Le Premier Parti Musulman du Mali et Ses Difficultés

BAMAKO – 24 Avril 2017 | par  Amadou O. Wane -Sans élus et presque sans ressources, l’Union Nationale Pour la Renaissance (UNPR) aurait été indiscernable d’une centaine d’autres partis au Mali si ce n’était son président, Modibo Sangaré connu pour son franc-parler. En 2002, Sangaré était l’un des 24 candidats présidentiels qui cherchaient à remplacer l’ancien président Alpha Oumar Konaré. Bien qu’il n’ait gagné que 11 600 des 1,5 million de voix, il a fait mieux que d’autres avec plus de ressources. Il tenta de se présenter aux élections présidentielles de 2007, mais il n’a pu rassembler la caution de 15 millions FCFA.

En 2007 et 2008, Sangaré aida à organiser des manifestations par des groupes musulmans contre l’effort du président Amadou Toumani Touré d’abolir la peine de mort et de réviser le Code de la famille afin de donner plus de droits aux femmes. En novembre 2008, les forces de sécurité utilisèrent des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants de l’UNPR. En plus de son opposition à l’abolition de la peine de mort, au droit d’héritage pour les femmes, et à l’interdiction de la pratique de l’excision, Sangaré préconisait ouvertement de transformer l’État malien laïque en une république islamique. Il voulait aussi l’incorporation de certains aspects de la charia dans la société.

Les idées de Sangaré sur la laïcité et la charia le distinguèrent de manière significative des autres dirigeants sunnites comme Mahmoud Dicko, le président du Haut Conseil Islamique du Mali. Bien que Dicko et d’autres dirigeants musulmans, souhaitaient voir plus d’instruction religieuse dans les écoles maliennes, ils n’avaient aucun intérêt à modifier la nature laïque de l’État ou du système juridique malien.

L’opposition de l’UNPR à la nature laïque de l’Etat malien semblait également placer le parti et Sangaré du mauvais côté de la Constitution qui oblige les partis politiques à respecter les principes de la souveraineté nationale, de la démocratie, de l’intégrité territoriale, de l’unité nationale et de la laïcité. Une loi de 2005 interdit tout parti politique fondé sur une base religieuse.

Sangaré déclara, « si cela dépendait de moi, le Mali serait un pays islamique, mais ouvert à l’Ouest ». Il préconisait la création d’une république islamique et démocratique, qui serait régie par la charia tout en respectant les droits de l’Homme tels qu’indiqués par les Nations Unies. « La base de chacun de ces droits se trouve également dans le Coran » ajouta-t-il. Il soutint son argument en affirmant que le Mali a essayé le socialisme de 1960 à 1968, une économie planifiée et la dictature militaire de 1968 à 1991, et la démocratie de 1991 à ce jour, tous sans succès. Son plan de transformation du Mali en République islamique semblait donc être en partie dû à l’élimination des autres méthodes de gouvernance déjà essayées, et un peu de conviction religieuse.

Le manque manifeste de représentation de l’UNPR à tous les niveaux de l’Etat, pourrait expliquer pourquoi les responsables maliens n’ont pas poursuivi Sangaré et l’UNPR pour avoir violé la loi sur la laïcité des partis politiques. La poursuite de l’UNPR pour ses péchés politiques aurait pu hausser la cote de popularité de Sangaré. Le parti n’avait pas d’argent pour s’organiser ou soutenir des campagnes politiques. Selon Sangaré, l’UNPR a reçu 2 millions de FCFA du gouvernement pour les campagnes présidentielles et législatives de 2007 et il a dépensé 1,5 million de FCFA provenant des contributions des membres du parti.

Concernant les relations internationales, Sangaré pensait que les États-Unis méritaient des éloges pour son respect des libertés religieuses, et pour avoir des lois contrôlant la consommation d’alcool en public. Il déclara qu’il croyait que les États-Unis défendaient les droits des musulmans plus que tout autre pays. « Les Américains », dit Sangaré, « sont des gens tolérants, un peuple qui respecte l’islam ». En comparant les États-Unis à la France, il nota que les femmes musulmanes aux États-Unis pouvaient se voiler sans crainte de harcèlement ou de rétribution. Néanmoins, il pensait que certains aspects de la politique américaine au Moyen-Orient, était un peu « schizophrénique ».

A propos d’AQMI, il déclara qu’il rejetait toutes les formes de terrorisme. La forme du salafisme pratiquée par AQMI selon lui, était contraire à la culture, aux traditions, à la tolérance et aux valeurs maliennes. Sangaré a également parlé de ses interminables querelles avec le Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) et son président, Imam Mahmoud Dicko. En 2008 il refusa d’accepter l’élection de celui-ci, affirmant que Dicko et d’autres membres de HCIM avaient violé les règlements de l’institution. La poursuite judiciaire entamée par Sangaré et son refus de reconnaître Dicko comme président du HCIM, contribua à la division entre son groupe et le reste de la communauté musulmane du Mali.

Bien que Sangaré s’opposait au Code de la famille, supportait l’excision et voulait une République islamique, il vénérait le respect traditionnel des maliens pour la tolérance et la modération. La forme tempérée de l’islam politique de Sangaré, et le peu de popularité de l’UNPR, indiquèrent que ni son parti politique, ni lui-même ne menaçaient ces traditions maliennes.

La Propagande Shiite au Mali

Ça c’est très alarmant. Des graines pour un conflit future sont entrain d’être semées. Ne soyons pas des moutons.

Amadou Wane

Shiite-2016-07-02 06.42.26


Bonjour Amadou,

Le Mali me fait pensé à un animal gras blessé mortellement dont les charognards guettent la fin de vie.

On a vraiment pas besoin de ça, surtout pas en ce moment.

La tendance au Mali est de laisser faire jusqu’à ce que ça brûle et débattre ensuite sur le bien fondé d’un appel aux pompiers.

Ce que je vois venir de loin risque de nous secouer encore plus que le conflit au nord.

Ce jour là “Azawad” sera le dernier de nos soucis.

Sidiki


Parents, Club de Foot ignorants et, par dessus tout, un État qui se fiche de ce qui se passe avec ces citoyens …

Pitié, Pitié, Pitié !

Diagayété


Du Néo-patrimonialisme au Néo-fascisme

Hotep mon cher Ndack. Je nous invite tous à vraiment prendre en compte et à pratiquer cette mise en garde d,un écrivain du pays frère du Sénégal : ” le problème des Africains, est qu’ils répètent comme des perroquets et imitent comme des singes” Nous devons rester hermétiques aux théories fumeuses élaborées ailleurs pour autrui ou pour nous, sans nous et dans l’ignorance absolue de nos réalités. Qui peut nous connaître mieux que nous-memes ? Si Malilink est vraiment lieu de rencontre de l’intelligentsia malienne, ce que j’ai la faiblesse de croire, prenons enfin conscience de nos capacités réflexion autonome, particulièrement sur nos propres réalités et pour nous-mêmes ; ce que font les autres pour eux-mêmes et par eux-mêmes. Arrêtons de ressasser leurs théories fumeuses, incompréhensibles et sans intérêt pratique aucun pour notre Grand Peuple Noir qui regorge de toutes les compétences et qualités nécessaires à la réalisation de son bien-être social. Il suffit de retrouver cette confiance perdue en cet énorme potentiel. Puissent nos Vénérables Ancêtres nous inspirer la Pensée Juste, la Parole Juste et l’Acte Juste. Amon !!!

Fakoly Doumbia


Bonjour cher Doumbi Fakoly,

D’abord c’est ma chère Ndack, je suis une dame 🙂

Ensuite, vous utilisez “nous”, “eux” sans que l’on sache de qui vous parlez. Dans tous les cas, j’ai régulièrement lu vos interventions sur ce forum et s’il y a deux camps à choisir, je vous le dis tout de suite, je ne fais pas parti du vôtre !

Aussi, pour ce qui est de mes posts, merci de commenter le sujet même ou de laissez tout simplement passer le post s’il ne vous intéresse pas.

Et le plus important, surtout abstenez-vous à l’avenir de m’expliquer ce que je dois penser, lire, suivre, imiter ou non. Je trouve que votre commentaire est typique d’un infantilisation d’une Afrique (la vôtre) que je ne cherche plus à comprendre depuis plusieurs années. Je préfère l’Afrique jeune, enracinée mais ouverte avec laquelle j’échange tous les jours et dont vous ne faîtes pas parti.

Aussi, je vis dans un pays de liberté (le Canada) et cet espace qu’est Malilink est également un espace de liberté.

Bien à vous,

Ndack


sme

Mille excuses ma chère Ndack pour cette erreur ! 1)Je suis comme Aimé Césaire : “je soumets la langue française à mon vouloir écrire et à vouloir parler”. Mais quand j’écris Nous, Eux, il est aisé de savoir de qui je parle. 2)Vous vous adressez à la jeunesse. Tous mes écrits et mes interventions orales sont également destinés à cette catégorie de nos populations. Ils sont très bien reçus ! 3)La science est un mot pompeux, d’invention récente, qui ne veut rien dire que : observation, analyse et interprétation de la nature et de ses phénomène. Nos Vénérables Ancêtres ont créé les calendriers (3), construit les pyramides, inventé les mathématiques, la médecine, et j’en passe, ce mot pompeux qu’est la science n’était pas encore inventé. 4)Votre post ne portait pas sur les techniques que je n’ai jamais dit de rejeter. Mais sur un débat politique et/ou philosophique. Lorsque vous ou d’autres aborderez un sujet qui entre dans ces catégories, rien ni personne ne m’empecheront de réagir si je juge utile de le faire. À mois de censurer mes réactions. Mais j’ai la faiblesse de croire que Malilink restera un espace démocratique aussi longtemps que des propos diffamatoires, injurieux n’accompagneront pas les posts.. 5)Quant au village planétaire, ce n’est qu’une autre invention (encore des autres) pour nous mener en bateau dans des directions que seuls eux-memes ont choisies pour servir leurs intérêts égoïstes. 6)Oui, l’Afrique noire est le seul continent qui peut s’entourer d’une ceinture de sécurité et vivre en autarcie le temps de retrouver sa grandeur. Elle regorge de toutes les richesses, sous et sur ses terres, qui le lui permettent. Seule la peur des remises en question essentielles nous empêche de conjuguer notre “destin” à nos propres modes et temps. Vie Santé Force.

Fakoly Doumbia


Bonjour à tous,

Tout d’abords mes excuses à M. Stéphane B. si je digresse encore mais si nous considérons le point de départ de ce thread, ce sera une digression dans une autre 🙂

Je suis terrifié par l’approche de M. Doumbi Fakoly qui en ce 21-ème siècle continue de voir le monde en noir et blanc ( au propre et au figuré), eux-contre nous. Mais l’erreur capitale dans cette posture et que j’ai signalée à plusieurs reprises, c’est que les temps auxquels M. Fakoly se réfère ne sont pas des temps de continents ni de race. Certes la société grecque était raciale et Platon (je crois) a même développé une théorie qui expliquerait pourquoi les tropiques (lire les Noirs) ne sont pas propices au développement de l’esprit. Mais l’Egypte pharaonique, encore une fois avait tout à voir avec le Moyen Orient, la Turquie, la Grèce et l’Italie de nos jours et rien à voir avec le Mali ou le Sénégal actuel. Si l’eau comme moyen de communication ne suffit pas comme preuve, tous les livres, y compris la Bible, le Coran et l’expansion de l’Islam le confirment. Oui, le professeur Diop a trouvé des similarités entre le Ouolof (ou le Sérère) avec la langue égyptienne mais nous prenons cela avec quelque grains de sel.
Voici un lien qui donne une idée des civilisations au fil des âges: http://metrocosm.com/history-of-cities/

Mais au-delà de tout cet aspect, je voudrais attirer l’attention de M. Fakoly sur le caractère raciste de son discours qui semble venir directement de Mein Kampf d’Hitler si on remplace Noir Africain par race Aryenne. Si M. Fakoly n’a pas lu Mein Kampf, je suggère fortement qu’il le fasse. Cela aide parfois de savoir à qui on ressemble par ses opinions et de qui on voudrait se distancer.
Je vous propose plus loin quelques extraits du livre d’Hitler. Notez qu’il utilise exactement le même mot “singe” et dans un contexte similaire. Il est dangereux de refuser une idée parce qu’elle est étrangère. Il est dangereux de savoir beaucoup de peu de choses. On constitue un danger quand on ne veut apprendre que de ce qui nourrit notre ego. Une bonne idée n’a pas de couleur. Une mauvaise idée non plus. E=mc2 n’a pas une couleur juive et certainement pas égyptienne. La plus belle formule mathématique, e(i*pi) + 1 = 0 n’est pas africaine. Elle est *universelle*!
Quand ce que vous dites, ce que vous pensez, ce que vous faites n’est pas universel, vous devez mieux faire, vous devez vous améliorer. Dixit Sabu.

Une “ceinture de sécurité” autour de Malilink et nous restons chacun dans son coin! Donc de quoi parle Monsieur Fakoly ? N’est-ce pas un délire que de se cramponner à un époque, à un continent, à la supériorité d’une race? Surtout à celle qui est à ce tournant de l’histoire dans les tranchées en train de se redéfinir et qui devrait mettre les bouchées double pour apporter une fraiche contribution au patrimoine de l’humanité ?
Voici Hitler dans “Son Combat”.

… L’exemple le plus probant de ce fait nous est donné par la race dépositaire du développement de la
civilisation humaine, c’est-à-dire par les Aryens.

…Ce ne fut pas par hasard que les premières civilisations naquirent là où l’Aryen rencontra des peuples inférieurs, les subjugua et les soumit à sa volonté. Ils furent le premier instrument technique au service d’une civilisation naissante

… Mais le Juif ne possède pas les facultés qui distinguent les races créatrices et douées par suite du privilège de fonder des civilisations.

…Ce qui prouve à quel point le Juif ne s’assimile les civilisations étrangères que comme un copiste, qui d’ailleurs déforme son modèle, c’est qu’il cultive surtout l’art qui exige le moins d’invention propre, c’est à dire l’art dramatique. Même ici il n’est qu’un bateleur ou, pour mieux dire, un singe imitateur ; même ici il lui manque l’élan qui porte vers la véritable grandeur ; même ici il n’est pas le créateur de génie, mais un imitateur superficiel sans que les artifices et trucs qu’il emploie arrivent à dissimuler le néant de ses dons de créateur.

… Si l’on répartissait l’humanité en trois espèces : celle qui a créé la civilisation, celle qui en a conservé le dépôt et celle qui l’a détruit, il n’y aurait que l’Aryen qu’on pût citer comme représentant de la première.

Sabu Nyuman


« les rapports entre les humains ne reposent pas sur le génotype invisible à l’oeil nu mais bel et bien sur le Phénotype. »_Doumbi Fakoly

Cher Doumbi Fakoly, dans ce cas, pourquoi les noirs devraient s’unir ? Pourquoi un peul du Sénégal devrait se sentir proche d’un pygmée du Cameroun ? Car tous les noirs ne partagent pas le même phénotype, tout comme tous les blancs.

Ou est-ce que vous ne parlez que de la couleur de peau comme phénotype ? Et encore là, je ne vois pas dans toute l’Histoire de l’humanité en quoi les rapports humains reposeraient uniquement sur la couleur de peau. Quand Français et Anglais se faisaient la guerre pendant 100 ans (Guerre de Cent ans), ils avaient la même couleur. Pareil pour l’Afrique pré-coloniale au Sud du Sahara, nous nous faisions la guerre entre peuples de même couleur de peau.

