Le Mali Se Communautarise

Quand un Etat est incapable d’assurer la sécurité pour tous ses citoyens, cet Etat laisse un vide qu’il faut combler d’une manière ou d’une autre.

C’est ce qui se passe depuis l’avènement de la rébellion touarègue au Nord du Mali.

Nous assistons chaque jour à la création d’une association, d’un mouvement ou d’un groupe d’autodéfense, sous le regard passif des autorités qui ne font qu’acter.

Depuis hier 21 Mai 2017, la communauté de culture Songhay vient ajouter à la longue kyrielle de mouvements communautaires, «Ir Ganda », qui veut dire « Notre terre ».

La naissance de ce énième mouvement, qui ne sera pas le dernier, est diversement interprétée dans l’opinion nationale malienne.

Les populations meurtries, victimes des attaques quasi quotidiennes, voient en « Ir Ganda », un espoir de protection, en l’absence d’un Etat défaillant, qui de toutes les façons ne maitrisent plus son destin avec la présence des forces étrangères sur son sol.

Les autres mouvements communautaires et groupes armés existants, voient en « Ir Ganda », un ennemi déclaré qui viendra rebattre les cartes géopolitiques de la région.

Quant à l’Etat, il est pris entre l’étau et l’enclume. Même incapable d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens dans les zones de conflits, l’Etat ne pourrait applaudir la naissance d’un énième mouvement communautaire. Et comme il n’a jamais levé le petit doigt contre la création des mouvements déjà existants, il ne peut pas combattre aussi la naissance de nouveaux mouvements, comme c’est le cas de « Ir Ganda ».

Aujourd’hui au Mali, il y a toutes sortes de mouvements communautaires et de groupes armés : Nous avons des associations culturelles régionalistes, ethniques au sein de presque toutes les communautés du Mali.

Face à cette communautarisation du Mali, que faire ? Rien, sinon que de constater. Ce qui pourrait nous conduire à une division du Mali en plusieurs morceaux. Si aujourd’hui, les communautés les plus en vue dans cette communautarisation, sont celles des régions du Nord et une partie du centre, demain, ca pourrait toucher les communautés de l’Ouest, du sud. Les communautés ne faisant plus confiance à l’Etat central, n’hésiteront plus à tenter de se prendre en charge, ou de faire pression sur l’Etat.

Nous avons vu, comment les communautés de Kayes avaient fait pression sur l’Etat pour obtenir la construction d’un deuxième pont à Kayes.

L’unique remède contre la communautarisation du pays est selon moi, un Etat fort, fondé sur une justice sociale équitable pour tous, avec des dirigeants intègres et exemplaires. Un état fort se construit dans le temps avec des hommes et femmes convaincus. Le Mali que nous avons connu a cessé d’exister, Il nous faut le refonder pas à pas, mais déjà il urge de rétablir la justice sociale, pierre angulaire de toute coexistence pacifique intercommunautaire.

Difficile de ne pas accepter la naissance de « Ir Ganda », même si, ni «Ir ganda», ni CMA, ni Gatia, j’en passe, ne sont des solutions pérennes à l’existence de l’Etat malien.

L’état malien, doit reprendre sa place laissée aux mouvements communautaires, mais pour ce faire, il lui faut reconstruire une Armée forte et républicaine, car un état sans armée, est un état voué à disparaitre.

Yachim MAIGA


Ce régime a été averti pourtant. On ne peut que se préparer pour l’inévitable.

Des fois il n’y a pas de remède à la stupidité humaine.

Amadou O. Wane


Merci yachim pour ton analyse objective de la situation. Si les gouvernants ne se ressaissent pas, le peuple s’assumera comme d’habitude. Vivement l’operationalisation des communautés de culture Songhoi” Irganda”.

Abdoulwahidou Maiga


“L’unique remède contre la communautarisation du pays est selon moi, un Etat fort, fondé sur une justice sociale équitable pour tous, avec des dirigeants intègres et exemplaires.”__Y. Maiga

That is not going to happen with this man and his mafia in power.

Amadou Wane


Grand merci, “Yachim du Congo”;

Pour cette belle et opportune analyse du fait de la “ganda-isation”
(communautarisation) qui survient bien après l'”azawadisation-gatia
-isation” et autre “narcotrafiquisation mauresque”, la
“clanisation-tribalisation” qui donnerait lieu, si ce phénomène n’est
pas endigué, à la prolifération des gangs qui vont se battre comme
les clans mafieux siciliens et corses pour mettre en lambeaux le Nord
du Mali.

Sincèrement,

M. AG HAMATY


C’est le passage obligé. Le retour aux entités précédant l’arrivée des
colons occidentaux.

Tieman Diarra


Bonjour Yachim

Malilink, au moins, nous est témoin, que l’état, le gouvernement malien ainsi que les maliens ont été informés et mis en garde contre la dangerosité de l’attitude dans laquelle nos propres gouvernements se sont complus. C’est à dire la promotion de la communautarisation du pays au moins dans sa partie nord. Avant 2012, avant la signature de l’accord, lors de la signature de l’accord de 2015 et après.

La vérité c’est que cette promotion à été faite au profil de certaines communautés et au détriment d’autres.

La vérité c’est que l’accord de 2015 a communautarisé le pays. Il est fait au profil des acteurs à qui la force des armes a un droit sur les autres. Le gouvernement malien était censée faire de l’inclusivité la colonne dorsale de la mise en œuvre de l’accord malheureusement, comme nous l’avions prévu dans les années 2012, 2013 et 2014, au résultat les groupes armés ont pu imposer leur position au gouvernement qui a validé leurs choix. Des Choix qui comme tout le monde le sais sont totalement défavorables à certaines communautés et largement favorables à d’autres.

Cette initiative ci, qui est en cours, L’état malien, à travers le gouverneur de la Region de Gao, a tenté de la saboter. Comme en juillet 2016 ou sa responsabilité dans le Cours des événements pourra difficilement être écartée. À mon avis. Il a échoué pour le moment. Pour le moment !

Des représentants des autres communautés locales aussi ont tenté. Pour le moment ils ont aussi échoué.

Je serai comme toi très partisan d’une solution alternative qui nous éloigne de la balkanisation de notre cher pays. Mais alors, C’est quoi l’offre actuellement, face à la détresse des gens ? Face à leurs questionnements justifiés et justes.

Au contraire, chaque fois qu’il y a une décision à prendre, les gens se sentent livrer pieds et mains liés à ceux là qui n’ont d’autre but que de nier note existence et notre appartenance à ce que nous croyons. Bah tout ça !

