquête ou mesure sérieuses visant éliminer la vente de la nationalité malienne. L’argument de l’administration Trump (si c’est vrai) est difficile à disputer. Le ministre Sylla a lui même dit que tous les détenteurs de passeport malien ne sont pas maliens.

______________
A. Karim Sylla