Ou bien vous referez-vous uniquement à cette portion de l’histoire où des arabes puis des blancs ont vendu des noirs ? Quand est-il alors des noirs qui ont vendu d’autres noirs en premiers ? Quand est-il des arabes qui ont vendu d’autres arabes ? Des blancs qui ont vendu d’autres blancs ? Car l’esclavage a existé dans tous les grands empires, quels que soient la couleur de peau des habitants de ces empires.

Ou alors faîtes-vous uniquement référence aux racistes blancs d’Europe (puis d’Amérique) ? Si oui, pourquoi parce que des Européens, à un moment donné de l’histoire, ont été suffisamment avides, bêtes et méchants pour créer une construction intellectuelle qui dit que l’homme blanc est supérieur à l’homme noir que, par réaction, tous les Africains devraient en réponse n’avoir, comme unique objectif dans la vie, que de prouver que l’homme noir est supérieur à l’homme blanc ? N’est-ce pas cela la définition même de l’aliénation que vous combattez ? À savoir imiter le blanc dans sa démarche – ici par un jeu de miroir en remplaçant “blanc” par “noir” au centre de l’analyse – mais imiter quand même ? Pourquoi parce que des blancs à l’intelligence limitée sont eurocentrés tous les noirs devraient alors être afrocentrés ? Pourquoi parce que certains blancs sont limités dans leur vision du monde, tous les noirs devraient les suivre et se limiter aussi dans leur vision du monde ?

Ce sont toutes ces questions qui font que j’aurai toujours du mal à comprendre votre discours. Mais je me contenterai de votre explication, à savoir que nous travaillons différemment (je dirai même plus que nous pensons différemment).

Bien à vous tous,

Ndack


Hotep Monsieur Doumbia,

“Ceux au nom de qui, vous prêchez”-D.F

Dois-je prêcher au nom de quelqu’un quand je ne partage pas votre point de vue? C’est encore là une constance chez les dictateurs qui sont venus et ont tous échoué. Ils ont aussi été de toutes les couleurs d’Hitler à nfa-Sékou. Ils ont échoué parce que leurs formules n’étaient pas universelles( fallait lire E2 = mC2 dans le messsage précédant). Il ne faut qu’un très court temps pour échouer quand votre formule de développement n’est pas universaliste. Plus vous y tiendrez, plus vous ferez de victimes innocentes et votre peuple recommencera loin après les autres quand vous serez à bout d’haleine. Quant à votre ceinture de sécurité, rappelez-vous que si la montagne ne vient pas à Mohammed, Mohammed ira à la montagne. La ceinture de sécurité sera veine quand ira Mohammed à la montagne. L’universalisme (impérialisme si cela peut débloquer certains) est inévitable. Sans lui l’Homme se sortiatit pas d’Afrique. Sans lui vous et moi ne saurions absolument rien de l’Egypte aujourd’hui. Ce n’est certainement pas nos griots qui nous ont conté les pharaons ou leur phenotype négroïde. Ceux qui nous les ont rapportés ont suivi d’autres et se sont servi de méthodes universelle de datation archéologiques sans lesquelles tout serait spéculations. Quel plaisir y-a-t-il à casser la cuvette dans laquelle on mange et boit?
“Par ailleurs, je dois vous rappeller, qu’il est malhonnête de comparer nos actuelles POUSSIÈRES d’État à ce que fut l’Afrique avant l’arrivée meurtrière des autres.”-D.F

Pas que j’aie fait telle comparison, mais je vous invitais peu avant à visiter l’Afrique précoloniale où on vendait ses enfants comme ses chèvres en période de pénurie, où toutes les villes étaient entourées de murailles (pas seulement Sikasso) parce qu’on se faisait la guerre comme rien, au point de ne pas pouvoir travailler la terre à plus forte raison s’adonner à une forme supérieure de developpement. C’etait cela à la place des “POUSSIERES d’ETATS”. Ce n’étaient pas des mâges occuppés à calculer la valeur de pi ou la poussée qu’Archimède devrait s’approprier ou cogitant sur un Dieu hermaprodite. Vous trouvez cela malhonnêtes?
C’est vrai que ce n’est pas ce que chanteront les griots. Eux ne chantent que la musique à vos oreilles, combien toute votre lignée était vaillante blè-blè-blè. Cela vous parait-il plus honnête? Qu’avons-nous à montrer pour notre glorieux passé précolonial? Le passé colonial arabe peut-être à Tombouctou ou Djenné? Le tombeau des Askia (nos pyramides)? Peut-être quelques forges au mandé?

Sabu Nyuman


“Ceux au nom de qui, vous prêchez si généreusement Universalisme et Universalité sont justement ceux-là qui ont appris d’Hitler et du dieu ternaire menteur, truqueur, negrophobe (l’Eternel, Le Pere de Jesus et Allah)_dont ils pratiquent les idées quotidiennement contre notre peuple.” (Doumbifakoly).

Monsieur Doumbia, ont-ils reelement appris “du dieu ternaire…” ou ont-ils impose leurs idees racistes a travers dieu, l’universalisme et l’universalite? Je suis d’avis que dieu n’y est pour rien. C’est plutot sont intrumentalisation qui doit etre mise en cause. Ceci dit, je suis d’accord avec vous que l’universalisme a tres souvent cache des tendances racistes, colonialistes, et imperialistes comme Etienne Balibar nous le demontre a travers son oeuvre gigantesque sur le sujet.

Amadou Niang


Hotep mon cher Sabu. Universalisme ? Universalité ? Encore des mots creux pour embarquer, toutes celles et tous ceux d’entre nous qui ont renoncé aux remises en question essentielles, et qui préfèrent fermer les yeux sur les évidences les plus criardes : les rapports entre les humains ne reposent pas sur le génotype invisible à l’oeil nu mais bel et bien sur le Phénotype. Ceux au nom de qui, vous prêchez si généreusement Universalisme et Universalité sont justement ceux-là qui ont appris d’Hitler et du dieu ternaire menteur, truqueur, negrophobe (l’Eternel, Le Pere de Jesus et Allah)_dont ils pratiquent les idées quotidiennement contre notre peuple. Ce peuple dont certains enfants, dans un désir surréaliste de nous faire adopter par nos bourreaux, choisissent la facilité d’une réflexion et d’un raisonnement simplistes.

C’est bien à cause de telles attitudes de renoncement que notre peuple est vulnérable dans sa chair et dans son esprit : Sida, Ebola, jihadisme, et j’en passe. Oui, pendant que vous êtes terrifié à l’idée de nous entourer “d’une ceinture de sécurité et en même temps sanitaire” le temps de notre reconstruction, pensant que nous en serions incapables, les autres tremblent à cette idée par ce qu’ils savent ce que coûterait une telle rupture à leurs prétentions de domination éternelle. Par ailleurs, je dois vous rappeller, qu’il est malhonnête de comparer nos actuelles POUSSIÈRES d’État à ce que fut l’Afrique avant l’arrivée meurtrière des autres. “Quand on ne sait plus où on va, il est sage de revenir à son point de départ”.

Seule le manque de volonté et de courage peuvent tenter de nourrir la suggestion inverse. Du reste, les relations étroites dans le tryptique du temps ” Passé-Present-Futur” démontrent que, si les choses restent en l’etat,le futur sera le frère jumeau du Présent. Êtes-vous satisfait du Présent de notre Peuple?

Fakoly


Salut Ndack, Doumbi, Sabu et tous !
Le debat est vraiment tres interessant,et j’avoue que j’ai personnellement beaucoup appris de l’echange.
Cependant, il me semble que, dans ce genre de debats, puisque les postulats/les premices/les ‘a priori’ des theses defendues par vos positions respectives divergent des le depart, l’echange risquera de continuer dans sa posture parallele aussi longtemps qu’il continuera. Je peux bien me tromper dans cette assertion…

Que faut-il donc faire?
1-Agreeing to disagree and moving on to another topic?
2-Continuer l’echange avec la possibilite de soulever d’autres incomprehensions et questionnements tout au long?
‘Hotep’ a tous !

Talatou


Je reviens d’une tournée européenne (France et Belgique) et antillaise (Martinique et Guadeloupe) sur le thème de la Spiritualité Africaine. Afrocentrisme ou Afrocentricite la grande majorité de ces Noirs adeptes, y compris les musulmans et les chrétiens qui ont découvert l’arnaque de l’islam et du Christianisme, sont pour un retour à notre Source de Vie, la Spiritualité négro-africaine. Ils sont donc partisans déterminés de la construction d’une solidarité de race face aux prédateurs se nourrissant de la conviction phenotypique débile du Dieu ternaire (l’Éternel-le Père de Jésus-Allah). Vous avez beaucoup voyagé et beaucoup lu, moi aussi et, en plus je suis dans l’action et dans les réseaux qui militent pour la cause que je défends. Je sais donc je dis. Par ailleurs, en toute modestie, je vous informe que je suis l’auteur de quarante livres (40) dont le tiers, environ, porte sur la Spiritualité négro-africaine et les emprunts grossiers qu’en ont fait les autres prétendument révélées. Personne, pas même les Juifs, ne conteste mes arguments ou ne me traîne devant la justice pour diffamation. Pourtant un des titres est “la Bible en procès” .Pour terminer, je vous informe également que seuls les Noirs encore abusés par les inepties théologiques des guides religieux sur le Jugement dernier, le Paradis et l’Enfer, (dont nos Vénérables Ancêtres ont le titre de propriété pour en avoir conçu les concepts) croient encore à ces sottises. Ne vous étonnez pas si je ne réagis pas cette nuit à votre prochain post. Je le ferai demain. Je vais au lit.

Fakoly Doumbia


Je ne doute pas que vous ayez des fans, ce n’est pas ce que j’ai dit. Je dis plutôt qu’ils ne sont pas une dizaine de millions. Je ne pense pas que lors de vos conférences vous remplissez des stades comme Dicko pour la religion ou Sidiki Diabité pour la musique, ni en Europe, ni en Afrique.

Puis vous donnez l’exemple de la France, de la Belgique, qui sont des pays européens, et l’exemple de Martinique et Guadeloupe qui sont des territoires européens (eux-mêmes disent des colonies). Donc vous avez récemment prêché dans des pays peuplés à majorité de blancs et où des noirs vivent une certaine forme de discrimination raciale. C’est normal que certains parmi eux (et c’est une minorité) trouvent refuge dans votre discours. Mais la grande majorité se débat plutôt pour acquérir du pouvoir économique dans ces pays (y compris aux USA). Leurs héros c’est plutôt Akon, Jay-Z, Malamine Koné, Aliko Dangote, Lilian Thuram, Christiane Taubira, etc. Des gens qui ont su acquérir un certain pouvoir économique (et parfois politique) en Europe, en Amérique du Nord et en Afrique. Eux aussi remplissent des stades.

Tout ça sans parler du fait que tous ces membres de la diaspora, que celle-ci soit historique ou récente, ne prennent pas des pirogues pour aller vivre cette spiritualité ancestrale africaine sur le continent. Les pirogues vont plutôt dans l’autre sens.

Vous avez écrit 40 livres, très bien, je vous en félicite, mais je doute qu’ils soient très lus par la majorité, dans la diaspora comme en Afrique, car comme je disais les gens cherchent souvent plutôt à lire ce qui va leur permettre d’acquérir de la nourriture pour leurs enfants là maintenant. Oui, ils recherchent ce qui va les libérer de leurs chaînes mentales (Bob Marley) et vos livres sont sans doute d’excellents débuts de réflexion (le stade de l’enracinement) mais ensuite, pour se libérer concrètement, ils ont surtout besoin d’enrichissement par l’ouverture au monde et par l’action menée concrètement dans ce monde, d’où la popularité des modèles comme Akon, Jay-Z, Ali Dangote, etc.

Le fait que personne ne conteste vos écrits montrent effectivement que ce que vous dîtes est surement juste, mais surtout qu’il n’y a pas de débat de toutes façons puisque, comme je le disais ,ce sont des blancs eux-mêmes qui ont prouvé scientifiquement que l’Afrique est le berceau de l’humanité. Ce débat est donc peut-être dépassé ? D’où l’absence de débatteurs. Les gens se tournent le plus souvent plutôt de plus en plus vers l’action qui les enrichit aujourd’hui sans se préoccuper de ce que pense le voisin.

Bien à vous,

Ndack


Hotep ma chère NDack. Vous le savez déjà, mais je vous le rappelle : Aux États-Unis, une goutte de sang noir suffit à placer une personne dans la race noire. L’inspiration vient du Dieu menteur, truqueur et negrophobe (l’Éternel) : Ancien Testament Chapitre 9 versets 25 à 27. Ce dieu jaloux, il le dit lui-même, sera suivi dans son délire par le Père de Jesus et Allah. Voilà pourquoi toutes les relations humaines sont conjugués au temps et au mode du génotype et du génotype seulement. Qu’il soit Blanc immaculé ou Blanc cassé, il véhicule en lui cette prétendue supériorité sur les Noirs qu’elles que soient les nuances de leur pigmentation. Qu’il soit noir charbon ou couleur de lait, un Noir restera toujours un Noir. Chez les Blancs existe une solidarité de race en vertu de laquelle ils forment toujours un bloc dès qu’ils sont en face des Noirs. Les guerres fratricides entre Noirs ou entre Blancs ? Elles ont jalonné l’histoire des peuples pour des raisons aussi diverses que l’expansion territoriale, l’impérialisme spirituel par exemple. Elles ne peuvent occulter le rôle du phénotypes qui n’opère que lorsque les deux races sont face à face. Aussi avons-nous intérêt, pour résister à ces vagues negrophobes, à nous assumer et construire une solidarité de race. L’esclavage en Afrique noire ? Il est essentiellement du fait des roitelets convertis à l’islam ou au Christianisme ; des vrais traîtres à la Vision du Monde Ancestrale. Ceux qui lui sont restés fidèles l’ont fortement combattu. Je vous invite à vous informer sur ce que le Grand Sumaoro Kante faisaient aux conducteurs des colonnes d’esclave. Si vous ne comprenez pas ma position par rapport à la réalité du phénotype, des dizaines de millions de Noirs à travers le monde, surtout dans la diaspora, la partagent pleinement. C’est aussi en leur nom que je parle. Vie Santé Force.

Fakoly Doumbia


« Si vous ne comprenez pas ma position par rapport à la réalité du phénotype, des dizaines de millions de Noirs à travers le monde, surtout dans la diaspora, la partagent pleinement. »_Doumbi Fakoly

Merci mais j’ai beaucoup voyagé et lu mais votre position par rapport à la réalité du phénotype et très minoritaire statistiquement parlant. Elle est enclavée dans une vision afrocentriste que le reste des noirs et du monde entier ne comprend pas vraiment. Les noirs de la diaspora historique sont déjà minoritaire par rapport aux noirs africains et même n’y adhère pas tous. Quant aux Africains, ils ont des préoccupations qui sont très loin de ce que vous exposez ici, et ceci de leur propre aveu.

La spiritualité en Afrique est à la base tournée vers la vie. Ce n’est que par désespérance que beaucoup l’utilise maintenant pour espérer un monde meilleur dans l’au-delà ou s’enferme dans des réflexions afrocentristes de ce type, trouvant un refuge psychologique quelque part dans l’Egypte Antique. Et c’est surtout des hommes qui sont dans ces refuges. Peut-être un aveu d’échec ou d’impuissance, je n’en sais rien. Les femmes elles sont en permanence en train de chercher à manger pour allaiter leurs bébés et les faire grandir. Elles sont des modèles de résilience.

Tout ça pour dire que les dizaines de millions de noirs dont vous parlez cherchent surtout à bien vivre ici bas – se nourrir, se loger, éduquer ses enfants, etc. comme le reste des humains de notre planète, et qu’importe la couleur de celui ou celle qui les y aide.