Encore une fois merci. Ton texte plus simple résume la problématique malienne.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Bonjour Fahad mon frère

Rien de mieux. Que la loi soit celle de tous les maliens; à égalité.

Mais L’autorité du gouvernement ? Elle est où ? Vous et moi et tous les maliens l’avions attendu depuis 2013.

Je ne l’ai vu s’exercer que contre des citoyens sans armes qui manifestaient pacifiquement. Je ne vois pas le gouvernement et l’état faire respectée la loi. Nulle part que sur les plus faibles. Ceux qui se sentent les plus lésés et qui veulent s’organiser contre l’arbitraire.

Oui donc je souhaite que le gouvernement exerce son autorité. Mais alors de façon impartiale et républicaine.

Dans le cas contraire il ne pourra que créer d’autres mécontents. Peut être qui deviendront aussi violents que les autres. À leur manière.

Pour les personnes qui ont initier (au moins), il y a un besoin très fort de s’organiser autrement que ce qui nous est dicté par le gouvernement malien.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Salam
voilà qui face à la marginalisation delibéree du gouvernement et CI contre les majorites non armées proposent de soutenir les groupes armés contre l’Etat. A trop coincer une chèvre, elle finira par mordre.

Mohamed Ag Mohamed Elmoctar Balata on met toujours cette histoire de “majorité” sur la table, alors qu’elle ne se pose même pas dans ce contexte. À l’heure actuelle ce sont les plus minoritaires qui dirigent et cela parce qu’ils constituent une force politico-militaire incontestable. Ce qu’on peut faire c’est de trouver un consensus contre l’état pour s’insérer en profitant de cet avantage acquis grâce à cette minorité qui a lutté pour arriver à cela pendant que la majorité condamnait cette révolution.

Salutations meilleures

Balata


Je suis d’accord avec toi, Yachim. Les dirigeants doivent s’affirmer avec plus d’autorite et de justice pour que tous les maliens croient aux valeurs de la republique. Le communautarisme est une illusion qui ne reglera pas grand chose.
Merci.
Fad


To the learned colleagues –

Question de grammaire:

“Ir ganda“. Au Mali, on doit l’écrire “Ir gandaa”.

Le nom simple est “ganda“ et le possessif “ir” exige la forme définie.

Et peut-être de sémantique:

Traduire “Ir gandaa” par “Notre terre” n’est ni faux ni exact.

Littéralement, ”Notre terre” serait “Ir laboo” (labu) ou “Ir dawoo” (daw). (En orthographe zarma, “Ir laabo”)

”Ganda” couvre un champ sémantique très large. “Gande”, poitrine/étreinte/port; donc partir de l’intime vers l’extérieur plus ou moins lointain.
Ganda, “espace” dans ce sens souple peut signifier un lopin, un terrain, une propriété (foncière), une zone, région, jusqu’à toute une aire géographique, un imaginaire.

Dans ce sens, le couple binaire “ganda/ganji” (village/brousse; terroir et monde au-delà; chez soi et ailleurs), peut alimenter un riche colloque sur le concept de l’autre et du soi et pourquoi pas le “presque-soi”.

En forme adverbiale, “dessous”, “en bas”. Ganda,” comme dans “Balle à terre!”; comme demandait quelqu’un. On y est.

Pour le reste, on verra ce qu’on verra. Mais, je ne vois pas comment le “foyer amélioré” [Ir kul gandaa] ajoute plus qu’une pincée de nervosité supplémentaire à la chose. Pour dire que la chose et la spéculation fébrile qu’elle alimente en disent long sur l’état de panique morale dans lequel nous nous enfonçons allègrement.

Mohomodou


Salam voilà qui face à la marginalisation delibéree du gouvernement et CI
contre les majorites non armées proposent de soutenir les groupes armés
contre l’Etat. A trop coincer une chèvre, elle finira par mordre.
Mohamed Ag Mohamed Elmoctar Balata onmet toujours cette histoire de
“majorité” sur la table, alors qu’ellene se pose même pas dans ce contexte.
À l’heure actuelle ce sont les plusminoritaires qui dirigent et cela parce
qu’ils constituent une forcepolitico-militaire incontestable. Ce qu’on peut
faire c’est de trouver unconsensus contre l’état pour s’insérer en profitant
de cet avantage acquisgrâce à cette minorité qui a lutté pour arriver à cela
pendant que la majoritécondamnait cette révolution.

Salutations meilleures

Balata


Ce que Mohamed Ag Mohamed Elmoctar dit à Balata, c’est ce que
Moustapha Ould Dahi dit de la création de IR-GANDA pour rien; à savoir
que les Songhoï, qui se tapent la poitrine du simple fait majoritaire
numérique, selon eux, dans la région de Gao, profitent des
acquis-fruits de la guéguerre que des rebelles arabo-touaregs qui ont
“mouillé le maillot” ont généré pour toutes les communautés du Nord du
Mali ont pu arracher au GRM .

Rien moins que de dire que les Songhoï, qui n’ont pas “mouillé le
maillot”, ne reconnaissent pas à leurs voisins le bien être acquis
grâce à leur combat et pis, les Songhoï voudraient même les combattre!

En tout état de cause, je suis d’accord avec les analyses de Moustapha
Ould Dahi et de Mohamed Ag Mohamed Elmoctar que Balta et Chouaïbou
tentent de ne pas devoir comprendre, alors que c’est si simple à
comprendre.

Sincèrement,

M. AG HAMATY


es Songhoï, qui se tapent la poitrine du simple fait majoritaire numérique, selon eux, dans la région de Gao, profitent des
acquis-fruits de la guéguerre que des rebelles arabo-touaregs qui ont “mouillé le maillot” ont généré pour toutes les communautés du Nord du Mali ont pu arracher au GRM_Ag Hamaty

es tu sur que les rebelles arabo touaregs ont mouillé le maillot et ont generé pour toutes les communautés du nord?

Je ne pense pas et je pense que les autres du nord peuvent bien se révolter. On peut aimer quelqu’un plus la personne. Tout ce qui est fait sans l’aval ni son consentement est contre la personne. Les arabes ou touareg ont ils mandat de faire et d’engager une rébellion contre l’Etat ou autre au nom des Somghay sans leur demander ni leur concerter. Sont ils encore des gamins pour ne pas pouvoir reconnaitre ce qu’ils veulent et le reclamer sans le concours? Je trouve ce type de discours comme raciste, humiliant car c’est une infantilisation d’un peuple.

Salutations meilleures

Balata


Racism follows the same pattern everywhere. We beat you, we humiliate you, we enslave you FOR YOUR OWN GOOD. So be grateful!

