Le Groupe Touareg Tinariwen à Koulouba

Bonsoir chers tous

“Le Groupe Touareg Tinariwen reçu ce samedi 21 Octobre par IBK Président de la République du Mali”_depuis twitter. Voir les images en attache.

Quelle est la signification que l’état malien voulait donné à cet évènement ?

Cordialement
————————-
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Ahhhh la naïveté malienne….N’est-ce pas ce même groupe qui diabolisait le Mali à travers le monde?

Mali kadi 🙂

—-

“Il y a vingt ans, ils étaient eux-mêmes des rebelles, et ils n’ont pas exclu de redevenir des rebelles. “Nous sommes des artistes militaires!” Abdallah Ag Alhousseini, l’un des guitaristes et chanteurs du groupe, a récemment déclaré à un journaliste d’Algérie Nouvelles. “Aujourd’hui, si nous voyons que nos frères ont besoin de combattants plutôt que de musiciens, nous irons au front, parce que nous sommes toujours prêts à répondre à l’appel de la préservation de notre terre, de nos valeurs et de notre culture. C’est ce que nous faisons à travers la musique, et nous le ferons à nouveau avec les armes!”__The New Yorker du 2 Avril 2012

Amadou O. Wane


Merci wane,

Oh mon Dieu,

J aimais de trop ce groupe jusqu au jour ou j ai assiste a un de leurs concerts a Chicago. C etait Chaud ce jour la. Car comme tu me connais deja, je suis non seulement intraitable sur le Mali, mais allergique au mensonge.

C est le MLNA sous une autre forme.

Sidy Danioko


Je suis d’accord avec Sidy que Tinariwen (les “Diables-Djinns”, en
Tamacheqh) sont les Ichoumar SDF et Azawad-rêveurs, qui créèrent, dans
les années 1990 dites de “braises rebelles” Azawakh Niger et Mali, qui
initièrent la “Guitara-Tachoumara” du Blue-Country Saharien plagiant
le blues man malien Farka Touré, pour encourager la bravoure/témérité
guerrière des MPA de Iyad ag-Ghali et ensuite, à partir de 2012,
flatter l’ego narcissique du MLNA, ces hyènes mercenaires déchaînées
sur le Nord Mali, depuis la Libye, après l’assassinat de Kadhafi par
Sarko.

Le concept “Guitara-Tachoumara-Takaraket” (“la Guitare de la Honte”,
en Tamacheqh), historiquement, chez les tribus touarègues guerrières
des années de guerres entre touareg-bamabaras et peuhls et, par la
suite, entre touareg et colons français, est la reprise en Tamacheqh,
des chants de bravoure des griots des guerriers peuhls du Macina du
guerrier Ambadédjo; Aguegne, le principal griot des Tingueréguef de
Goundam? qui déclama le morceau de guitare dit “N’Djoro”? lors de
cette fameuse bataille entre touareg et bambaras au village actuel de
Dioura (dans le Méma, cercle de Téninkou).

En tout état de cause, les Tinariwen, bien qu’ils soient nés “nobles”,
sont traités de vulgaires griots castés, par dégénérescence sociale et
identitaire, par les touareg “nobles” qui ne sont pas autorisés à
faire des louanges des autres; ce sont les touareg qui n’ont pas perdu
les valeurs de bravoure et de témérité guerrière chantées seulement
par des griots de conditions “castes”.

Sincèrement,

Mohamed AG HAMATY


Il est bien clair depuis longtemps que ce groupe nommé Tinarewen est le porte-parole et l’étendard démagogique du Mnla.
Leur message revendicatif dépasse la simple autonomie culturelle; il véhicule le chauvinisme nationaliste et la haine.
Ces gens, au retour de leurs différents exodes via la Libye, ont su exploiter le goût des bobos de l’occident pour les « fiers hommes bleus ».
Ce qui a été très lucratif pour eux; tant mieux s’ils savent en profiter !
Mais ils se détournent de la tradition de leur communauté puisqu’ils jouent le rôle des musiciennes castées; peu importe !
Ils s’érigent en artistes très créatifs, alors que leurs précurseurs dans le genre de l’épopée guerrière sont Ham Bodedjo, et d’autres…
Et qu’ils sont dans le droit fil du vrai créateur du blues malien : Farka Touré.
Que les conseillers du président IBK tentent de récupérer Tinarewen, cela est de bonne guerre, y compris commerciale, mais cela discrédite les deux camps dans ce compromis qu’est leur deal.

Gervais Coppe


Pour moi, qui veille, sous les pseudos “Le Vieux de la Vieille garde
Saharienne”, “AG AZMANE”, AG TADAMAKAT” sur les réseaux sociaux, sur
l’identitaire culturel – Toumast n’U’Tamacheqh n’alaçel – Tinariewen,
ne sont que des troubadours forains, des diablotins qui n’utilisent
pas les instruments classiques et “nobles” touareg, à savoir l’Emzed
(violoncelle) et la Taghanibt (flute) accompagnés de poèmes dédiés
aux belles filles shet-Tamacheqh et aux beaux chameaux.

En tout état de cause, gardien du Temple “Hommes Bleus du Sahara”, je
ne veux pas que l’on prostitue la culture touarègue, alors les
Tinariewen sont des “diables, des fous, des déboussolés (imalchan kel
Ténéré) qui furent des Ichoumar qui, ne pouvant pas combattre par les
armes, l’ont fait par la parole parce qu’éclopés physiquement et
socialement rétrogradés, rendus aux rôles des griots des touareg qui,
d’habitude, ne sont pas des “nobles” mais des “castés” qui se
recrutent dans les cases des forgerons (inhadan).

Sincèrement,

Mohamed AG HAMATY


Le groupe tinariwen est l’un des pères fondateurs du MNLA .Ils sont ceux qui portent les messages sur le plan international a travers leur musique.

A. Maiga


le mali a toujours respecté ceux qui detruisent, haissent le pays et les liens sociaux au detriment des patriotes, cela depuis au moins 90.
un touareg patriote ayant dépensé son argent, son temps pour la république sera combattue au profit des mercenaires et criminels par le pouvoir malien. on veut lui couper toute possibilité d’emerger dans son arene locale d’abord puis autres. le gouvernement et les rebelles ont toujours on peut se poser la qestion dans le meme but, avec des cris différents. They are thé same. Il est difficile d’émerger dans l’arène politique nord malienne sans avoir été rebelle, sinon LD gouverne te casse les vertébres, la colonne en premier.

Cordialement,
Balata Ahamadou


En fait ils ne se sont jamais faits connaître maliens. Dans les annonces sur leurs prestations c’est souvent décrit Sahariens du Sud de l’Algerie. Au concert de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, c’est le drapeau algérien qu’ils avaient sur leurs équipements.

Keita