Bien à vous,

Ndack


Hotep ma chère NDack. Si l’Afrique reste clouée sur la ligne de départ vers le Bien Être Social, c’est justement parce qu’elle ne sait plus qui elle est : chrétienne et judéo-chrétienne ou musulmane et arabe ? Elle veut coûte que coûte se réaliser dans la peau des autres, ayant renoncé à se servir de son propre Génie. Sans les autres croit-elle point de salut. Vous l’ignorez parce que vous n’êtes pas sur le terrain, depuis deux dizaines d’années, les Noirs ont compris que leur Mère Matrie, l’Afrique restera une coquille fragile aussi longtemps qu’elle ne s’abreuvera pas à sa Source de Vie À SATIÉTÉ. En clair, sans libération Spirituelle et Culturelle, il n’y aura jamais de développement. Nous continuerons de faire de la pauvreté, du mépris des autres nos compagnons de route. Toutes ces stars que vous citez font rêver notre jeunesse simplement parce qu’ ils chantent bien et leur donnent l’espoir de sortir un jour, peut-être, de la misère. S’ils étaient des modèles, au sens où vous l’entenfez, tous les jeunes se mettraient à faire de la musique. Je ne suis pas lu sur le continent ni pas assez dans la diaspora. Qu’en savez-vous. Votre supposition est gratuite et erronée. C’est par dizaines que des Noirs du Mali, du continent et de la diaspora abandonnent l’islam et le Christianisme grâce à mes livres. Pas une année ne s’écoule sans que plusieurs d’entre eux ne se fassent initier au Vaudou ou au Komo, ici au Mali.Il n’y a pas de débatteurs simplement parce qu’ ils savent qu’ils n’ont aucun argument pour le faire. Vous savez que les juifs sont prompts à traîner devant la justice toute personne qui dérange leur certitude affirmée dans les commandements de leur dieu. Ils n’ont pas bougé le petit doigt quand j’ai écrit “l’origine Biblique du Racisme anti-noir” et “la Bible en procès” dans lequel je demande la convocation devant la justice de ce mauvais récit historique pour ces mensonges negrophobes. Les guides religieux qui remplissent les stades ? Ils ne traînent derrière eux que des ignorants. Comme eux-mêmes : Quand un guide religieux soutient l’existence du paradis et de l’enfer où le corps physique est reconstitué, il donne la preuve formelle qu’il est très limité dans la saisie de la Divinité Suprême : La Mère-Pere Primodiale. Ma chère NDack, Talatou a raison : si intéressant soit-il, ce débat restera toujours sur des chemins parallèles ou opposés. Je suivrai donc son conseil ; je vous laisse sur vos positions d’autant plus que je vois qu’à chaque fois que vous êtes en difficultés, vous faites surgir l’homme dont vous semblez aimer faire notre éveilleur de conscience. Je suivrai l’autre conseil de Talatou qui est de déplacer le débat sur un autre terrain. Je nous invite à tenter de résoudre l’équation suivante : Moise, Jésus ni Mohamed n’ont pas même écrit une seule ligne de leur vie. Même les dix (10) Commandements ont écrits par l’Éternel pour son protégé Moise. Pourtant ils appartenaient tous à des peuples de lettrés. Leur second point de ressemblance absolue est que l’un ni les autres n’ont laissé le moindre enfant mâle. Le dernier point commun est que leur biographie et leur enseignement n’ont été révélés qu,une dizaine d’annees au moins après leur mort. Qu’en pensez-vous ? Vie Santé Force.


Bonjour cher Doumbi,

Ce n’est pas une affaire de terrain puisque vous semblez prêcher en Europe. Puis je suis les activités économiques en Afrique où j’ai moi-même des partenaires d’affaires, donc le terrain je l’étudie, c’est mon travail d’ailleurs, je suis économiste.

Aussi, je parle de modèle en termes d’action pour acquérir du pouvoir économique. Lilian Thuram a fait une carrière au football, Akon dans le musique mais Aliko Dangote est un homme d’affaires. Il ne s’agit pas d’imiter ce qu’ils font mais de s’approprier leur vision. C’est en cela qu’ils sont des modèles. C’est le fait qu’ils aient acquis du pouvoir économique en mettant en avant leur capital humain qui fait d’eux des modèles. Ce sont des hommes qui sont partis de rien et qui ont bâti quelque chose à partir de leur compétence. Et les jeunes les suivent et tentent, chacun dans son domaine, de bâtir quelque chose juste avec sa tête, ses mains et ses pieds. Je connais une jeune femme sénégalaise qui, partie de rien, a bâti une société qui vend des produits de beauté partout dans le monde en utilisant le beurre de Karité pur acheté au Mali. Ce n’est pas de la musique ou du football mais c’est le même modèle.

Cher Talatou,

Il ne s’agit pas de savoir qui a tort ou qui a raison, ni de convaincre. Bien sûr que cela continuera de façon parallèle. Mais il y a des jeunes qui nous lisent et qui n’arrivent peut-être pas à comprendre ce que Doumbi Fakoly dit ici. J’en ai rencontré pleins des comme ça sur Facebook et d’autres plateformes. Mes arguments les aident à avancer. J’ai connu des jeunes qui, il y a 6 ans, ne parlaient que d’Egypte antique et d’aller apprendre à lire des hiéroglyphes et moi et d’autres n’ont cessé d’essayer de les sortir de là. Et 2 ans plus tard, ils étaient en première ligne dans les manifs contre Wade pour AGIR. Ils sont sortis de leur refuge afrocentrique pour gérer leur Présent. Certains sont maintenant entrepreneurs et participent à l’émergence de notre continent, émergence qui est réelle en Afrique anglophone mais les jeunes francophones se réveillent aussi peu à peu. Si des chercheurs comme Doumbi Fakoly ont participé à leur faire prendre conscience de certaines réalités, des gens comme moi doivent les tirer ensuite de là car à perpétuer son histoire, on en reste prisonnier. C’est ce qui a mené le Mali là où il est aujourd’hui et au Sénégal c’est pareil. Comme le rappelait hier dans le même type de discussion mon ami Matar Mbaye, la Culture est un Flux et non pas un Stock figé dans le Temps et dans l’Espace.

Bien des choses,

Ndack


Celles et ceux que nous avons aidés à sortir de l’aliénation Spirituelle et Culturelle ne retomberont plus jamais dans cette déchéance mentale. Si l’histoire est dynamique elle doit être pilotée par un peuple lui-même qui ne doit rester à la remorque de l’histoire pilotée par les autres. Cela est d’une banalité enfantine. L’économie comme la politique comme le Social portent la marque indélébile de la Source de vie, la Spiritualité d’un peuple. Tout peuple qui spécule sa réussite matérielle en singeant les autres est FOUTU pour l’éternité. Les Noirs, les Africains de nos jours ont compris cette évidence élémentaire. Alors si j’ai un dernier conseil à vous donner, c’est de ne pas consacrer en pure perte votre énergie à défaire ce que des chercheurs comme moi ont construit pour la libération mentale de notre peuple. Pas même un dieu ne pourra vous aider dans cette destruction. Aucun dieu n’en a les ressources. Alors révisez vos prétentions absurdes à la baisse. Et ayez un peu plus de respect pour celles et ceux qui ne pensent pas comme vous. Nous ne menons jamais d’attaque contre les personnes. Seulement contre les idées et les idéologies farfelues et negrophobes. Vous avez le droit de les défendre. Mais vous n’avez pas le droit de nous attaquez, encore moins comme vous le faites si grossièrement et si haineusement. Vie Santé Force.

Fakoly Doumbia


“Et ayez un peu plus de respect pour celles et ceux qui ne pensent pas
comme vous. Nous ne menons jamais d’attaque contre les personnes.
Seulement contre les idées et les idéologies farfelues et
negrophobes.”__Doumbia Fakoly

This is too much to swallow. Ça c’est purement de l’hypocrisie
intellectuelle. Vous passez votre temps à insulter et dénigrer les
autres et leurs croyances, puis vous avez l’ audace de demander du
respect??? Je ne sais pas sur quelle planète vous vivez, mais sûrement
pas sur terre.

Le respect est réciproque Mr. Doumbia….le respect est réciproque.

En fin de compte, je suis arrivé à la conclusion que vous êtes un grand
danger pour la jeunesse malienne qui est inéduqué et proie à vos idées
qui font chaud au cœur mais mène à la perdition.

Vous êtes un marchant d’illusion; je ne manquerai de vous dénoncer à
chaque accession qui se présente.

Amadou O. Wane


Vos propos sont la preuve que vous n’avez aucun argument à opposer à ce que j’affirme. Dire d’un dieu menteur, truqueur et negrophobe que c’est un dieu menteur, truqueur et negrophobe est la stricte réalité. Si vous êtes capable de démontrer le contraire, alors vous pourrez dire, à raison que je manque de respect à celles et à ceux qui suivent aveuglement un tel dieu. Cherchez les arguments pour démonter les miens plutôt que de brandir des affirmations gratuites et des menaces ridicules.

Fakoly Doumbia


Mr. Doumbia,

Je n’ai absolument rien à vous prouvez. À vous vos pensées et croyances, aux autres leurs pensées et croyances. Comme je l’ ai dit auparavant, on ne peut avoir une discussion constructive avec quelqu’un qui est si catégorique dans sa position. En consequence, je ne m’aventurera pas à vous suivre dans votre sophisme; ce serait vous donner trop de crédibilité.

Sachez que vous ne pouvez pas attaquer les autres pour leurs croyances et espérer avoir du respect en retour.

La seule chose que nous pouvons avoir en commun c’est respecter le droit de chacun d’avoir ses idées. Mais là encore c’est trop vous demander; parce que vous refusez ce droit aux autres. Évidement, cela n’aboutira qu’a des conflits interminables.

Amadou O. Wane


Ce Qui a été Promis aux Religieux

2000px-Star_and_CrescentCoat_of_arms_of_Mali
En 2013, IBK a reçu un soutien inconditionnel des religieux de tout bord; le journal Le Sphinx révèle un mémorandum que le candidat avait signé alors pour bénéficier de leur soutien; ça va de la médicalisation de excision à la censure des médias, en passant par l’interdiction des “habits indécents”; lisez plutôt.

Les religieux ne sont pas un groupe homogène; le groupe Sabati 2012 ne fait certes pas l’unanimité. Et dans bien de choses. Cherif Madani Haidara a révélé récemment que lorsque les Maliens avaient décidé de donner de l’argent pour supporter l’armée dans les opérations au Nord, il a donné une large somme mais n’a pas pu convaincre ses collègues du HCI à en faire autant. La raison avancée par ces derniers? Donner de l’argent à l’armée revient à une levée de fonds pour lutter contre les islamistes qui sont des frères en religion. Haidara dit avoir été peiné par ces propos mais n’a pas donné le nom de celui qui l’a tenu.

Aux prochaines élections il faut s’attendre à des positions encore plus tranchées.

A. Karim Sylla

_____________________________

CE PAR QUOI LES ISLAMISTES TIENNENT IBK : Le deal de la honte
24 Janvier 2016 | Le Sphinx | Batomah Sissoko

«Parmi les critères à l’origine de notre choix relatif au soutien de la candidature d’IBK, figure son acceptation de notre mémorandum». Ainsi s’exprimait le Président du mouvement «Sabati 2012», Moussa Boubacar Bah, le vendredi 19 juillet 2013, dans les locaux de la Zawiya du Chérif de Nioro. Et le piège se referma ! Ce qui se passe aujourd’hui n’est, en fait, que la résultante des faits datant de cette période et de… ce deal.

A la faveur de la cérémonie en question, le Cherif de Nioro a, pour sa part, précisé ceci, parlant de l’option IBK : «Je fais ce choix pour le Mali et pour le bien des Maliens. La situation dans laquelle se trouve notre pays appelle un homme d’Etat qui défend les intérêts du Mali et de son peuple. Il est le candidat qui respecte les valeurs de notre pays. Nous devons barrer la route à ceux qui ont mis notre pays dans cette situation».

Reprenant la parole, le président du Mouvement Sabati 2012, renchérira: «On avait 4 candidats entre lesquels on devait choisir. Ce sont Cheick Modibo Diarra, Choguel Kokala Maïga, Moussa Mara et Mountaga Tall, auxquels IBK est venu s’ajouter. Parmi les critères qui ont amené au choix d’IBK, son poids politique, son audience auprès des populations, le fait qu’il incarne l’autorité de l’Etat, l’acceptation de notre mémorandum».

Le mémorandum de la honte

Mais que dit donc ce fameux mémorandum accepté par le candidat devenu président de la République? Il s’agit, en clair, de la remise en cause de la laïcité de la République. En voici quelques passages:

«La relecture du Code de la famille non plus par l’administration et l’Etat, mais cette fois-ci par un groupe de travail sous l’égide du Haut Conseil Islamique du Mali.

– Interdiction des débits de boisson, boites de nuit et maisons closes.

– Interdiction des films pornographiques et érotiques.

– Réorganisation de la censure notamment pour l’audio-visuelle (ORTM) et les médias privés.

– Interdiction totale des jeux de hasard.

– Aménagement des lieux de prière dans les ministères et les administrations publiques au frais de l’Etat avec une participation des musulmans.

– Aménagement d’une mosquée dans les aéroports et les hôpitaux.

– Réaffirmation par décret du caractère sacré du mois de Ramadan avec interdiction des festivités et fermeture des débits de boissons, des boites de nuit et des centres de loisirs.

– Médicalisation de l’excision et non pas suppression de cette pratique.

– La prise en charge des imams des mosquées de vendredi et leurs adjoints par un salaire net d’impôts de 300.000 F CFA pour les premiers et 200.000 F CFA pour les seconds ainsi que l’instauration d’une alloca­tion annuelle à allouer aux mosquées de vendredi.

– Interdiction du port d’habits indécents dans les ministères, adminis­trations, institutions et organismes publics et semi-publics.

– La création de tribunaux islamiques de conciliation dans les quartiers et les communes.

– La création d’un ministère des Affaires religieuses…»

Ce sont bien là les termes du mémorandum accepté par IBK. Si certains de ses points s’avèrent pertinents (Médicalisation de l’excision, création d’un ministère des Affaires religieuses, etc.», d’autres sont tout simplement liberticides et anticonstitutionnels et par conséquent, impossibles à mettre en œuvre dans une République laïque. Pourquoi diantre alors un «Homme d’Etat» a-t-il accepté pareil deal ?

Le président du Mouvement Sabati 2012 l’a bien précisé : IBK s’avérait le cinquième candidat sur leur liste, après Cheick Modibo Diarra, Choguel Kokala Maïga, Moussa Mara et Mountaga Tall. Ces derniers ont, selon toute évidence, choisi de bien réfléchir avant d’accepter les critères à eux soumis. C’est donc IBK qui s’est engagé. Le vin étant alors désormais tiré, il faudra le boire.

Aux yeux des cercles islamiques, le désormais président de la République doit tenir ses engagements, comme par exemple, créer des tribunaux islamiques dans les quartiers et communes, procéder aux censures des medias, etc.

Le syndrome algérien

Bien entendu, puisque sa seule volonté présidentielle ne suffirait pour franchir ce Rubicon, alors, il faut sacrifier des magistrats à l’image de Daniel Tessougué afin de contenter la partie contractuelle; obtenir la libération de présumés jihadistes au nom de l’accord de paix; accentuer la pression sur les médias (en tentant par exemple de réduire au silence ceux-là présumés opposants et entretenir les partisans)…

A l’heure actuelle, les groupes religieux et islamiques en particulier, au regard du deal contracté avec le président élu, estiment être dans leurs droits lorsqu’ils s’opposent aux décisions émanant des plus hautes autorités du pays ou, plus grave, lorsqu’ils exigent que les troupes étrangères quittent leurs «terres». C’est bien ce que réclament Ançar-dine et ses partisans (le FLM d’Amadou Koufa), très proches d’Al-Qaïda et ayant désormais des antennes et cellules dormantes partout sur l’étendue du territoire national.