Amadou Wane


Racism follows the same pattern everywhere. We beat you, we humiliate you, we enslave you FOR YOUR OWN GOOD. So be grateful!_Wane.

Tidit, Gonga, Cumi. le meme refrain, racisme est le meme partout. la forme peut changer mais le fonds reste intact.

Salutations meilleures

Balata


Je crois que dans la même logique (penchée à tomber), les gangsters peuvent décrier l’inconséquence et l’ingratitude des résidents du quartier qui profitent de leurs deals et fusillades quotidiennes qui, même s’ils sèment un peu de pagaille et pourrissent la vie aux gens font entrer pas mal de fric dans le quartier déshérité.

La qualité de la vie ou sa disparition et les rapports abîmés entre les gens qui se regardent en chiens de faïence peuvent passer pour pertes et profits – les profits liquides étant toujours plus précieux que les petits inconforts.

Donc, à chacun sa lecture. Mais il y a une question de fond, d’ordre éthique et moral qu’on ne peut noyer ici par complaisance. La rébellion et ses réincarnations dans le nord malien n’ont rien de révolutionnaire. S’ils profitent, c’est à quelques uns et surtout toujours les mêmes. Il n’y a rien à partager avec la majorité ou les majorités.

Insinuer que les rebelles et autres groupes armés sont les champions de l’émancipaton des gens du nord face au gouvernement reproduit la posture prétentieuse et fallacieusement révisionniste que tiennent les FORES et tous ceux qui assimilent volontiers les populations du nord à des profiteurs passifs du chaos dans lequel ils sont jetés. J’ai entendu pas mal de gens intelligents me dire la même chose à Bamako et même en Europe.

Ce n’est ni historiquement vrai, ni moralement soutenable, si on doit se dire une seule vérité. Sinon les populations ne se seraient pas sacrifiées pour tenir tête aux groupes armés au prix de leurs libertés, intégrité physique ou vies.

Mohomodou


Bonjour ou bonsoir chers forumistes

Je n’ai pas eu la chance de vous suivre dans ce débat qui semble être plus passionnel que passionnant, mais j’ai juste eu le temps de lire en diagonales les réactions des uns et des autres. Je me confesse d’emblées, que je me sens encore plus mal que quand j’écrivais hier cette tribune, qui a servi de prétextes aux échanges.

Je me sens mal, car le mal que nous voulons combattre c’est à dire la communautarisation du pays, donc, la haine, est en train de gagner du terrain au sein même de ce que j’appelle pudiquement: les intellos de Malilink.

Comme Mohomodou, je continue à croire que nous pouvons et devons vivre avec nos différences sans nier l’existence de l’autre.

Je trouve cynique de parler dans ce débat, de “dividendes ” gracieusement offertes par les victorieux d’une rébellion.

Toute la question est de savoir si les victorieux de la rébellion peuvent ou doivent imposer

Leur diktat aux autres communautés qui ne partagent pas leur vision?

Les communautés qui subissent les exactions quotidiennes d’individus armés dans leurs villages, sont condamnées à se défendre, car ils n’ont plus le choix : soit ils se défendent ils meurent, soit ils ne se défendent pas, ils sont tués. Les auteurs des attaques et crimes ne leurs donnent qu’un seul choix : se défendre.

Et comme l’Etat censé, défendre les personnes et leurs biens sur son territoire, est défaillant, elles se tournent vers les milices, les groupes armes et les mouvements communautaires. Ce qui n’est hélas pas la solution.

La seule solution qui vaille et que nous devrions encourager sur ce forum, est la coexistence pacifique. Le vivre cote a cote a défaut du vivre ensemble.

Nous sommes condamnés, car le songhaï d’Ansongo n’a nulle part où se réinstaller, tout comme le Daousahak de Tallataye n’a nulle part où se réinstaller.

Personne ne peut chasser personne nulle part ni au Nord ni au Sud.

Certes, les victorieux de la rébellion ont la possibilité de continuer à vouloir dicter la loi des armes, mais ça n’aboutira a rien et tôt ou tard on finira autour d’une table ou sous un arbre.

Nous qui avons la chance d’utiliser l’arme qu’est la plume, ou du moins le clavier, sacrifions nous a utiliser l’arme de la raison. Recollons les morceaux au lieu de les casser en petits morceaux.

Sortons le débat des caniveaux et proposons des solutions qui nous éloigneraient des armes et des morts bêtes et évitables. Les montants exorbitants que nous engloutissons dans les achats des armes, utilisons ces montants pour donner de l’eau potable à tous.

L’arme qu’est la plume peut être plus dangereuse et meurtrière que la kalachnikov et autres roquettes.

Si nous sur Malilink ne parvenons pas à nous comprendre comment voulez-vous que le berger de Ras-El mas et le pécheur de Isaber puissent se comprendre.

Toutes les communautés du Nord comme du Sud n’aspirent qu’à vivre en paix.

Même le détenteur de l’arme ne peut dormir sur ses deux oreilles sachant qu’il y a son voisin « soumis » qui lui en veut.

Alors il n’y a et n’y aura aucune solution autre que la coexistence pacifique qui passe par le respect mutuel et l’acceptation de l’autre dans sa différence.

Yachim MAIGA
Kinshasa, République Démocratique du Congo


Un Crime de Guerre à Alphaou Taraba

BAMAKO – 12 Mai 2017 | par Amadou O. Wane – Taraba est un petit village à l’ouest de Tombouctou entre Goundam et Bintagoungou. La majorité des habitants sont du groupe ethnique songhaï. Avec un taux de chômage élevé, les jeunes quittent souvent le village pour aller chercher un emploi ailleurs au Mali ou à l’étranger. Dans la tradition locale, lorsqu’un jeune émigre, ses parents et ses amis organisent une fête d’adieu pour lui. Dans la soirée du 16 avril 2017, le village d’Alphaou Taraba organisa une telle fête pour l’un de leurs jeunes hommes. La fête commença bien, les jeunes mangeaient, dansaient et riaient.

Mais, vers 20 heures, un véhicule et une moto se sont approchés du village. Les occupants étaient, des hommes armés avec des armes automatiques. Arrivés au village, ils ont tiré cinq coups de feu dans l’air. La foule se dispersa dans toutes les directions. Certains villageois sont allés se réfugier dans une maison à proximité. Les terroristes ont ouvert la porte avec des tirs sur la serrure. Ils ont volé des téléphones cellulaires et des vêtements, obligé les jeunes hommes à se déshabiller complètement, puis ils ont ligoté leurs pieds et mains. Ils choisissaient deux filles à chaque fois et les amenaient dans une pièce voisine où elles subissaient un viol collectif. Au total, 10 filles ont été agressées sexuellement. La plus jeune victime avait seulement 12 ans. Selon ses parents, il y avait du sang sur ses vêtements quand elle est rentrée chez elle. Le viol est une expérience très stigmatisante dans cette société conservatrice. C’est une grande humiliation pour la victime et sa famille, qui peut durer plusieurs générations. Beaucoup préfèrent simplement nier publiquement qu’elles ont été violées. Mais, la jeune fille et ses parents ont eu le courage de raconter leur histoire. Au fur et à mesure qu’elle parlait de son épreuve, les larmes coulaient le long de ses joues. Elle était tellement submergée par les émotions qu’elle ne pouvait pas continuer. Ses parents étaient également éperdus.