Le scenario n’est pas loin des cas algérien et égyptien. Dans les années 90, un parti islamique algérien, le FIS (Front Islamique pour le Salut) fut autorisé à briguer la magistrature suprême du pays. Il remporta le scrutin. Mais au regard du péril qu’il représentait, les militaires durent faire irruption sur la scène politique. Ce fut presque le même cas en Egypte avec le Président Morsi plus récemment.

C’est dire combien la cohabitation avec certaines forces peuvent s’avérer périlleuse. C’est seulement aujourd’hui qu’il en mesure les conséquences. Les mesure-t-il vraiment ? Si oui, il ne dispose hélas, d’aucun remède pour conjurer le mal.

Mais si Moussa Mara a cru bon de lui emboiter le pas pour hériter de ce deal avec les milieux islamiques du pays, il doit être prêt à assumer l’envers du décor. C’est bon de parcourir les mosquées pour y faire des prières afin de se faire passer pour le meilleur ami des mollahs du pays. Mais attention : voler un tam-tam, c’est facile ! Mais où le jouer sans être découvert reste un problème entier. A bon entendeur…


Ce genre de texte crée de la confusion et n’a rien à voir avec la réalité.
En plus on profite à chaque fois pour faire les éloges de ce Kassogue et par ricochet s’attaquer à Mara.
Pourriez vous me citer un seul acte de bravour que Kassogue a posé pour défendre la justice dans ce pays à l’égard d’un certain Hameye Foune sous le régime de GMT ou du jeune magistrat qui avait démissionné.
IBK a besoin de l’ensemble du peuple malien uni et solidaire pour réussir.
Hélas tout le monde a baisser les bras et on reste sur des déclarations vaines sans actes concrets . C’est très facile de critiquer mais les actes ça demande plus de courage et d’honnêteté intellectuelle.

Warda Belem


Bonsoir Belem,

De quel KASSOGUE s’agit il? J’ai beau relire la chaîne de messages, je m’y perds. Je suppose que vous vous êtes trompé de message, ou bien j’ai raté quelque chose.

Cordialement

Jean Kodio


Excusez moi c’est plutôt Tessougue.
Tessougue, Kassogue c’est kif kif (rires )

Warda Belem


Au Mali, l’on peut dire, sans risque de se tromper, que n’importe quelle personnalite politique qui sera elue apres IBK devra faire face a cette question. Il est donc important d’y reflechir des maintenant sans tomber dans les attaques personnelles. Le plus tot la reflexion commence, le mieux nous en saisirons les contours dans l’interet de notre pays. Fort heureusement, beaucoup de personnes ont deja commence cette reflexion et cela est une bonne chose. Ainsi, je voulais proposer cette conversation autour du the a la menthe, entre les 1er et 2e verres (pas question de 3e), et voir quelles lecons nous pourrions en tirer.

Que les hommes politiques cherchent a approcher les religieux n’est pas un probleme a mon avis; ce n’est pas nouveau non plus. Apres tout, toute personnalite politique cherche a multiplier les voix qui soutiennent son projet de societe. Cela se passe directement ou indirectement dans tous les pays du monde (ou presque). Au Mali, comme dans des pays voisins a lui, nous assistons regulierement aux injonctions (directes ou directes) de personnes portant les casquettes de leaders religieux, de chefs de confreries et ou de sectes, etc. Les leaders religieux, eux non plus, ne sont pas blamer dans ce cas car leur role c’est bien(en substance) d’accroitre leur base religieuse, si non quelle serait leur mission? Ainsi, le fait de “vouloir multiplier les voix qui soutiennent leurs projets de societe”[pour les femmes/hommes politiques] et celui de chercher a “accroitre leur base religieuse”(d’ou leur forte representativite dont nous avons parle ici meme sur Malilink) [pour les religieux] cree cette dialectique Hegelienne (in Phenomenology of the Spirit)ou chacune des 2 parties, tout en rejetant l’autre par moments, a pourtant besoin de ce meme autre pour son existence/sa survie. Ce qui cree un processus de rejection (par moments) mais aussi de dependance. Dans ce processus de dependance mutuelle, chacune des parties essaie de transformer/de faconner l’autre a sa guise. C’est a ce stade qu’un vrai leadership est necessaire pour bemoliser la situation afin de la decanter…
D’autres part, gardons aussi a l’oeil le fait qu’il est arrive que certains candidats (affilies a d’autres religions ou sectes du Mali ou d’ailleurs)le fassent sous une forme deguisee (ONG, Fondations, etc).
Enfin, un regard a l’echelle mondiale devrait aussi nous etre instructif. Aux USA (par exemple)depuis que j’y suis, je n’ai jamais assiste a une campagne presidentielle ou locale ou l’on a pas vu des candidat(e)s en appeler aux religieux, soit en rencontrant des pasteurs, etc, soit en ajustant leurs messages a cette fin. Les Mike Huckabee, Rick Santorum, Ted Cruz, Hilary Clinton dans une certaine mesure(pour ne citer que ceux-ci) sont dans cette categorie. Dans l’etat de Utah ou je reside, (et certainement dans d’autres), en dehors de la ville de Salt Lake City et banlieue, les choses semblent tres flagrantes par rapport au poids des religieux dans les elections… Enfin, le fait que, en plus des “birthers” (qui continuent a vouloir croire que le Presi Obama serait ne au Kenya), beaucoup d’autres, a leur tour, continuent a dire qu’il serait musulman indexe une certaine presence du religieux sur la sphere politique de ce grand pays. Mais je reconnais que par rapport au Presi Obama, tous ces 2 derniers groupes sont largement minoritaires, et que ces non-sens ont aussi quelque chose a voir avec sa race. Enfin, je ne cite pas ces exemples pour dire forcement que c’est ce chemin que le Mali doit prendre, mais je les cite pour dire que tout dependra de la capacite de nos futurs Presidents elus (et de l’actuel, IBK) a anticiper et a se laisser guider (avec fermete) par les principes qui suivent:
Que faire?
A mon avis, la question, doit etre examinee de facon macroscopique dans un contexte de creation d’emplois pour les jeunes et moins jeunes, de renovation du contenu de nos programmes d’enseignement(y compris ce qu’on enseigne et comment on evalue), la reduction de la corruption par la simplification des procedures et leur transparence, le maintien et le renforcement de la laicite de notre etat, l’egalite de tous devant la loi et son application ferme, la prise en compte serieuse des preoccupations de toutes les populations pour limiter les frustrations, etc. L’extremisme religieux (de toutes les religions, meme si dans le cas du Mali, il s’agit bien des extremistes musulmans) se nourit de ces maux-ci, et c’est bien la que nos Presidents/dirigeants elus devront, avec anticipation, les attaquer. Et sur ces points, parlant d’anticipation, (en attendant de voir pour les autres femmes/hommes politiques) il me semble que Moussa Mara, a travers son document sur sa vision de la laicite publie ici et ailleurs, ses descentes regulieres sur le terrain pour s’enquerir des preoccupations des populations, son engagement pour la lutte contre la corruption,(pour ne citer que des exemples !) mesure bien la dimension des attentes et des defis.
Bonne soiree a tou(te)s !

Talatou A. Maiga
University of Utah


Merci Mr Diawara,

s’il est facile pour certains de tout absorber afin de s’adapter a tout, d’autres sont par ailleurs allergiques aux mensonges, aux manipulations, aux tricheries, aux vols, …. qui d’ailleurs caracterisent le regime Nul et de NULLARDS d’IBK.

Comme Dr Etienne l’a si bien dit lors du dernier debat de dimanche, le mali est une function
a plusieurs variables plus une constante c ie

Mali = f(x,y,z) + c ou x,y,z sont les variables qui correspondent aux premiers ministres, aux ministres, aux conseillers,…. et la constante c est le president lui.

Selon Etienne, nous avions change a maintes reprises les variables sans autant de solutions. Essayons donc la constante c qui est pour nous le president IBK.

L’echec d’IBK n’a rien a voir avec celui du Mali. Le Mali ne s’indentifie pas en lui. S’il le faut donc, nous prions qu’il parte.

CM

L’état d’Urgence vs Maouloud

Aujourd’hui ce sujet était présent dans bon nombre de discussions sur les radios; l’état d’urgence interdit-il les célébrations du Maouloud? Les religieux eux ont décidé que l’état d’urgence ne concernait que le gouvernement, pas eux.

L’état d’urgence avait été déclaré après le conseil des ministres extraordinaire de lundi dernier et le texte du communiqué disait ceci: “L’institution de l’état d’urgence vise à donner aux autorités compétentes les moyens de droit leur permettant de mieux circonscrire et combattre tout projet d’atteinte à la sécurité des personnes et de leurs biens et toute tentative de troubles à la quiétude des populations”.

Le communiqué, bien entendu, ne disait rien sur une interdiction de réunions et/ou attroupements, comme le précédent état d’urgence (après l’attaque du Radisson) qui disait que les attroupements pourraient être interdits.

Mais ce n’est pas comme ça que ça été compris par les religieux; ils sont passés à la vitesse V; ils ont fait aussi leur communiqué: en somme l’état d’urgence ne les concernent nullement et leurs (différents) attroupements auront bien et bel lieu. Disant n’avoir pas été consultés sur l’opportunité de l’état d’urgence en cette période de fête musulmane, ils ne sentent pas concernés du tout par cette décision gouvernementale.

Pour clarifier les choses, le ministre de l’administration territoriale (ministre de l’intérieur) est intervenu (aujourd’hui mercredi): « L’état d’urgence n’est pas instauré pour qu’il n’y ait plus de cortèges, plus de concerts, plus de célébrations […] L’état d’urgence n’est pas fait contre une communauté ou une autre, et comme par hasard les deux religions dominantes chez nous célèbrent leurs plus grandes fêtes en même temps. Bien au contraire, c’est pour protéger tout ce qui peut y avoir comme festivité »

Il y a eu quelque part un déficit de communication; le texte du communiqué aurait pu être plus clair dès le départ en clarifiant ce qui est permis et ce qui ne l’est pas (c’est d’ailleurs ce que la loi demande); mais le message des religieux aux gouvernants est on ne peut plus clair: à vous vos lois, à nous les nôtres; nous allons (désormais) ignorer ce qui ne nous arrange pas; et vous n’y pourrez absolument rien.

À cela, il faut ajouter le départ du procureur général qui serait dû en en partie avec sa prise de bec (par journaux interposés) à l’imam Dicko.

Je suis maintenant persuadé que l’état anté-2012 a cessé d’exister; nous avons aujourd’hui quelque chose qu’il faut redéfinir.

______________________
A. Karim Sylla


Karim,

c’est la suite logique de l’incivisme qui fait ravage au Mali depuis trop longtemps. Le temps ou IBK imposait la discipline au etudiants maliens et balayait nos barbus a coup de jet d’eau des sapeurs pompiers est revolu. Dans un etat faible, le desordre fait force de lois.

Amadou Niang


Oui chers tous!

ZArawana et l’AÉEM savent comment le PM d’AOK, IBK a forcé l’ordre et
la discipline durant ces moments de fortes turbulances scolaires et
universitaires.
C’est d’ailleurs à cause de cet esprit radical d’un pouvoir étatique
que les maliens ont voté IBK, pensant qu’il va vider les bandits du
Nord Mali!
Hélas, la loi n’est plus dure comme le dit le Droit, car les
mouvements (religieux, sociaux, affaires, clans…) sont désormais des
lois!
L’autrité tant voulue des maliens d’IBK est absente!

Nous exigeons la protection de l’ETAT en disant le Droit au Mali.

Les maliens sont fatigués du manque de l’autorité de l’Etat et le droit tordu!

BA


Mr Ba,

Ne tombons pas dans des propagandes et des discours politiques. IBK n’a jamais pu discipliner l’AEEM. Les anciens secretaires et membres des differents chapitres de l’AEEM,comme Moussa Timbine, Racine Thiam, Abba Maiga, Chiana,….. peuvent vous le confirmer. Entre parenthese, nous avions vu ces gens la traiter d’IBK de tous les noms quand il etait PM. Paradoxalement, ils sont de ceux la qui remuent ciel et terre pour vendre ce grand mediocre de saint.

Pour continuer, nous aimerions vous demander ” De quelle discipline vous parlez? ” IBK est devenu premier ministre quand les etudiants etaient par dehors, et il est parti quand les etudiants etaient par dehors. A quoi ses menaces et TENTATIVES et EPISODES de DISCIPLINE ont servi? RIEN, sinon les etudiants seraient sur une autre trajectoire.

Par contre si vous ne saviez pas, nous vous informons que la politisation de l’aeem a pris de l’ascendance quand IBK etait premier ministre. Les faits sont tetus et la. Juste pour vous dire qu’il a su que ses approches ne servaient a RIEN, raison pour la quelle beaucoup de membres de L’AEEM avaient commence a beneficier des bourses pour aller en dehors du pays.

IBK n’a jamais pu regler un probleme au MALI. Si oui, le quel?
CM


Karim: “Il y a eu quelque part un déficit de communication; le texte du communiqué aurait pu être plus clair dès le départ en clarifiant ce qui est permis et ce qui ne l’est pas (c’est d’ailleurs ce que la loi demande)”.

Vues, jusqu’ à présent, toutes les expériences avec ces gouvernements de IBK , il n’ y a pas, de mon avis, “undéficit de communication”. C’ est l’ incapacité d’ apprendre de ses erreurs et de rédiger un texte correct et appoprié aux circonstances de son pays. Ça se résume en manque éclatant de réflexions profondes et de stratégie dignes d’ un État qui se respecte et respecte ses citoyens.

Bien cordialement

M. Diagayété


Pour revenir à l’état d’urgence, je voudrais réitérer mon avertissement aux autorités maliennes de ne pas galvaniser les islamistes en les provoquant dans leurs droits inaliénables. Copier-coller les mesures prises par la France n’est pas une façon de gouverner un pays. C’est un peu trop facile que d’instaurer l’etat d’urgence à la va-t’asseoir, sans même savoir ce que cela veut dire exactement ni ce que cela coûte au pays.

Pour encore paraphraser Ndack, La France a les moyens de sa politique. En plus, les rapports de forces en France entre l’Etat et les islamistes sont exactement inversés au Mali. Prendre des décrets sans en mesurer les conséquences, dans une situation si précaire comme celle du Mali relève du suicide.

Pour le président malien, aller à Kidal serait de la fanfaronnade politique mais aliéner les religieux dans un contexte où leur appui parait crucial, ne semble pas l’inquiéter. S’il est garçon, pourquoi le gouvernement n’irait-il pas instaurer son état d’urgence à Kidal?

Ce qui est sûr c’est que nous avons un président qui ne risquerait pas un cheveu ou même de salir son boubou blanc pour sauver le Mali.

Je me battrais pour que les musulmans puissent fêter en toute quiétude leur Maouloud, les chrétiens leur Noël, pour que les Bamanan du Bélédougou puissent fêter leur komo, ceux du Baniko leur djo, pour que les senoufos puissent fêter leur pori, car comme disait l’autre, un peuple qui sacrifie sa liberté pour sa sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre.

Sabu Nyuman


Merci cher Sabu pour cette mise au point, qui rejoint d’ailleurs la lamentation récurrente de M. Diagayété sur la communication publique.

À Karim, je dirai que la donne a changé en août 2009, si on veut vraiment refaire l’histoire.

Tout de même, en tant que critique de Mahmoud Dicko et autres de l’islam politisé au Mali, j’apprécie de temps à autre ce qu’il dit sur la diversité religieuse et culturelle, que ce soit en 2012 ou juste ce matin sur RFI. Nous pouvons faire la part des choses, sans être manichéen dans cette affaire. Si les imams appuient au moins verbalement cette vision de société, ce n’est déjà pas mal.

S’ils occupent une place centrale dans le débat politique aujourd’hui, il est évident qu’il faut aussi leur parler, les écouter et dialoguer avec eux. Il faut faire de même avec les critiques du lobby politico-religieux. Une gouvernance intelligente consulte beaucoup, tout en articulant avec force sa propre ligne, qui repose sur une éthique publique saisissable. La longue et riche conversation menée par nos collègues Ndack Kane et Mamadou Traoré sur la République doit être distillée en éléments précis et concrets. Peut-être, c’est notre devoir de l’année qui s’ouvre à nous.

Encore une fois, l’imam M. Dicko a salué la coïncidence historique de Maouloud et de Noël, qu’elle nous offre une opportunité de faire ce que les Maliens font ou du moins faisaient jusque-là: participer aux fêtes religieuses des uns et des autres. Si cette prise de position est sincère, tant mieux. En tout cas, elle met sur bande sonore une idée capitale qui est à la racine de l’idée républicaine et également de la laïcité. La laïcité est vraiment l’arrangement intelligent que vous (Sabu) décrivez ci-bas. Et un habitué de ce forum ne se hasarderait surtout pas à vous assimiler à un apologiste de l’islam politique.

Je crois qu’il faut profiter de ce qui persiste encore de l’esprit de la société malienne, sahélienne, ouest-africaine qui accepte la différence, si elle ne la célèbre pas; la diversité religieuse que même un imam rigoriste accepte encore. Ce sont des lucarnes à essuyer pour éviter qu’elles se referment totalement. C’est le service que l’on peut rendre aux non-musulmans (chrétiens, juifs, traditionalistes) et surtout aux musulmans. Parce que là où la diversité religieuse est oblitérée, la majorité musulmane en a souffert le plus et c’est elle qui continue de saigner en terre d’islam.

Ceux qui se battent pour la liberté de tous, se battent pour la liberté des autres et la leur. Et c’est tellement bien dit que l’abandon de la liberté n’a jamais apporté la sécurité qui en est le prétexte. C’est ce qui m’inquiète dans les tendances actuelles dans le discours public, même en France. Même si on a les moyens de sa politique, on peut se faire beaucoup de mal en tirant de trop sur la corde raide des libertés individuelles. Quant au Mali, bien sûr, le mimétisme de mauvais réflexes n’apportent rien de bon à la population, et surtout n’a aucune valeur pédagogique.

La programmation de l’ORTM aurait pu contribuer à mieux faire comprendre ce qui se passe et à impliquer les citoyens dans le débat et les actions pour améliorer la sécurité collective. Mais, là on retourne à une vieille rengaine et au constat tout aussi constant que les acteurs du secteur sont “incorrigibles”.

Mohomodou


Merci pour ce développement, Mohomodou. Lorsque vous dites que “la donne a changé en août 2009”, je suppose que vous faites allusion à la reculade du pouvoir face à la réforme du Code de la Famille ?

“Adopté en août 2009 par l’Assemblée nationale, après trois jours de débats publics, ce code est censé notamment moderniser les usages matrimoniaux, familiaux et successoraux. Dicko le juge « inadapté aux valeurs maliennes » et fabriqué par « la prétendue société civile financée par les Occidentaux ». Quitte à en déformer la portée – en laissant courir le bruit qu’il autorise le mariage homosexuel –, il organise des marches de protestation dans le pays. Le 22 août 2009, il parvient à rassembler 50 000 personnes au stade du 26-Mars, à Bamako. Et contraint Amadou Toumani Touré à reculer. Le président malien renvoie le texte en deuxième lecture. Dicko a gagné une manche. Il en a remporté une autre, le 4 octobre dernier, lors de l’ouverture de la session parlementaire : plusieurs articles de la nouvelle mouture présentée à l’Assemblée portent sa marque. Ainsi, dans la version initiale, seul le mariage civil avait un statut légal. Dans le nouveau texte, les unions religieuses sont reconnues par la loi. « Un recul », confie une source à l’Assemblée.”

http://www.jeuneafrique.com/194548/politique/mahmoud-dicko-l-imam-qui-casse-le-code-de-la-famille/

Stephane K. Bombote


Oui Modou fait référence au code de la famille.
J’ai entendu Dicko aujourd’hui sur RFI — de très belles paroles. Le problème est que son message est totalement autre dès lors qu’il s’exprime aux Maliens en langue locale. C’est moins conciliant et plus tranché. Il accepte aussi que des absurdités soient dites sans broncher. Sans parler de la démagogie — dans son interview sur RFI, on lui a demandé si la coïncidence Maouloud et Noël était juste un hasard du calendrier; “c’est l’œuvre de Dieu”. N’importe quel élève de 7eme sait que vu la différence de jour entre les deux calendriers cette coïncidence peut se répéter tous les 36-37 ans.

______________________
A. Karim Sylla


Merci Stéphane et Karim,

Oui, S: il s’agit de ce moment où l’ère ATT (qui se prêtant bien au jeu de mots, i.e
“Air ATT”) a amorcé sa descende vers l’aéroport de Yoff (Dakar).

Et bien, K: il faut traduire ce que le dit l’imam en langue nationale en français et ce qu’il dit en français en langue nationale, comme Amadou Wane le fait pour les pérégrinations présidentielles. Ce qui, a priori, ne préjuge de rien, ne présume ni en mal, ni en bien les propos de l’homme. C’est seulement du “fact checking” appliqué à l’imamat du 21e siècle. (Voir ses prédécesseurs dans J.L. Triaud, Le temps des marabouts).

Le premier droit inaliénable que nous devons défendre avec becs, ongles, griffes et surtout plumes est celui de parler, de critiquer et même d’être profondément désagréable envers tous ceux qui parlent des “deux coins de la bouche”.

Pour une nouvelle rubrique, ce ne serait pas mal d’avoir une pour “Imam en recto verso”.

Mohomodou


Copier-coller mène souvent au résultat contraire de celui qu’on imite. L’état d’urgence actuel n’est pas celui de l’autre, c’est en fait ici une farce quand il suscite là-bas de vrais inquiétudes et débats sur les libertés, par ex. la déchéance de nationalité pour les binationaux, etc. De même Att a dû revenir promptement sur sa proposition de code de la famille. Même chose pour l’ex-avocat général qui vient d’être démis sur des déclarations plutôt à la mode du jour. La liste des retournements est vraiment longue, il faut en tirer les leçons des conversations (récemment hors réseau) autour du thé à la menthe telle “connais-toi toi-même”…

Encore, bonnes fêtes à tous!

Diadié Alpha


De très bonnes propositions, M. Houssouba. De son temps GMT aussi parlait aussi des “deux coins de la bouche”. Mais il n’y avait pas d’internet, pas de cellulaires.

Merci M. Stéphane pour l’article de Jeune Afrique. Une certaine image de l’imam commence à faire surface. Si seulement un journaliste de la place pouvait nous faire le tableau complet.

Sabu Nyuman


« Sans vouloir m’empêtrer dans un débat que je ne maîtrise , je dirai simplement que nous devrions faire attention à éviter les jugements de valeur. »_Yachim Maiga

Dans un débat scientifique oui, il ne faut pas faire de jugements de valeur. Par contre, je ne suis pas certaine que ce sujet “État d’urgence vs Maouloud”, soit un sujet scientifique. Je pense que c’est plutôt un débat de société, ce qui implique donc forcément des jugements de valeur.

La question reste: “Que voulons-nous ?” comme société. Et cela pose tout de suite la question des valeurs.

Quelles sont nos valeurs ?

Cordialement,

Ndack


Bonjour Ndack
A vous lire , je me rend compte que je me suis certainement plante. En fait je me suis prononcé sur la question de coïncidence des deux naissances et non sur un débat : etat d’urgence vs maouloud. Meme sur Centre question, chacun peut constater que l’etat d’urgence n’a pas empeche Aux chretiens et musulmans maliens de Celebrer comme par le passe. Alors pour moi le debat devrait etre plus tourne vers la responsibilite de l’état malien qui prend des décisions qu’il sait par avance non applicable pour des raisons évidentes de son incapacité.
On peut ne pas être d’accord avec Imam Dicko et je ne suis pas d’accord avec lui, pour ses récentes sorties médiatiques, mais nous devrions accepter et respecter la différence .
Ces propos sur les attentats de Paris et de Bamako sont/ils plus dangereux pour la cohésion sociale du pays que ceux qui dilapident les maigres ressources du pays et qui se font une virginité morale auprès de Paris, Rome ou la Mecque?
Au dela des condamnations des attentats avec ou sans mort d’homme, ne devrions nous nous poser les vraies questions sur les racines de ces attentats?
Qui a créé ces monstres qui tuent et se tuent?
Je laisse le soin aux spécialistes du reseau de nous dire davantage , mais je pourrai avec le regard du citoyen lambda dire que c’est notre société qui a créé ces monstres que certains appellent terroristes et que d’autres appellent martyrs.
Anticipons dès maintenant sur la question car bientôt , nos pays pauvres auront à gérer les binationaux terroristes que la France va renvoyer dans nos pays. et oui la France va exporter ses terroristes chez nous et la notre Imam Dicko aura beaucoup à dire .
Bonne journée post Noel a chacune et à chacun de vous.
Que 2016 soit une annee de paix de débats d’idées au service de nos nations qui continuent de subir les dérives d’une gouvernance mondiale mal conçue et égoïste.

Yachim


Mr. Le Procureur

Pour lutter contre le terrorisme, le Procureur général auprès de la Cour d’Appel de Bamako a proposé certaines mesures telles que faire couper les barbes. C’est vraiment le comble dans ce pays.

L’élite se prend pour qui pour être aussi méprisante envers son peuple. Un peuple a besoin du respect, sinon c’est la frustration et le nid pour le terrorisme.

Analysons les vraies causes de notre traversée du désert depuis 2012, au lieu de faire de la fuite en avant. Le pire attend le Mali si cette élite continue à se comporter de la sorte.

Du président de la république au simple de coursier de l’Etat, tout le monde méprise le peuple Malien. Dès qu’on a une petite parcelle de pouvoir au Mali, on se prend comme l’envoyé de Pharaon.

Au lieu de faire couper les barbes des gens, il faut apprendre d’abord à les respecter.

Barou Sam


“Analysons les vraies causes de notre traversée du désert depuis 2012, au lieu de faire de la fuite en avant”_Sam,

Mr Sam, l’une des principales causes de notre misere, honte, humiliation, de la turbulence continue et sans cesse,… est que le pays est vraiment en crise de ressources humaines. Nous sommes dans un pays ou ne peut se glorifier de rien. Qu’ est ce qui est bon dans ce pays? RIEN…

L’ecole- Patissakana, les enseignants- Allah ka Faran Anka, l’armee- be bolila, les journalites- Ayiwa, les politiciens – Allah kan i kissi ou toroma, les leaders reliegieux- Ollou be gni ka Djoukouya ni politicien ouwey

Regardez nos debutes, nos maires, nos ministres, les preneurs de decisions,.. pour vous en rendre compte.

Nous ne detenons aucune verite absolue, mais nous pensons que la cause prinicpale de ce que nous vivons.

CM


Bonjour,
Le procureur fait plus de gesticulations que d’actes concrets.
Ces coups de menton ainsi que ceux du juge Karambé ressemblent plutôt à un coup de sabre dans la mer.
Ils ne sont jamais là où le Peuple attend la justice !

Cissé Mahamadou Paris.


Division des Sectaires

http://fr.africatime.com/mali/articles/cherif-ousmane-madani-haidara-guide-spirituel-des-ancars-propos-de-lattaque-du-radisson

On dirait que la division des sectaires s installe dans la duree. Le GLSM regroupe les “soufis” dirige par Haidara et le HCIM est en train de devenir le bastion des “salafistes” mene par Dicko. Je dis pile et face de la meme piece, ils ont tout les deux contribuer a mettre le Mali sur le chemin du conflit en faisant de l Islam un forum public. Sous un etat fort ou quand les religions traditionnelles n etaient pas encore vouees aux gemonies avant les grandes preches publiques, le pays vivait sa diversite et ses differences dans la paix, ce monde est desormais revolu mais ce n est pas trop tard pour l Etat de reprendre les choses en main, meme si c est 100 pour cent du pays qui deviant “musulman”. Je pense que pesner a faire raser la barbe est deja un debut de reprise en main de l Etat meme si cela reste est superficiel. Il faut que l autorite publique commence a s imposer d une maniere ou d une autre et si on commence par les petites choses on peut evoluer a des plus grandes, c est comme ca que l intolerance pour les autres avait commencer a s installer aussi. Ceux qui veulent prendre les armes parce que l Etat exige qu ils se rasent ou devoilent leurs femmes avaient deja bascule et c est trop tard pour eux, pour les autres, ce sera une bouffe d oxygene estampillee par l autorite de l Etat.

Soukouna


“Je pense que pesner a faire raser la barbe est deja un debut de reprise
en main de l Etat meme si cela reste est superficiel.”__Soukouna

Là je ne suis pas d’accord. Il faut reconnaitre qu’il y’ a des lignes
rouges à ne pas franchir. Si je ne me trompe, ta philosophie a été de
limiter le pouvoir “nocif” du gouvernement. Et quand il s’agit de
religion, you do a 180 on us.
We can’t have our cake and eat it too.

Il faut éviter les excès dans les moments de crise; ça risque de
dégénérer.

Amadou O. Wane


“Si l etat d urgence interdit le rassemblement, donc theoriquement meme
la priere a la mosquee, alors sur l echelle des priorites, la tenue
vestimentaire ou les poils au visage, ne devraient pas susciter un
tremblement de terre.”__Soukouna

Soukouna,
Je te comprends. Tant que c’est pas ta liberté, it’s all good.
Ce sera la chose la plus stupide que l’état fera.

Amadou O. Wane


Soukouna,

Je n’ai jamais pensé que tu pouvais raisonner de cette manière, toi qui se bats pour les libertés individuelles. Je suis vraiment surpris!!!

Après les barbes, qu’est ce que tu vas proposer? La liste risquerait d’être longue.

Barou Sam


Ça me rappelle un chef de parti au Sénégal qui fustigeait un autre parti lié à une confrérie religieuse de recevoir du financement du Qatar et autres pays du Moyen-Orient. Les types en face ont rétorqué: et vous, vous ne recevez rien des puissances occidentales ?

En remontant un peu plus dans l’histoire, ça rappelle les évènements des indépendances, lorsque la jeune nation était divisée entre “senghor-istes” et “dia-istes”.

Et sur le plan régional, voire continental, lorsqu’on demandait à Senghor à quelle hauteur il était financé par le Bloc de l’Ouest, était-ce ça l’indépendance, eh bien il rétorquait que ceux là qui se posaient la question étaient financés par le Bloc de l’Est donc… ?

Tant que nous ne saurons pas ce que nous voulons, nous ne saurons pas où nous allons.

Et tant que nous ne saurons pas où nous allons, l’Errance perdurera.