Lorsque les autorités ont été informées de l’incident, une équipe médicale a été dépêchée de Goundam pour administrer les premiers soins aux victimes. Mais, aucune police n’a enquêté sur le crime. Les jeunes victimes ont besoin d’une aide médicale et psychologique à long terme. Au moment de la rédaction de cet article, elles n’avaient toujours pas reçu de telles aides. Le lendemain, un autre groupe armé est venu dans le village pour informer les habitants qu’ils enquêtaient sur l’incident qui a eu lieu la veille. Mais, ils ne sont pas venus aider. Au contraire, ils ont volé les biens et l’argent des habitants.

Selon les villageois, c’est la troisième fois que leur village a été la cible de groupes armés. Ils ont refusé d’identifier leurs assaillants par crainte de représailles. Le gouvernement est complètement absent de la région et l’état de droit n’existe plus. La population civile est à la merci des terroristes et des groupes armés. Des crimes semblables se déroulent régulièrement au nord et au nord-est du Mali. Ils ne sont pas signalés en raison de l’absence de toute forme de gouvernement. Ce qui s’est passé à Alphaou Taraba était un crime de guerre. Un crime de guerre est commis lorsque les règles internationales de la guerre sont violées. Le viol en tant qu’instrument de guerre est considéré comme un crime de guerre.

Malgré la présence d’une armada internationale, le nord et le nord-est du Mali sont encore en proie à des groupes armés et à des terroristes. L’insécurité détruit le tissu social et sème la discorde entre les groupes ethniques. Si la tendance n’est pas inversée rapidement, le Mali pourrait devenir un état défaillant dans tous les sens du terme.


Je remercie beaucoup Wane pour cet article sur ces viols qui ont eu lieu dans ce village de Tombouctou. Je tiens a préciser qu’aucune structure qui fait de la protection ou basée sur les violences basées sur le jour n’a porté assistance a ces filles malgré l’appel que nous avons lancé sur les réseaux sociaux.
Quand j’ai contacté la charge des VBG de la Minusma , elle m’a redirige vers la section droit de l’homme. Le fait que cette section ne soit même pas au courant ou se dise pas informée m’a fait comprendre que je perdrai mon temps.
Seule l’ONG locale a envoyé une monitrice (qui n’est pas qualifiée pour la prise en charge psychologique des viols).

Fatouma Harber


Bonsoir chers tous

Il y’a une volonté claire d’humilier des hommes sans armes. L’intention est tellement cruelle et inhumaine.

La leçon qui est la même depuis 2012 : avec une arme on peux tout se permettre.

– Un village en majorité sonrai du cercle de Goundam ou des citoyens festoient pour le départ en exode d’un des leurs ;
– des assaillants armés attaquent cette joyeuse assemblée
– obligent les hommes à se mettre en tenue d’Adam et les ligotent pieds et mains
– violent une dizaine de personnes de sexe féminin dont une jeune fille de 12 ans
– les autorités sont informées
– une équipe médicale a été dépêchée de Goundam pour administrer les premiers soins aux victimes
– aucun autre type de secours aux gens en détresse

– Le lendemain, un autre groupe armé est venu dans le village pour informer les habitants qu’ils enquêtaient sur l’incident qui a eu lieu la veille. Mais [en fait], ils ne sont pas venus aider. Au contraire, ils ont volé les biens et l’argent des habitants..

Chouaibou Maiga


Les Conflits Inter-communautaires

13 Morts ne constitue pas “plusieurs dizaines de mort”. Donc incohérence !!!

Des sources sur place ont déjà décompté 70 morts.

A Dialloubé comme à Ké-Macina, le medecoin vient tjours après la mort, après que les Jihadistes ait quitté les lieux. Il faut que l’ armée reste sur place pour que les malfrats soient pris en flangrant délit et qu’ il y ait de la confiance avec les populations. Personne ne dénoncera un malfrat si l’ armée même a peur de ces malfrats et s’ éloigne vite qu’ ils ne reviennent.

A Dialloubé les militaires n’ ont pas seulement tué “une” personne qui sortait avec son enfant et arrêté une “vingtaine”, mais a volé aussi des bijoux en grandes quantités, rapportent des sources sur place.

Le 12/01/2017, a Diondiori les Jihadistes sont venu fermer l’ école et la radio locale. Diondiori c’ est seulement à quelques km de Téninkou. Lá aussi l’ armée se porte abscente – comme partuout au moment des faits. Après elle vient pour s’ en prendre à des présumés Jihadistes. Il ne peut pas y avoir de confiance comme ça.

De mon avis, s’ il y aura des réunions de “réconciliation” comme d’ habitude, les représentants peuls doivent refuser totalement le pardon et exiger la justice quelque soit le temps que ça va prendre. Justice – Justice – Justice. Aucun pardon encore !!!

M. Diagayété


Mali as we know it is slipping away slowly but surely.

Quelle incompétence au sommet de l’état. C’est écœurant. On est comme des grenouilles assis dans l’eau bouillante, prétendant que l’eau est tiède.

Amadou O. Wane


Exactement c’ est l’ illusion que IBK et son accord prétendu pour la paix et la réconciliation entretiennent.

Il n’ y aura pas de réconciliation encore moins de paix sans la justice, tôt ou tard.

Bien cordialement
M. Diagayété


C’est dommage pour le Mali, qui est entre une spirale de violence intercommunautaire. Le Mali n’a jamais connu de conflits intercommunautaires malgre les differents conflits armes qui se sont declenches au nord du pays depuis l’independance. Malheureusement avec ce soulard d’IBK qui s’est fait trimbale par les bandits armes et leurs acolites nous sommes dans un point de non retour. Aujourd’hui nous partons droit au mur comme la somalie. Il n’y a plus de doute sur l’avenir du Mali qui deviant de plus en plus sombre.

Idrissa YALCOUYE


Récemment, j’ai eu une discussion avec quelqu’un dans le milieu des ONG aux Nations Unis à New York.

Il y’ a une vérité non dite: c’est que personne ne sait comment faire sortir le Mali de cette crise, ni les NU, ni les ONG, ni la France, ni le GdM.

C’est le constat que personne n’ose dire haut et fort. Donc…bè bi i babolo comme dirait ATT.

Ce qui est sure est que quand ça va péter, les premiers dans l’avion seront les élites avec leur famille. Les passeports diplomatiques et les visas sont déjà prêts.

Malheureusement, ce sont les pauvres qui paient les pots cassés.

Amadou O. Wane


C’est tout a fait vrai. Tout le monde a pousse le Mali vers cette situation de Chaos. Les dirigeants maliens, les partenaires, a commencer par la France, les organisations internationales, personne n’a travaille dans le sens de sortir le Mali du bourbier. Mais les premiers ennemis du Mali ont ete les Maliens eux memes qui malgre l’ampleur de la crise, n’ont jamais cesse de penser a ce qu’ils considerent comme leurs interets materiels: Combien j’y gagne. Meme au cours des rencontres de crises entres differents protagonistes, tout le monde pense a son per-diem. Et ce ne sont pas de petites sommes.

Kalifa Gadiaga


Les conflits inter-communautaires ont toujours existé dans cette zone du Mali et partout où éleveurs et agriculteurs cohabitent; et on a toujours appelé cela “conflits agriculteurs-éleveurs”. Il y a même dans les coutumes anciennes des méthodes de résolution de ces conflits; par exemple, les troupeaux en transhumance qui détruisent des champs laissent quelques bœufs en compensation; il y a aussi des zones interdites à l’agriculture pour permettre justement le passage des troupeaux.

Plus récemment, les chefs de villages, la gendarmerie et les commandants de cercle (préfets) géraient ces problèmes “à l’amiable”. Mais de temps à autres, il y avait grande violence qui entraînait la perte de vie. Tout ceci n’est pas nouveau.

Par contre, le problème est que maintenant tout se règle à la kalachnikov et autres fusils modernes. Donc les bilans sont forcément plus lourds. Depuis 2012, tout le monde s’est progressivement armé. En Mai 2016, il y a eu au moins 60 morts dans la même zone. L’armée avait même été accusée d’avoir fermé les yeux sur les massacres de populations peules.

Et il est difficile de voir comment arrêter cette spirale si l’état et l’administration sont absents.

______________________
A. Karim Sylla


Dites-lui que le Mali mérite mieux !

Dites-moi, ce qui arrive à mon pays ?

Dites-moi, qu’a-t-il fait de mon pays, depuis qu’il s’est installé sur les monts mandingues ?

Dites-moi qu’a-t-il fait de « le Mali d’abord », depuis qu’il s’est offert l’avion de la discorde ?

Dites-moi, pourquoi tant de scandales financiers, depuis qu’il est arrivé ?

Dites-moi, qu’a-t-il fait de la démocratie qui l’a porté au pouvoir ?

Qu’a-t-il fait pour que les défenseurs de la patrie ne meurent pas comme des mouches ?

Qu’a-t-il fait de ses amis religieux pour que, eux qui jadis, unis et forts, se tournent dos ?

Qu’a-t-il fait de ses deux premiers tous jeunes premiers ministres, pour que l’un devienne aphone, l’autre tornade ?

Qu’a-t-il fait pour le Nord du Mali, qui l’a porté comme messie ?

Qu’a-t-il fait depuis, pour que chaque jour qui passe, ce Nord du Mali perde confiance en lui et perde espoir ?

Dites-moi, qu’a-t-il fait pour mettre fin au décompte macabre des morts évitables ?

Hier, le Nord comptait ses morts, aujourd’hui dans le centre et au sud, le décompte macabre continue

Qu’a-t-il fait pour que tout le Mali s’embrase ?

Ici ce sont des violences communautaires, avec morts d’hommes y compris d’enfants innocents ;

Là-bas, ce sont de jeunes soldats partis défendre la patrie qui meurent sans pouvoir se défendre ;

Qu’a-t-il fait pour que sédentaires et éleveurs, peuls et bambaras commencent à s’entretuer dans le centre du Mali?

Pendant ce temps, ses ministres de la république dépensent l’argent du pauvre contribuable, pour disent-ils, parcourir le Mali pour semer la bonne parole de l’entente nationale…pour décréter la réconciliation ;

Pendant ce temps, des élus du peuple, entament la croisade envers et contre tous, pour annoncer sa candidature pour 2018, qu’il le veuille ou pas, préviennent-ils ;

Pendant ce temps, des citoyens non maitres de leur destin, meurent sans gémir, quelque part, dans un bled du Mali profond.

Qu’a-t-il fait de sa lutte contre la corruption décrétée en grande pompe médiatique en 2014 ?

Pendant ce temps, ceux-là censés porter le couteau dans la plaie de la gangrène corruption, cherchent justice dans la rue,

Eux qui se devaient de nous protéger, se retrouvent eux-mêmes déboussolés et jetés en pâture,

Pense-t-il que ces gardiens du temple, déshabillés et humiliés pourront un jour regarder leurs justiciables en face ?

Qu’a-t-il fait pour éviter ou apaiser les foyers de tensions sociales par ci – par la ?

Pendant ce temps, il continue de voyager, comme si de rien ;

Pendant ce temps, le tapis rouge l’accompagne même dans les cérémonies funéraires, comme ce fut le cas à Ségou, et tout récemment à Gao,

Pendant ce temps, ses ministres ne manquent pas une occasion pour lui prouver qu’ils sont à la tache sur le terrain,

Pendant ce temps, même son meilleur ennemi du Nord, à qui le Mali a offert l’hospitalité pendant la guerre de libération, humilie et chasse ses indésirables concitoyens dans des conditions infrahumaines ;

Pendant ce temps, la place de Bagadadji fourmille de nouvelles abracadabrantes qui ne font pas honneur à la représentation nationale.

Une représentation nationale qui ne mérite pas de gaspiller son énergie et ses moyens dans des démentis dignes du temps stalinien, relatifs à l’affaire dite : « la secrétaire du Président »

Le Mali mérite mieux que ces feuilletons interminables de scandales du fils, du père et du « saint beau-père », qui n’en finissent pas de plonger le pays dans la désespérance et la fatalité.

Dites-lui que le Mali va très mal ;

Dites-lui que l’espoir est toujours permis pour redresser le Mali, vers « le Mali d’abord », vers le Mali dont nous rêvons tous : le Mali fier et debout dans le concert des nations ,

Le Mali, terre de brassage culturel, havre de de paix et de vie éternelle….

Yachim MAIGA


Merci Yachim !