Ndack


Comparaison n est que distraction , combien des tueurs de Radisson , ou du 13 passé à paris sont des barbus,? Le voile , la barbe , le nom le prénom, la religion tous les ingrédients sont la pour stigmatiser et exclure , mais hélas dommage et regrettable que tous ses tueurs ou presque ont un lien quelconque avec l islam, ce qui donne à réfléchir…..
AgMai – cherche à comprendre


Reduire le combat a la barbe du terroriste est simpliste. Personne dit que la lame de rasoir va regler tout les problemes, c est ridicule. Il faut neamoins reglementer certains comportements qui abritent des idees dangereuses sinon dans on ne passera pas des lois contre le discours de la haine dans les pays qui se reposent sur la liberte d expression.

Quand les islamistes exigent un certain angle de courbette quand on prie ou bien de pousser la barbe, ce n est pas parce qu ils ont tout d un coup confondu la religion avec les poils. Du conformisme vient certaines habitudes qui pavent le chemin pour certaines ideologies. Bourguiba a interdit le port du voile il y a plus de 50 ans et l impact est que la Tunisie est sur le point de concilier son identite avec sa religion dans la duree, contrairement a bien d autres pays arabes.

D avantage, dans un pays ou l Etat est faible, les petites mesures permettront a l Etat d avoir plus de “courage” de faire face aux veritables problemes. Preparez vos rasoirs.

Soukouna


Je suis un libertarian convaincu donc pour l autonomie maximale de l individu mais je suis aussi pour la securite, meme si cela veut dire que certaines libertes doivent etre restreintes pour mieux proteger l essentiel. Il n y a pas de contradictions ici, c est comme filtrer les fous qui appliquent pour le port d armes pour que les citoyens responsables puissent continuer a jouir de la liberte de s armer.

Pousser la barbe ou meme le port du voile, peuvent etre anodin dans une societe ou les individus sont veritablement libres de leurs choix, mais dans une atmosphere empoisonnee comme on le vit maintenant, ce sont les islamistes qui en font un symbole et classent les gens selon les apparences. Donc ce sont des cibles legitimes et necessaires pour combattre l extremisme, rien a voir avec la foi.

Faire autrement, au nom d une ideologie quelconque, est naïf et dangereux. Si l etat d urgence interdit le rassemblement, donc theoriquement meme la priere a la mosquee, alors sur l echelle des priorites, la tenue vestimentaire ou les poils au visage, ne devraient pas susciter un tremblement de terre. Il faut etre coherent.

Soukouna


Soukouna, halt !

Bien que l’ oiseau sachant voler est le symbole de la liberté, il ne s’ envole vers partout.

M. Diagayété


Barou, voila ce qui va être supprimé :

🙂

20151204-SadaDiallo

Stephane K. Bombote


Stephane,

Tu est fort!!! Je prefere cela que de couper ma barbe par le procureur de la republique ou par Souleymane.

Barou


Pauvre sac. What did it do to deserve that?
🙂

Amadou O. Wane


Good question! It’s not clear what this piece of “luggage” has done to be in the no fly list.

This is also going to be a disaster for my Sarakolé friends! Terrible.

Stephane Bombote


Quand en 1971 nous avons été arrêtés par le CMLN, on nous a rasé tous la tête….. avec la même lame de rasoir! J’ai demandé au soldat préposé à la corvée à quoi cela servait de nous raser tous la tête… Il m’a répondu, il faut que vous sachiez que vous avez changé de situation. Vous êtes entre nos mains….
Cordialement.

Amb. Ret. Mamadou Traoré


Imam Dicko et l’Intolérance

L’interview de Dicko par Le Reporter est disponible ici — Notre ami Sub Nyuman l’avait partagé dans son posting. Je. Vous invite à lire l’interview. Personnellement je considère ce monsieur comme tout ce qui ne va pas avec l’Islam; et c’est un constat que j’ai depuis ses agissements pendant l’occupation du Nord.

http://malijet.com/la_societe_malienne_aujourdhui/interview_mali/141127-l’imam-mahamoud-dicko-à-propos-des-actes-terroristes-dans-le-mon.html

Dicko affirme que les terroristes aujourd’hui ne sont ni leader religieux ni prêcheur, mais des rappeurs et délinquants — je n’ai jamais entendu Hamadoun Koufa rapper; il a toujours été un prêcheur; Iyad Ag Ghali était-il un rappeur? Iman Dicko ne condamne pas les actes terroristes — mais il les “comprend” et propose de nous les expliquer. Dans son interview par Radio Awkodi, il dit connaître Koufa et que ce dernier se “trompe” — il ne dit pas que ce monsieur doit être arreté et pendu haut et court. Dans son immense contradiction Dicko dit que Dieu cause le terrorisme pour punir nos actes, ou plutôt les “déviants” parmi nous. Voilà pourquoi il ne condamne pas les faits.

Je vous invite aussi à lire la lettre ouverte de Alioune Ifra Ndiaye à l’imam Dicko — il est temps que les Maliens se réveillent; sinon nous aurons des douzaines de Koufa et Dicko sera le moindre mal. Ce que Ndiaye dit ici — sur l’intolérance — je l’ai entendu aussi et en ai été profondément choqué; lors d’une jumah, un iman a carrément dit que les musulmans ne devraient pas avoir des amis non-musulmans. J’ai décidé de ne plus remettre pied dans cette mosquée; mais ce n’est pas assez; ces gens-là doivent être combattus.
http://maliactu.net/mali-lettre-a-limam-dicko-par-alioune-ifra-ndiaye/

______________________
A. Karim Sylla


Mon frère, mon ami, chers camarades, chers confères
Je ne voudrai pas intervenir dans cette histoire depuis le début. Seulement, je constate que cela perdure,
Sommes nous dans une République LAIQIUE ou pas?
Avons nous ou sommes nous dans un Etat de droit qui garanti la liberté d’expression?
Pour ma part je trouve que Mr DICKO parle en tant que Président du HCI du Mali et je suis persuadé que ce (Grand ) Monsieur sait ce qu’il dit et endosse a 100% la responsabilité de ses propos.
Oui d’aucuns disent qu’il est le Monsieur de tous les Régimes, en ce que je sache il ne s’est pas auto proclamé Pdt du HCI
.
Pourquoi refusons nous de croire que Dieu nous éprouve?
Si ce n’est une épreuve, comment et pourquoi pensez vous que certaines choses qui ne doivent pas nous arriver parachutent comme tomber du ciel sur nous.
De grâce, et svp (Un appel à tous les maliens) Respectons l’honorabilité de ces Grandes personnes (Personnalités) que Dieu a élevé au dessus du .lot.
Très cordialement.

Touré


Le grand problème est des “vrais” croyants comme Mahmoud Dicko, tout est volonté de Dieu, les gays qui sont ses arguments de départ dans cet interview, comme les assaillants de Radisson Blu. A remarquer les “vrais” croyants croient seulement en un seul Dieu.

Que faire alors contre quoi/qui?

M. Diagayété


Critiquer, c’est bien ce qui nous permet de mesurer sa popularité.
Personnellement, ces critiques me permette de faire des éléments de référence pour un mémoire.
Quand à Cheickh Mahamoud DICKO il met tout ça sur le compte de la Volonté d’Allah.

Touré


Bonsoir Touré

C’est un leader. Il a parlé. Ce qu’il a dit ne concerne pas que les musulmans mais bien tous les maliens.

Mahmoud Dicko a-t-il condamné les djihadistes (des terroristes eux aussi) qui ont annexé le pays de 2012 à 2013 ? Qui ont sévi de façon cruelle sur les populations là où ils sont passés ?

L’a-t-il fait pour le cas de Radison ? Pour celui de la Terasse ?

Amadou Kouffa a commis des actes terroristes incontestables. L’a-t-il condamné ?

Il y a des actes qui sont commis encore aujourd’hui au nom de Iyad AG Ghali dont l’organisation revendique ces actes. Les a-t-il condamnés ?

Selon le dictionnaire le terrorisme c’est “l’emploi de la violence pour atteindre un but politique”.

Il y a une autre chose le concernant. Les gens ont perdu confiance aux politiciens et se sont retournés majoritairement vers le religieux dans l’espoir que la réponse à leur préoccupations se trouve là.

Je ne sais pas si Mahmoud n’est pas en train de donner à certain le message que malgré tout ils méritent un châtiment apporté par un terroriste.

Comme vous dites il a effectivement pris ses responsabilités mais cela fait que les maliens qui l’ont cru et suivi lors des élections et de ses prises d’engagements à différents moments l’attendent lui; pas un autre politicien.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Certes c’est un leader qui a bénéficier de la confiance de ses partisans, les messages de condamnation du HCI sont passés sur les antennes des Radios.
Le HCI n’est pas une association comme Ançar de Ousmane Madani, c’est un regroupement politico religieuse mis sur place non pas par des individus mais par l’État pour assurer sa politique religieuse, comprenez alors que Mahamoud Dicko ne peut s’éloigner de la mission que lui confère son statut de Pdt du HCI.
Cordialement

Touré


Bonjour,
Je pense que l’imam Dicko est dans son rôle de religieux en donnant une explication religieuse (manifestation de la colère de Dieu contre nos comportements déviants) des événements qui nous arrivent et nous exhorte a un retour à nos Fondamentaux de croyants musulmans.
Je trouve la lettre difra ndiaye pauvre et faux quand il dit Dieu aime les homosexuels. Si Dieu aime, pourquoi les textes religieux notamment bible/coran parle de malédiction du peuple de lot pour son homosexualité.
Je pense qu’il ne faut pas qu’on attende de Dicko la réaction ou l’explication dun phénomène social comme dun sociologue/politologue cartésien et laïc. Dicko est religieux et explique les faits et phénomènes sociaux dun point de vue religieux.
Il a condamné les attentats, les comportements déviationniste des auteurs en les qualifiants de rappeurs donc des gens tout sauf imam et connaisseurs des textes religieux.
Nous devons nous interroger pourquoi des jeunes s’adonnent a cette terreur en dépit de leur jeune âge. Beaucoup de ces terroristes sont des jeune pauvres sans culture et ni perspective d’emploi récupéré par des criminels qui brandissent la religion comme moyen d’atteindre leur crime. Les musulmans sont les principales victimes des terroristes. Pourquoi tuer des musulmans pendant qu’il prient Dieu si ce n’est pour d’autres desseins non musulmans.
Je salue le courage de Dicko a donne son explication sur ce qui nous arrive sans forcement partager sa vision et ses explications. Il est en accord avec sa fonction de nous rappeler de Dieu pour corriger nos déviation.
Pourquoi ne pas s’étonner quand on interdit la polygamie en occident quand ca concerne des majeurs et accepter l’homosexualité, le mariage pour tous y compris l’inceste, le nudisme et prohiber le port du voile?
Bien a vous

Balata


Balata et chers tous

Par rapport aux non musulmans, Le nombre de musulmans à certainement augmenté en république du Mali. De ce fait je ne sais pas si Dicko s’attend à ce que 100% des maliens soient musulmans pour en décider que la Mali ne mérite pas la colère de Dieu.

Pourquoi est-il aussi sure que c’est la colère de Dieu qui s’abat sur des musulmans qui ont certainement péris dans la tragédie du Radison ? Je trouve son explication sur la colère de Dieu très légère parce qu’il n’est ni en rapport avec la réalité (toutes les personnes présentes au Radison ne sont pas nécessairement des pratiquants du loutisme.”) ni en rapport avec la population de fidèles musulmans au Mali.

Les deux messieurs qui ont été retenus comme auteurs ont-ils été identifiés déjà ? Sont-ils connus être des rappeurs ?

Toutes ces choses me laissent penser que Monsieur Dicko est en train de transposer le problème français au Mali. S’il pense que la société occidentale est devenue assez perverse pour mériter une colère de Dieu (ce qui est identique aux thèses défendues par ceux qui font la terreur) ce n’est certainement pas valable pour le Mali, je suppose.

Pourquoi Dieu le bienfaiteur nous ferait-il payer pour les fautes des autres ou de leurs agissements sur notre terre ? Je ne suis pas de son avis sur ce point.

Dicko est leader religieux mais reconnaissons qu’il s’aventure volontiers sur le terrain politique. C’est comme pour le Cherif de Nioro un moment.

A vouloir ramener la religion à ce niveau il y a un risque de rencontrer les habitués de cette chose et le risque de devoir discuter avec eux d’égal à égal.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Cher Chouaibou, il revient a chacun d’interpréter ou de mettre les déclaration du Cheickh Mahamoud DICKO dans le panier de son choix, toute fois je me refuse de penser qu’il parle spécifiquement de ceux qui ont péri dans l’attentat (si c’en est un) du Radisson.
Il parle de ce qui arrive généralement au Monde, à tous ceux qui disent être Musulmans, Chrétiens ou Juifs et qui se détournent du Chemin, du droit chemin.
Eh bien, que voulez vous qu’un leader religieux dise?

Touré


“… toute fois je me refuse de penser qu’il parle spécifiquement de ceux qui ont péri dans l’attentat (si c’en est un) du Radisson”_Touré

1. Si je vous comprends bien on peut donc retenir que la colère de Dieu dont parle Dicko ne concerne pas le cas du Radison, ni les maliens !

2. Par ailleurs, Puisqu’il fait de la politique (au profil du gouvernement et donc de tous) il aurait pu s’exprimer de manière plus compréhensible au malien; pour éviter à nous autres d’être plus critiques à son égard.

3. Je pense que c’est plus la volonté et la position de ses fidèles (qu’il représente) qui compte que la sienne.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Je ne vous fait pas dire cela Cher cousin.
Quelque soit sa façon de s’exprimer, les critiques des esprits tordus ne feront pas défaut.
Et comme je vous le disais rendons à nos illustres personnalités les égards qu’ils méritent, de grâce.
Ce que le Cheickh M. DICKO dit n’est pas un verdict de son jugement, mais des versets du coran et des hadiths.
Très respectueusement

Touré


Merci a Dicko de pointer du doigt le comportement des humains. De retour il doitv aussi regarder le sien car il a toujours ete du cote des pouvoirs et des gouvernants qui volent, arnaquent, violent …. nos populations. Qu’il comprenne aussi qu’il fut de ceux la qui ont transforme nos peuples en betail electoral ces dernieres annees pour ses propres interets et ceux de ses amis de circonstances.

Il aura aussi des comptes a rendre pour ses fiancailles au detriment de nos peuples.

CM


« ces gens nous ont été envoyés par Dieu à cause de nos comportements, car tout le monde sait aujourd’hui ce qui se passe chez nous ! Il y a actuellement dans notre pays des adeptes de Loufti (Gay, Lesbiennes), des bars et que ce qui s’est passé n’est qu’une infime partie de ce qui doit nous arriver, et que le plus dur est à venir ! »

Ce passage est de l’imam Dicko; pas du Coran.

Il utilise les expressions suivantes :
“nous”; “ce qui se passe chez nous”; “il y a actuellement dans notre pays” ;
“Ce qui s’est passé n’est qu’un infime partie de ce qui doit nous arriver et que le plus dur est à venir”.

Ca ce n’est pas général ; c’est du Mali qu’il s’agit n’est-ce pas ?

Mahmoud Dicko est un as dans le domaine. Il sait très bien articuler ce qu’il veut dire. S’il l’a dit comme ça c’est que c’est comme ça qu’il voulait le dire et pas autrement.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Qu’on se dise la verite, nos leaders religieux sont des politiciens. Une fois que tu rentres en politique, tous les coups sont permis. Donc, Tant que Dicko fait de la politique tout en s’eloignant du peuple pour s’incliner du cote des regimes mafieux, corrompus, voleurs, menteurs,…… il perdra tout respect et sera clashe.

CM


Si on veut parler d’homosexualité, on doit aussi parler de la pédophilie dans notre société.
Des enfants se font violer à longueur de journée dans les familles par des cousins, oncles, amis de la famille…etc. C’est un sujet tabou; personne ne veut en parler. Les cas sont toujours réglés à la malienne (if you know what I mean).
Les “musulmans” du Mali doivent condamner ça avec autant de ferveur qu’ils condamnent les mèches ou le vernis.