Tout ça lui a été dit. Mais il n’ écoute pas les victimes, il n’ écoute son peuple. Il écoute les assassins et d’ autres qui n’ on rien à voir avec le Mali, à part leurs intérêts à eux.

À cause de IBK, les assassins entassés à Kidal risquent d’ avoir ce qu’ ils veulent: faire disparaitre le Mali. Les mauvaises langues disaient longtemps: Mali est contenu dans So-Mali.

Que Dieu sauve le Mali !!!

M. Diagayété


Mais ces conflits étaient des conflits disons naturels qui se réglaient sans que ça soit “Bambaras ou Dogons” contre “Peuls”.

Mais maintenant c’ est ces sortes de conflits avec l’ implication dévastatrice de l’ armée. Des témoins auculaires et auriculaires l’ on fait savoir. Il ne sert à rien d’ embellir ce qui n’ est pas beau ou de nier les faits. La situation est trés très grave. Elle est purement intercommunautaire. Ce n’est plus “cultivateurs/éleveurs”. Et c’ est l’ amalgame irréfléchi et entretenu qui en est la cause.

Comment se fait-il que l’ armée vienne toujours après les dégats des Jihadistes. Ceux-ci ne sont pas bêtes pour attendre l’ armée dans les villages. Ils attendent l’ armée dans leurs embuscades. L’ armée vient, fait des ratissages, tue arbitrairement, arrête arbitrairement et vole même des bijoux … tout ça après le départ des jihadistes. Depuis le 6 février l’ armée à Mopti savait qu’ environ 20 motos étaient rassemblées près de Dialloubé. Comment se fait-il que cet assemblement ne soit pas détruit par les hélicoptères (d’ après des témoignages) qui sont arrivés le 11 à Dialloubé ?

Notre armée doit se défaire des mauvaises habitudes du président et de ses gouvernements ! Il faut qu’ elle crée la confiance avec les populations. Elle est la seule force organisée qui peut sauver ce que reste du Mali, notre pays. Pour ça il faut qu’ elle s’ installe permanemment sur les lieux névralgiques, afin que les populations aient confiance et puissent collaborer. On ne peut pas collaborer avec quelqu’ un qui vient, fait des dégats et passe.

Malheureusement les conflits ont radicalement changé de nature. J’ ai plusieurs cité ici Zéidane Ag Sidalamine: “les rébellions touarègues répétitives vont finir par étendre le tribalisme dans tout le Nord du Mali”, disait-il sur kida.info. Maintenant ce n’ est plus seulement le Nord, c’ est de plus en plus le Centre et l’ on ne sait pas là où ça va s’ arrêter, car personne ne va se laisser éternellement massacrer par dizaines.

Bien cordialement

M. Diagayété


Merci Wane,
C’est pourquoi, il faut absolument éviter que ça pète afin d’épargner les pauvres populations des actes nocives posés par une petite minorité qui ne pense qu’à ses intérêts.
A la lumière des analyses que nous avons faites en sein de nos associations, nous avons pourtant fait des propositions concrètes que nous allons essayer d’implémenter à travers le Mouvement TABALE.
Voici en notre avis et en liminaire les solutions pour nos problèmes:
1- L’organisation d’assises nationales souveraines immédiates pour non seulement passer eu peigne fin les difficultés majeures de la nation mais aussi ajuster l’État dans son fonctionnement.
2-Soumettre l’accord d’Alger à un référendum, du moment où il a été élaborer et signer dans le mépris total des populations et du fait qu’il est fortement contesté par une grande partie des maliens .
3-Enclencher le processus de “Transition Organisée avec Méthode ” pour redresser le pays.
Vous conviendrez avec moi, que les assises dont je parle ici n’ont rien à avoir avec cette fameuse conférence d’Entente Nationale, qui , si elle se tenait tel que le gouvernement veut la tenir, accoucherait simplement d’une souris.

Fabou


Situation Sécuritaire au Mali Depuis Jan 2015

L‘ essentiel (les chiffres, à partir Jan 2015, sont certainement incomplets):

500 Civils morts et éléments de groupes armés morts. Ces derniers ne sont en fait que des civils portant des armes illégales et illicites, même certains le font en légitime défense;

377 Militaires nationaux et internationaux morts.

Dans l‘ adresse de Nouvel An de SE IBK: je n‘ ai lu aucune condoléance exprimée expressis verbis aux familles des victimes de l‘ insécurité. SE IBK voyage beaucoup, déjà au moins 110 fois depuis le 4 septembre 2013, d‘ après le Malilink Investigative Reporting Group (MIRG). Rarement, très très rarement il a rendu visite aux régions du Centre et du Nord du Mali où on tue des êtres humains comme on tue les mouches. Rien, absolument rien ne suit ces actes ignobles. Il (IBK) dit qu‘ il n‘ est pas „élu pour se faire tuer (au Nord)“.

Lors des élections communales du 20 Novembre 2016, pas d‘ élections dans 75 communes – dans la région de Kidal aucun vote du tout.

A ajouter:

L‘ Accord de paix et de Réconciliation, signé en Juin 2015, „ébranle“ les structures fondamentales de la République du Mali, mais l‘ accord „en application“

  • n’a pas été soumis à l‘ Assemblée Nationale du Mali;
  • n’a pas été soumis à un Référendum du peuple;
  • n‘ est pas inclusif, c‘ est à dire tous les intéressés ne sont admis dans l‘ accord, ce qui continue à provoquer des contestations parfois reprimées dans le sang;
  • la Conférence d‘ Entente Nationale, prescrite pour 60 jours après sa signature, n’a pas encore été tenue;

Ceux qui ont déclaré à la très pauvre République du Mali et ont commis (présumémennt) des crimes sont libres et réçus périodiquement à Bamako, logés et nourris (voir second fichier attaché).

———————————————————————————–

„En considération des critères d’attributions des Prix Mandela, le Prix Mandela (2016) de la Démocratie est revenu à notre président de la République, SE Ibrahim Boubacar Keita du Mali, pour son immense et infinie contribution à la consolidation de la démocratie au nord du Mali.

Ceci à travers l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger, la stabilisation politique et sécuritaire du Mali et par conséquent la stabilisation du Sahel.“

(https://www.maliweb.net/distinction-prix-dexcellence/1961082-1961082.html)

————————————————————————————

No comment !

Bien cordialement

M. Diagayété

Peut-on Encore Sauver « le soldat IBK »?

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/09/29/peut-on-encore-sauver-le-soldat-ibk-au-mali_5005356_3212.html


Bonjour Mr Fofana,

Je sais le titre de votre mail est tiré du journal le monde. Mais doit-on se poser cette question au Mali d’aujourd’hui. Pourquoi sauver IBK ? Le pays part en miette, ses enfants sont tués tous les jours et le chef vague à travers le monde comme si tout va bien. Est-il utile pour les maliens ?
Mais IBK n’est pas le seul dans ce cas. Il est comme la plus part des maliens en ce moment, chacun pour soi. Presque personne n’est solidaire de ceux qui vivent la terreur. Tous les joueurs des concitoyens sont tués, personne ne lève le petit doit et tout le monde se contente des communiqués désespérants et délirants des “autorités”. Des pauvres “soldats” sont massacrés et enterrés à la va vite sans aucun honneur officiel ne leur soit rendu, sans que leur famille en soit informée, sans respect pour leur dernière volonté et sans respect de leur famille. Qui s’est manifesté contre ses comportements plus que criminels, personne. Tant que ce n’est pas chez moi ça va alors que tout le monde a la bouche le Mali est un et indivisible. Nous avons perdu notre sens de la solidarité. C’est une mentalité qui va finir par détruire complètement le Mali.
Merci à vous
M’Paly


Bonjour Diaby,

Si c’était moi qui avais écrit l’article, j’aurais donné comme titre: “Doit-on encore sauver le soldat IBK?”

Bonne journée,

Moussa


Eh bien la “chose ” qui dit beaucoup. Le gouvernement français se prépare à déstabiliser le Mali a commencer par éliminer le GATIA et à baptiser l’Azawad! C’est bien Le Drian qui a annoncé des les premières interventions françaises que Serval a empêché un carnage à Kidal- une expression codée pour exprimer son soutien au MNLA. Malheureusement le Président Hollande ne manque pas d’occasion de répéter en refrain cette position du gouvernement français pour défendre son ingerence à la souveraineté du Mali.

N’est ce pas clair que le GTIA est devenu le récent cible du gouvernement français qui semble avoir coopté l’ambassadeur américain au Mali pour l’exécution d’un plan sournois au Mali. L’opposition malienne devrait décrier ces maneuvres.
Keita


Tous les joueurs des concitoyens sont tués, personne ne lève le petit doit et tout le monde se contente des communiqués désespérants et délirants des “autorités”. Des pauvres “soldats” sont massacrés et enterrés à la va vite sans aucun honneur officiel ne leur soit rendu, sans que leur famille en soit informée, sans respect pour leur dernière volonté et sans respect de leur famille. Qui s’est manifesté contre ses comportements plus que criminels, personne. Tant que ce n’est pas chez moi ça va alors que tout le monde a la bouche le Mali est un et indivisible. Nous avons perdu notre sens de la solidarité. C’est une mentalité qui va finir par détruire complètement le Mali.

Diaby


“Tous les joueurs des concitoyens sont tués, personne ne lève le petit doit et tout le monde se contente des communiqués désespérants et délirants des “autorités”. Des pauvres “soldats” sont massacrés et enterrés à la va vite sans aucun honneur officiel ne leur soit rendu, sans que leur famille en soit informée, sans respect pour leur dernière volonté et sans respect de leur famille. Qui s’est manifesté contre ses comportements plus que criminels ? personne. “Tant que ce n’est pas chez moi ça va”, alors que tout le monde a à la bouche “le Mali est un et indivisible”. Nous avons perdu notre sens de la solidarité. C’est une mentalité qui va finir par détruire complètement le Mali”_M’Paly Diaby.

Sans commentaire cher compatriote !

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Depuis ce matin, je lis ceci dans certains foras. je n’ai pu trouver le lien
Le député UMP Alain Marsaud considère qu’il n’y a pas “un Mali, mais au moins deux” et qu’une partition de ce pays est “inévitable”.

Dans un communiqué, l’élu de la 10e circonscription des Français établis hors de France, comprenant une large partie de l’Afrique, écrit aujourd’hui: “L’opération Serval est sans doute une réussite, et maintenant quoi faire ? Nous escomptions le retrait de nos troupes, à la suite d’un scrutin présidentiel présenté comme un succès démocratique. Il n’y avait plus qu’à attendre et espérer que le Mali découvre la démocratie, voire la paix. Or, on est loin de tout ça”.
“Les groupes et ethnies du nord, d’origines arabe, berbère et autres, contrôlés par les Touareg, n’ont aucune envie de vivre un destin commun avec le sud de Bamako, et les menées séparatistes, indépendantistes et autres ne pourront être contenues qu’artificiellement”, prédit cet ancien juge antiterroriste.

“Il n’existe pas un Mali, mais au minimum deux. Nous avons, avec Serval, protégé le premier, celui du sud, au détriment du second, celui du nord. Nous sommes tous solidaires de cette erreur mais il convient d’en prendre conscience et de la réparer”, poursuit l’élu d’opposition.”La paix dans cette région essentielle de l’Afrique passe par une partition, forcément douloureuse mais il n’est pas d’autres solutions y compris pour nous, Français, engagés militairement sur zone”, selon Marsaud.

Source: Le Figaro

Balata


Well…ces gens là n’ont pas fini de jouer les pyromanes et nous, nous sommes incapables de protéger notre case.

Amadou O. Wane


La signification profonde du “soldat Ibk” est en référence à ses commanditaires, il est en effet président du Mali mais soldat de la France. Le parcours leur est rassurant mais decevant. De la Feanf au mirroir de la Sorbonne et à la cavalerie sur les Champs Elysées, de la corruption au service du goût du luxe et les voyages incessants et inutiles qui dilapident les finances d’un pays vidé de son sang, de la fraternité Tomi aux combines avec des rénégats touaregs via un faux accord de paix. Le “soldat Ibk” a échoué dans son rôle de trompe-l’oeil. Toutes les communautés y compris les nomades dans toutes leurs composantes le savent désormais. C’est le moment pour un remplaçant tout comme mais sentant moins mauvais, et la classe politique en est pleine.

Tout ceci au moment où les attaques contre l’armée sont de fait devenues des opérations de ravitaillement pour les attaquants, et ce voyage en Guinée équatoriale continue la tradition par volonté d’évasion et de loisir au mépris des problèmes d’un pays livré à la dérive. Non seulement le président est abonné absent mais l’abonnement est basé sur une organisation fictive. L’administration reste vautrée dans le mode de la corruption et de l’incompétence pour rendre plus soutenable la situation de crise financière d’un pays à la merci du train de vie dispendieux à sa tête.