We have our religioius priorities so screwed up.

Amadou O. Wane


Citoyens, Mr DICKO est honoré par tous les musulmans. Sa fonction exige qu’il soit proche du pouvoir, alors nous autre nous le soutenons et même demain s’il nous invite à sortir nous le ferons.
Et quand nous pensons qu’il dévié de ses missions nous allons choisir un autre Cheickh tout en lui vouant respect, considérations et égards comme le veut notre éducation.
A bon entendeur salut

Touré


Mr Toure, il n’est pas honore par tous les musulmans. Demettez de cette idee.

Vous avez le droit de le soutenir comme les autres ont aussi le droit de le critiquer. Il n’est ni Abraham ni Moise. Encore, tant qu’il fait de la politique, il sera clashe

CM


Comprenons nous, je ne suis pas contre les critiques, qui me sont d’ailleurs utiles.
J’essaie juste de mettre les choses dans leurs contextes en les interprétants selon ma vision et je respect l’opinion de tout un chacun sur ce forum.

Sincerely

Touré


Oui Wane,

Les vols, les manipulations, les arnaques, …. de nos gouvernants vont plus de victimes chez nous que le terrorisme. N’ a-t-il toujours pas ete l’ami de ceux qui commettent ces crimes. Qu’il n’essaye de nous faire croire au pere Noel.

Nos leaders religieux, en grande majorite, ne sont que des dealers et receleurs. Ils prennent de ceux qui sont entrain de piller les ressources du pays. Les criminels de la republique se servent d’eux pour abuser et marginaliser nos peuples. Ils se cachent derriere ces trafiquants de personalite pour museler nos peuples.

Juste apres les intellectuels maliens dans la misere de nos peuples, viennent les leaders religieux.

CM


Bien courage au Procureur Général – bien plus qu’ avec les criminels des rébelles.

Mahmoud Dicko utilise la réligion, son Wahabisme, littéralement comme opium du peuple. On l’ a vu en 2009 lorsqu’ il amobilisé sur la base de mensonge, d’ accusaion de blasphémie et d’ intimidation, accompagnées d’ injures les plus grossières par ses adeptes à l’ endroit de ATT + de 50 000 personnes pour faire échouer une partie importante du nouveau code de personne et de la famille – à savoir un peu plus de droit pour les femmes et les enfants.

Pour Mahmoud Dicko tout est oeuvre de Dieu sauf ce que certaines personnes – créatures de Dieu comme lui – font et auquel il est radicalement opposé. Ça aussi c’ est un double language, deux poids deux mesures. Par cette manière de comprendre Dieu, il rend Dieu partial, donc injuste, alors que Dieu est supposé être impartial et juste.

Mahmoud Dicko s’ est transformé en une personalité publique en s’ immixant de manière extrêmement négative dans la politique. Donc il doit s’ attendre à des critiques aussi extrêmes.

Bien cordialement

M. Diagayété


Je sais que le Mali a fait passer des mesures antiterroristes recemment mais est ce que l Apologie du Terrorisme est un crime dans le code penal, comme semble le suggerer le Procureur Tessougue? Le Mali a ratifie plusieurs conventions des NU contre le terrorisme et participe a d autres initiatives regionales. Le pays a aussi tenu les “Etats generaux de la securite et de la paix” en 2005 – 2006 qui a abouti a l adoption de plusieurs mesures juridiques mais je ne suis pas sur que l Apologie du Terrorisme en fait partie.

La Loi No. 08 025 du 23 juillet 2008 Portant répression du terrorisme au Mali se focalise surtout sur l acte et non l ideologie ou le discours qui peut l inciter, probablement a cause du poids de l Islam dans notre pays et la faiblesse concurrente de l Etat ou des responsables politiques. La complicite passive comme definie par la Loi No. 61-99 AN-RM du Aout 1961 se limite egalement a ceux qui sont personnellement et directement lies a l acte terroriste.

Si Dicko fait dans l amalgame avec la France, comme quelqu un l a suggere, il se peut que Tessougue fait aussi la meme chose et ca c est encore plus grave si nos autorites ne savent pas quels instruments juridiques ils ont a leur disposition pour combattre le terrorisme ou bien n expliquent pas comment ils comptent y remedier. Malgre l effort international, le Mali ne semble toujours pas avoir les instrument juridiques adequats. On est loin de l environnement de 1961 ou meme de 2005 et si on veut vraiment etre serieux dans le combat contre le terrorisme, il faut de reformes en profondeur a plusieurs niveaux. Voici un site qui fait un condense du dispositif legal dont le pays dispose: (https://www.unodc.org/tldb/browse_country.jsp?cmd=add&node=MLI1970231&&country=MLI#folders).

Soukouna


L’intolérance c’est le refus d’accepter l’autre — à cause de qui il est ou son point de vue.

Le discours intolérant est bien ce qu’on entend dans les mosquées au Mali; Dicko ne condamne jamais les propos et actes répréhensibles de façon claire; il essaye toujours de dire “d’un côté…de l’autre côté…”.

Pensez-vous, comme Dicko, que les gens qui ont attaqué le Radisson ont été envoyé par Dieu pour punir les Maliens?

______________________
A. Karim Sylla


Le droit ? Vous etes marrants ! En Afrique, on fait ce qu’on veut ! Ca fait partie des avantages de la fonction._Bombote

L exemple que Bombote avance est tres drole et caricatural meme mais il ne faut pas faire de confusion, la Loi est etremement influente en Afrique. Tellement forte que les africains passent la plus grande partie de leur temps a chercher a l eviter. Les presidents chez nous se reposent sur la force de la Loi pour abuser, le pauvre reste dans la precarite a cause des abus de la Loi.

Il ne faut pas confondre la Loi du plus fort avec la force de la Loi. La Loi pese tres lourd pour les ruraux, les bamanans l appellent Fanga (La Force), ca les fait trembler de tout leur corps et les envoit dans tout les etats. Pour les forts, c est une epee de Damocles, ils la manipulent a leur guise mais leurs ennemis les ecraseront avec cette meme Loi le jour ou ils se trouveront en position de faiblesse.

Comparoe avait demande le pardon de son people et a toujours eu peur qu on parle trop de Sankara parce qu il savait que la Loi l attendait. Sanogo a ete emprisonne pour autre chose que le coup d etat mais techniquement il pourra toujours etre ecroue encore parce que les Maliens ont decide de faire du coup d etat un crime imprescriptible dans leur Constitution meme s ils n ont pas les moyens de l appliquer. Donc la Loi est importante, meme les chefs du CMA ont exige une suspension des mandats d arrets lances par des autorites qui ne parviennent meme pas a faire respecter les regles de la circulation dans la capitale parce que la Loi est la Loi et elle vous poursuivra toujours.

AKS a donne l exemple de Bouye qui ne paie pas ses impots mais le jour ou une autorite s appuira sur les moyens de l Etat pour le faire payer, alors il fera face a un probleme serieux, et cette dette restera toujours une epee de Damocles au dessus de sa tete. Meme dans les pays les plus corrompus ou dysfonctionnels, la Loi a enormement d influence, ceci n a pas echappe au HCIM quand ils ont decide de marcher pour bloquer le Code de la Famille. Il ne faut pas minimiser ces textes, ce sont des armes redoutables.

Soukouna


Merci Souleymane pour cette analyse juridique pertinente.

je constate que certains intellectuelles malien sont léger dans leur analyse. ils sont tellement passionnés qu’il passe accoté de l’essentiel. c’est le cas dans l’analyse des propos de Imam Mahmoud Dicko par certains internautes malien.

Dicko, en sa qualité n’a dit que ce que tout musulman ‘lettré” dans le domaine religieux et convaincu du pouvoir d’Allah en punition et en épreuve.
en 2012 c’est le même Dicko qui disait dans ces discours de considérer cette crise comme une épreuve divine. Allah est capable qu’ il le voudra de faire descendre sa colleur sur les ennemis du Mali ( les terroristes puisqu’ils sont pas des djihadiste, conformément aux principes et aux règles pertinents du droit musulman en matière de jihad.
personne à ma connaissance ne l’avait traité de djihadiste ou terroriste. l’opération serval qui a chassé les terroristes de konna à l’Adrar illustre bien les propos de l’Imam Dicko.

je pense, ce que l’Imam Dicko a dit ne fait nullement de lui ni un terroriste ni djihadiste au sens occidental du terme. j’invite ceux qui se permettent de qualifier gents des intégriste, ou terroristes, ou encore djihadistes au sens occidental du terme d’abord à s’informer sur ces concepts. ils doivent chercher à mieux connaitre la religion musulmane, son ordre juridique, le terrorisme en DIP… mettre en comparaison le droit musulman et le droit positif dans domaines qui domine aujourd’hui l’actualité (le intégrisme, le jihad, le terrorisme, la démocratie, la gouvernance, les droits humains, le genre…).

il serait aussi utile de connaitre l’histoire du Mali en matière de religion, de terrorisme, les réalités socioculturelles du Mali….
la somme de tout cela nous éclaire d’avantage et nous permette des faire analyses objectives et moins passionné sur les sujet sus évoqués.

j’invite les cadre qui s’intéresse à ces questions d’actualité à cette exercice.
merci mon frère.

Dr. Moussa Ibrahim TOURE

La Lutte Pour Le Mali

Ce passage de l’article du Guardian doit servir de lesson aux Sardine du sud.

“Daouda a finalement démissionné de la cour de la charia , non pas parce que ses condamnations étaient trop extrême , mais parce que les djihadistes ont refusé d’exécuter un de leurs propres combattants arabes qui a tué un enfant . « Ils pensent que l’âme d’une personne blanche est plus importante que l’âme d’une personne noire , ” a t-il expliqué .”_The Guardian

Source: http://www.theguardian.com/world/2015/nov/25/the-struggle-for-mali


Amadou O. Wane


Ce vieux negre (Daouda) et sa medaille salafiste vient d une longue lignee de muftis d arriere pays qui se trouvent une conscience raciale en contact avec le monde plus large pour aussitot replonger, une fois que les choses se tassent, dans leur petites pratiques provinciales deliberement inconscientes.

Je ne me rappelle plus si c etait Ahmad Baba ou quels autres muftis de Tombouctou qui, une fois au Maghreb, etait surpris que les locaux ne faisaient aucune difference entre leurs augustes invites et la racaille esclave subsaharienne dont ces muftis geraient allegrement les conditions legales islamiques depuis Sankore. Ils s etonnaient, tout offusques, comment ces ignares Maghrebins pouvaient faire un tel amalgame entre les noirs.

Le probleme avec la conscience raciale qui est dependante du rejet est qu elle est sans continuite ou incidence sur la pensee une fois que la perception de rejet s attenue. L identite noire est generalement associee aux experiences individuelles, ce qui explique sa fragmentation et sa grande variabilite.

Ce Daouda n a eu aucun probleme de renouer avec ses vieilles pratiques une fois que ses petits amis repartis. Si il a eu le courage de se retirer de ce tribunal religieux pour objection de conscience pourquoi ne l a t il pas fait depuis le debut, en toute evidence la peur des armes n a pas eu les memes effets. En attendant qu il trouve une veritable justice devant lui, il ne merite que mepris.

Soukouna

Risques du Radicalisme Religieux

Bonsoir chers tous

Un autre article sur la nébuleuse islamiste branche malienne de la DAWA.

L’auteur Adama Diarra y traite de la DAWA au Mali et comment de modérée elle est devenue radicale.
Chouibou Maiga


Source: Maliweb.net

Iyad Ag Ghaly est la figure influente de la Dawa au Mali. Il est l’un des bras financiers de cette secte à travers la réalisation des mosquées et medersas. Bien avant son séjour en Arabie Saoudite en sa qualité de consul du Mali, il était en relation avec les prédicateurs pakistanais qu’il a côtoyés à Kidal. Il va profiter de son statut de consul pour parcourir plusieurs foyers de la Dawa au Pakistan, au Qatar. Le dirigeant de l’ex-organisation terroriste, Ansar Eddine s’est fixé pour mission de réussir à instaurer la Charia sur l’ensemble du territoire. Pour y parvenir, il a sollicité le service de l’un de ses lieutenants, Amadou Koufa dont la mission est d’investir les localités du sud. Ces deux personnages comptent de nombreux comparses dans les grandes villes du pays. Plusieurs présumés terroristes actuellement en détention sont issus de cette secte. Des cellules dormantes furent démantelées à Bamako et à Diago (Kati).

Les récentes attaques perpétrées au Mali notamment dans les régions de Ségou, Sikasso et dont la plus récente est la prise d’otages de Sévaré ont porté la signature de la Dawa, une secte en nette proportion au Mali. Ces attaques ont du coup jeté au devant de la scène cette secte aux relents fanatiques et radicaux. Alors qu’à l’origine elle n’était pas marquée par l’extrémisme auquel nous assistons. Selon de nombreux spécialistes, la Dawa est l’invitation faite aux hommes à adhérer à l’islam. Il s’agissait pour le prophète Mohamed (psl) et ses disciples d’appeler les fidèles sur la voie de Dieu en toute sagesse et humilité sans extravagance et sans recours à la violence. Dans la Dawa originelle, seuls les lettrés, les personnes imbues d’une profonde maitrise du Coran étaient autorisées à répandre l’islam. On nous explique que dans plusieurs versets, le Coran ordonne au Prophète d’assurer la mission de la Dawa en faisant appel au dialogue et à la persuasion : » Appelle (‘ud’u) les hommes dans le chemin de ton Seigneur, par la sagesse (al-hikma) et une belle exhortation (al-mu’idha al-hassana), discute avec eux de la meilleure manière (jadilhum bi allati hiya ahssan) « .

En effet, après la disparition du prophète et à travers l’histoire, la Dawa a pris certaines ramifications. C’est ainsi qu’apparaitra au Pakistan, l’un des plus grands foyers de la Dawa, ce qu’on a appelé la » Dawa Tabligh « . Ces membres dédient leur vie au voyage et à la transmission du message de l’islam à travers le monde. Comme on peut le constater, la » Dawa Tabligh » a fini par s’étendre dans d’autres pays dont l’Afghanistan, l’Inde et le Qatar. Elle a regagné l’Afrique à travers des pays comme l’Algérie, la Mauritanie, la Libye, le Mali, etc.

Financement des mosquées et medersas

Les premiers missionnaires de la Dawa au Mali (prédicateurs pakistanais) se sont fait connaitre du grand public comme de véritables mécènes investissant dans la réalisation des mosquées et des medersas. Et c’est à partir des années 2000 que la prédication pakistanaise a véritablement pris corps au Mali à travers l’envoi d’émissaires dans toutes les villes de l’intérieur principalement celles du nord. Sous des dehors humanitaires, ils parviennent à convaincre leurs nouveaux adeptes à renoncer à leur vie ancienne. Une situation qui a conduit beaucoup d’entre eux à abandonner leur famille ou leurs emplois. Lorsque les nouveaux adeptes acquièrent la confiance de leurs formateurs, ils sont pour les plus brillants d’entre eux envoyés au Pakistan, au Qatar ou dans d’autres foyers religieux versés dans le radicalisme pour parfaire leur connaissance (endoctrinement).

A Bamako, il sera érigé au quartier de Banankabougou, un centre pour la propagande appelée » Markaz « , un lieu de rencontre pour les membres de la secte. Il sera fermé par les autorités de la transition avant d’être ouvert de nouveau.

Iyad Ag Ghaly, le bras financier de la Dawa au Mali

Par le canal de l’argent facile, la Dawa a pris une nette progression au Mali. Elle sévit dans toutes les localités du pays et compte des disciples issus de diverses couches socioprofessionnelles. La secte doit sa consolidation au Mali à Iyad Ag Ghaly, leader de l’organisation terroriste dissoute Ansar Eddine. Il en est même sa figure emblématique. De sources concordantes, l’homme a côtoyé la secte pendant plusieurs années. C’est d’ailleurs lui qui a financé les travaux de finition du centre Markaz à Banankabougou où il priait pendant ses séjours à Bamako. Pour témoigner de son engagement pour cette secte, il a inscrit l’un de ses enfants au Markaz. Ce dernier poursuivait ses études jusqu’en 2012 après l’éclatement de la crise du nord. Ensuite, il a été exfiltré de Bamako pour le mettre en sécurité.

Véritable cerveau de la Dawa au Mali, Iyad Ag Ghaly a voulu à ses débuts donner l’image d’un homme modeste et a l’habitude de séjourner pendant des semaines dans certaines mosquées de la capitale. Il s’est aussi rendu en Mauritanie à maintes reprises utilisant les transports collectifs.

En 2007, le président d’alors, Amadou Toumani Touré, le nomme consul à Djeddah (Arabie saoudite). Il sera expulsé, trois ans plus tard, à cause de sa proximité avec des islamistes trop radicaux. C’est dire donc qu’il avait déjà versé vers le salafisme bien avant son voyage en Arabie Saoudite. Il se raconte que pendant son séjour dans le Royaume Saoudien, il a connu une véritable métamorphose. L’homme a, semble-t-il, profité du passeport diplomatique que lui conférait son statut de Consul pour visiter plusieurs pays du Golf, dont le Qatar. Il s’est aussi rendu plusieurs fois au Pakistan. Ces nombreux voyages lui ont permis de nouer d’excellentes relations avec des réseaux salafistes et mafieux. Cette connexion avec des islamistes radicaux est à l’origine de son expulsion d’Arabie Saoudite.

De retour au pays, Iyad Ag Ghaly n’a pas chômé. Il a poursuivi la diffusion de la secte dans toutes les localités. Amadou Koufa, le fondateur du Front de libération du Macina est l’un de ses plus fidèles lieutenants et va l’aider dans la propagande pour l’instauration de la Charia. Ces deux personnalités influentes bien que restant toujours dans la Dawa vont créer leurs propres organisations terroristes pour mener à bien leur funeste combat. Iyad Ag Ghaly s’est attribué comme tâche l’instauration de la Charia dans les régions nord du pays alors que Amadou Kouffa se doit de l’étendre à celles du sud.

Si Iyad Ag Ghaly est connu du grand public tel n’est pas le cas pour Amadou Koufa dont le parcours reste très complexe.

Hamadoun Kouffa : De l’élève coranique brillant au chef terroriste redouté

Celui qui sème la terreur dans la région de Mopti et l’ensemble du Mali s’est révélé au grand public lors de l’attaque des positions de l’armée à Konna, le 9 janvier 2013. Après le contrôle de cette ville, Amadou Diallo connu sous le nom de Hamadoun Kouffa, puisque c’est de lui qu’il s’agit à téléphoner plusieurs marabouts influents de la région pour les menacer de s’aligner ou périr.

L’intervention française du 10 janvier a mis fin à l’avancée des radicaux. Après cette intervention, Hamadoun a été déclaré mort par certains et blessé par d’autres. L’homme, comme la plupart des lieutenants de Iyad Ag Aly et de Belmoctar qui ont pris part à cette offensive se sont retirés dans certains pays voisins du Mali comme l’Algérie, le Burkina Faso et le Niger. C’est ainsi que plusieurs sources ont soutenu que Hamadoun Kouffa a regagné le Burkina en passant par le Gourma avant de regagner la frontière avec Mauritanie en début 2014. C’est à partir de la vaste étendue non contrôlée que ce pays partage avec le Mali qu’est le Méma que Hamadoun Kouffa a regagné le Mali.

Qui est Hamadoun Kouffa ?

A ce stade de nos recherches, il n’est pas facile de déclarer avec exactitude le lieu de sa naissance. Selon les renseignements, dont nous disposons, la famille de Hamadoun Diallo est originaire de Kouffa, un village situé dans la commune rurale de Saraféré, cercle de Niafounké, dans la région de Tombouctou. Ce village est connu pour avoir toujours eu des marabouts brillants. Ses parents ont quitté cette localité et se sont établis à Diallassagou, cercle de Bankass et région de Mopti. Selon certaines sources, Hamadoun Diallo serait né dans cette localité. Pour d’autres, il est venu avec ses parents très jeunes. Le seul point commun, c’est qu’il est issu d’une famille très peu connue. Ses parents sont tous décédés à Diallassagou où ils sont enterrés.

Ceux qui l’ont connu, le décrivent comme un quinquagénaire de teint léger-clair, d’une taille moyenne, physiquement costaud avec un nez épais et une barbe mince. D’autres affirment sans grande certitude qu’il serait né vers 1965.

De son jeune âge, Hamadoun Diallo est décrit comme un jeune intelligent et turbulent. Il a fait ses premiers pas d’élèves coranique à Diallassagou dans la région de Mopti chez le maître coranique très connu du Seno-Bankass, Alpha Nouh Yalema. Celui-ci fut son premier maître coranique. Très jeune, il a eu la maîtrise totale du Coran. Comme la plupart des élèves coraniques, Hamadoun Diallo s’est rendu successivement, à Tounouma, un village du cercle de Niafounké chez le maître coranique, Djoubolo Tounouma, à Wouro-Guiya dans le cercle de Tenenkou chez Modibo Allaye Yida. A Wouro-Guiya, il y passa près de deux ans avant de quitter ce village pour se rendre à Tioki, cercle de Youwarou chez le maître coranique Oumarou Tioki. C’est à partir de là qu’il s’est rendu à Ballaguiné à l’est de Sofara chez le maître coranique, Oumarou et à Sofara chez son premier maître coranique, Alpha Nouh Yellema. Après un séjour dans cette localité, il quitta cette localité pour se rendre chez le marabout Hamoye Dassi à Sokoura, dans le cercle de Mopti puis à Taïkiri, dans la Commune Urbaine de Mopti chez le marabout et maître coranique, Bara Sibo. Il est décrit comme un élève discourtois.

Etudiant-Poète

Dans la tradition des écoles coraniques, les étudiants évoluent dans des associations ou des organisations informelles. Ces organisations se rivalisent à travers la maîtrise du saint Coran. Dans ces organisations, les étudiants coraniques composent également la poésie récitée sous forme de chansons. Sur ce, Hamadoun Kouffa s’est distingué à travers sa créativité et sa voix d’or qui attire des milliers de jeunes filles peule. Il a adhéré à plusieurs organisations, dont la plus célèbre est » Woulamou waldemaliyi » une expression qui signifie association des enfants du Mali. Parmi ces chansons célèbres, on retient Af Dalou, Rabana Ya zal Armani, Sawa mi Sawti Amarsi et Barry Welta. Composées en peul et en arabe, ces chansons décrivent le parcours, les conditions des enfants talibés, la beauté de la femme peule, la culture peule et des injures à l’égard de certains chefs de familles qui leur refusent l’hospitalité et des jeunes filles qui déclinent leurs avances. C’est ainsi que Hamadoun Kouffa a été interdit de séjour à Guembé, Ségué et Soufouralaye dans le cercle de Mopti.

Hamadoun le prêcheur

Le brillant élève coranique et grand poète a commencé le prêche en 2001 en s’attaquant à des grands marabouts, des leaders religieux, des chefs traditionnels et des magistrats en les qualifiant de corrompu. Il s’est violement attaqué aux pratiquants de la Dawa avant de les intégrer en 2008. Cette intégration a été critiquée par plusieurs prêcheurs dans la région. Après son intégration, il a séjourné en Afghanistan. De retour, il commence à s’attaquer dans ses prêches aux gouverneurs, aux magistrats tout en appelant à l’instauration de la charia. Ce prêcheur peul converti au radicalisme religieux dispose de nombreux adeptes passifs et actifs. Il est affilié à plusieurs organisations terroristes. Il est le fondateur du Front de libération du Macina affilié à Ansar Eddine.

Bamako a failli devenir en 2012 l’un des plus grands sanctuaires de la Dawa en Afrique

En pleine crise sécuritaire, Bamako devait abriter l’une des plus grandes rencontres de la Dawa. Il était prévu la création d’un centre régional pour l’enseignement de la secte. Mais suite à des informations fournies aux services de renseignements sur le risque qu’il y avait pour notre pays d’abriter une telle rencontre internationale, les autorités de la transition l’ont annulée. Toutefois, 16 prédicateurs maliens et mauritaniens, membres présumés de la secte ont été tués à l’entrée de Diabaly. Ils avaient selon des sources sécuritaires, refusé d’obtempérer à des consignes de sécurité.

Des cellules dormantes démantelées à Diago

Toujours pendant la transition, des responsables de cette secte ont approché la préfecture de Kati pour l’achat de 50 hectares. Toutes ces superficies devaient servir à la construction d’une mosquée et d’un complexe dans la zone de Kati, non loin du camp militaire. Lorsque les autorités ont été informées de cette situation, elles ont diligenté une enquête. Les rapports de cette enquête étaient très accablants, il s’agissait plutôt d’un camp d’entrainement visant à embrigader des jeunes et perpétuer l’idéologie salafiste. Les autorités ont refusé. Par contre, certains habitants dont les enfants avaient été formés au Pakistan n’ont pas hésité à céder à la secte, des portions du champ familial. Au cours des investigations dans la localité de Diago, un présumé terroriste ressortissant du même village a été surpris en train de former de jeunes gens. Ils ont été arrêtés. D’autres cellules similaires ont été démantelées en toute discrétion à Bamako par des services de renseignements.

Abdoulaye DIARRA, Moussa SIDIBE


Modérée ou radicale il ne faut pas faire abstraction de l’histoire du sahel occidental précolonial et même au delà. Il s’agit de tout le sahel précolonial.
Vivre sous la charia est une aspiration politique du sahel de la période précoloniale.
A défaut d’avoir fait prospérer la république que nous avons connue avec la colonisation, le risque est grand que les structures de la période précoloniale nous ramènent au moyen-âge.
Le problème c’est donc de redresser la république, ses lois et ses armes. Ce serait une grand avancée par rapport à ce à quoi les forces de l’inertie sociale pourraient nous faire subir.

Je vous joint ce petit passage d’un texte de Hampâté Bah où Cheick Souadou (le plus prestigieux soufi en milieu peulh du Sahel malien), invitait El Hadj Omar à abandonner sa guerre pour mener la vraie guerre, celle de faire du peulh la langue du coran pour la conquête des âmes.

Vigilance donc.
Cordialement.

Amb. Ret. Mamadou Traoré


Monsieur l’Ambassadeur,

Le défi majeur réside dans la ré fondation ou reconstruction de l’Etat dans sa forme la plus adaptée et la plus représentative des environnements, des mentalités et des cultures (africains) pour ce qui nous concerne.

Ensuite, il s’agira de tracer le cadre des rapports inter relationnels, inter communautaires et inter institutionnels, dans un esprit de justice, d’équité et de recherche permanente d’équilibre des forces.

Dans cette dernière démarche, la recherche du meilleur équilibre avec la religion est un défi colossal. Tant que les esprits seront annihilés, fermés au savoir et que les individus auront peu d’autonomie, ces derniers n’auront pas d’autre choix que de se fier à d’autres pour penser et pour agir.

L’éducation, non prise au sens forcément occidental du terme, est la piste où les États post coloniaux ont été les plus défaillants.

Juste un exemple, quel intérêt il y a pour des étudiants de la faculté des lettres et des sciences humaines des universités maliennes d’apprendre en masse encore des langues mortes ou peu parlées dans le monde. Au même moment, on se plait à aller former des gens du culte dans des pays étrangers, sans jamais prendre soin d’ouvrir de nouvelles facultés dédiées à la connaissance des religions et du culte. Au delà de cet exemple, un autre me vient à l’esprit. La forte présence chinoise dans tous les secteurs de l’économie mondiale pourrait être une bonne occasion d’apprendre cette langue puisque les chinois s’adonnent à l’apprentissage du bambara.

Toutes ces démarches concourent à la recherche d’une autonomie de l’individu, partant, de la communauté.

Mamadou I. Konaté


Juste un exemple, quel intérêt il y a pour des étudiants de la faculté des lettres et des sciences humaines des universités maliennes d’apprendre en masse encore des langues mortes ou peu parlées dans le monde. Au même moment, on se plait à aller former des gens du culte dans des pays étrangers, sans jamais prendre soin d’ouvrir de nouvelles facultés dédiées à la connaissance des religions et du culte.

Au delà de cet exemple, un autre me vient à l’esprit. La forte présence chinoise dans tous les secteurs de l’économie mondiale pourrait être une bonne occasion d’apprendre cette langue puisque les chinois s’adonnent à l’apprentissage du bambara.”

Bons exemples, Maitre Konaté !

Bien cordialement

M. Diagayété


Mamadou Traoré: “Vivre sous la charia est une aspiration politique du sahel de la période précoloniale” ???

Oui, c’ était l’ ambition des érudits du Coran pour le Sahel précolonial – tout juste avant la colonisation, à partir de 1818, année officielle de la création de l’ Empire Peul du Macina, lequel fut suivi par l’ éphémère Empire des Futas (Toro + Djallon + Macina) de El Hadj Oumar, car les colonnes des conquérants colons le suivait sur le pas.

A remarquer que la première victoire de Sékou Amadou à Soye-Noukouma était celle contre une coalition de Bambara (Dâ Mozon), de Peuls (Boubou Arɗo Galo (Macina proprement dit), Gelaajo Hamboɗeejo (Kounari), etc., etc…) tous unis contre la propagation de l’ Islam, donc contre la Charia.

Il faut faire attention à la véracité historique.

Bien cordialement

M. Diagayété


La conversation autour du thé à la menthe prend grand plaisir au contraste introduit par Mamadou Traoré entre le risque que les structures de la période précoloniale nous ramènent au moyen-âge et l’opportunité de la république post-coloniale – ou néo-coloniale – avec ses lois et ses armes. Mamadou Konaté rebondit avec des exemples actuels d’inertie voire de régression sociale de notre système d’éducation mettant ainsi subtilement en cause le coeur même de cette république ainsi que l’opportunité d’un meilleur équilibre avec la religion dans un esprit de justice et d’équité. Plusieurs verres du breuvage stimulant à Konaté disant que tant que les esprits seront fermés au savoir et auront peu d’autonomie, ils seront voués à se fier à d’autres pour penser et pour agir.
Plusieurs verres de même à Traoré qui indique, à travers Cheick Souadou invitant El Hadj Omar à abandonner sa guerre pour mener la vraie guerre, la voie de faire du peulh la langue du coran pour la conquête des âmes. La conversation autour du thé à la menthe s’est rappelée à ce point la remarque de Amadou Hampathé Bâ que l’écriture est une chose et le savoir une autre et que la transmission initiatique fut mise à mal par l’avènement de l’indépendance sur la base d’idées et d’idéologies exclusivement européennes malgré une connaissance africaine immense et variée. L’écriture des langues locales pour conquérir les âmes? Idée bien profonde de Traoré! Les Peuls disent que l’individu a trois choses: son physique, son parler et son métier. Une ou deux venant à manquer et on peut toujours le reconnaitre, mais quand il perd les trois, il devient quelqu’un autre! Complet, il est dans l’état de neddaaku (peul), de maayaa (bambara) ou de targui (tamashack). Le deuxième verre de thé à la menthe sera pour une prochaine fois…

Diadié Alpha