On essaie de maquiller cette situation de crise aiguë par des opérations de diversion du genre fermeture de Rangold pour évasion fiscale, tiraillements entre ministères, hier entre finances et président de l’Assemblée pour son budget de souveraineté, pour faire croire à une rigueur impossible alors que tout le monde sait que le mal ronge Bamako. Enfin, on sait pouvoir toujours manipuler la fibre nationaliste… On essaie de masquer la déconfiture par la comédie d’un conseil de defense, etc.

Quand un pays se réduit en république bananière de la sorte, qu’il institue deux modes parallèles d’administration, élections municipales dans le sud, et autorités intérimaires dans le nord juste pour faire croire à l’illusion d’un accord “de paix”, il faut comprendre qu’il est aux orders. Il faut d’autant plus s’inquiéter quand le ministre français de la défense presse Bamako de prendre des initiatives politiques dans le nord du Mali (voir l’article ci-dessous). Parachever la décision formelle de partition du pays? C’est tout ce qui reste à faire. Car dans les faits les autorités intérimaires sont un moyen pour asservir la majorité de sédentaires par une infime partie de la minorité nomade par ailleurs ex-criminels pour beaucoup, qui se voient attribuer la majorité sinon 100% des sièges comme butin de guerre. Alors que tous savent que l’écrasante majorité de la minorité nomade ne prend pas part à cette comédie et n’aspire qu’à vivre en symbiose avec leurs frères séculaires. Oui vous entendrez de plus en plus les trompettes de la partition sonner, c’est la suite logique des soudaines attaques djihadistes dans le Mali profound. Les attaques djihadistes, les tribulations des rénégats touaregs du Cma et autres, les déclarations du député Ump Alain Marsaud (voir article ci-dessous), etc. montrent ce à quoi s’attendre quand les dirigeants à Bamako cessent d’incarner et répondre aux aspirations des peuples. C’est le résultat obtenu avec l’équipe faible de Hollande en attendant ce qu’on imagine de Juppé ou Sarkozy. À méditer autour du thé à la menthe.

Diadié Alpha

http://www.afriqueexpansion.com/fil-de-presse/3310-paris-appelle-bamako-a-prendre-des-initiatives-politiques-dans-le-nord-du-pays.html

http://malijet.com/actualite-politique-au-mali/flash-info/85680-le-depute-ump-alain-marsaud-il-y-a-au-moins-2-mali.html

Le Drone Heron UAV Lance sa Première Mission au Mali pour l’Allemagne

20161107-heron_i
Bamako – le 7 Novembre 2016 | par  Amadou O. Wane -Le véhicule aérien sans pilote Heron I a effectué sa première mission opérationnelle au Mali au nom de l’armée allemande dans le cadre d’un contrat avec « Airbus Defence and Space ».

Selon le magazine DefenseWeb, la première mission opérationnelle a eu lieu le 1er novembre à l’aéroport de Gao et a duré cinq heures et 40 minutes. Airbus a indiqué que cela s’est produit trois mois après la signature du contrat avec l’Allemagne.

“Le premier vol est une étape importante pour obtenir la certification de Pleine Capacité Opérationnelle (FOC). Pour atteindre les FOC, trois avions seront stationnés à Gao et des missions de reconnaissance seront menées dans le nord-est du pays afin de protéger la population et le personnel de la MINUSMA “, a déclaré Airbus.

Le déploiement du Héron I au Mali est prévu initialement jusqu’en février 2018.

Les tâches militaires comprennent le repérage des explosifs en vol, l’aide au convoi, la reconnaissance des forces terrestres dans les situations de combat, et la protection des camps.

Le 1er juillet 2016, l’Allemagne a assumé la responsabilité de l’unité de renseignement de la MINUSMA. Les forces allemandes opèreront principalement dans la région de Gao.

Le ministère allemand de la Défense a annoncé le 1er novembre que son pays contribuerait des hélicoptères à la MINUSMA quand les hélicoptères Néerlandais se retireront au début de 2017.

La France a également déployé des drones dans la région, avec deux Harfangs (basés sur le Héron) et trois MQ-9 Reapers basés au Niger mais survolant cinq pays du Sahel sous l’Opération Barkhane.

Attaque à Banamba

Localité située à peu près 145 kms de Bamako dans la region de Koulikoro, Banamba a fait l’objet d’attaques ciblées. C’était hier soir aux environs de 21 heures.
D’abord une caisse d’épargne ensuite la Gendarmerie puis le camp de garde abritant la prison civile ont été les cibles de ces assaillants non identifiés.
Un nombre élevé de prisonniers ont été libéré nous dit un témoin.
Selon certaines sources, ils étaient une dizaine a bord d’un pick up tous turbannés.
Décidément après Sanankoroba, Bamako, Banamba on ne fait plus qu’elle destination vont prendre ces malfrats entre temps le Ministere de la Sécurité en en pleine concertation pour un nouveau dispositif sécuritaire.

Touré


Le PR a quitté Bamako tard dans la matinée; après que les détails de l’attaque étaient disponibles. Le sens de responsabilité aurait demandé qu’il restasse à Bamako pour tirer au clair ce qui se passe. Il y a vraisemblablement un groupe qui s’organise en créant un trésor de guerre — il est difficile de ne pas faire un lien entre les récentes attaques à Bamako, Sanankoroba et cette dernière à Banamba.

Les ambassades étrangères ont en tout cas alerté leurs citoyens.

Mais il faut voir dans ce voyage inopportun le signe avant-coureur de la réalité qu’IBK lui même a compris; il est incapable de gérer cette crise. Si ça chauffe il s’envolera dans son Boeing pour laisser les Maliens se débrouiller. Il est dépassé par les problèmes de l’armée, et n’a aucune stratégie de sortie de crise. Les premiers à avoir compris cela sont les soldats eux-même; ils sont en mode “repli tactique”.

L’opposition politique devrait prendre d’assaut les radios locales et réclamer son retour immédiat.

______________________
A. Karim Sylla


Bonsoir Karim et chers forumistes

Nous assistons impuissants à la détérioration de la sécurité sur l’ensemble du territoire malien.

L’agacement est palpable même du côté de l’oncle gaulois, le tout puissant gendarme JY Ledrian qui n’a pas mis de gants pour fustiger la situation au Mali.

Certes Ledrian et nous n’avons pas les mêmes intérêts du point de vue sécuritaire, mais l’alerte de la France prouve à suffisance que personne n’est à l’abri.

Le président IBK n’a de toute évidence ni une stratégie sécuritaire, ni les moyens encore moins les femmes et hommes pour renverser la tendance au cours de son mandat pour honorer les engagements et les promesses de campagne du candidat IBK.

Nous allons continuer et pendant longtemps encore à avaler la pilule amère de l’engagement de la France sur le sol malien depuis un certain 11 janvier 2013.

Oui pas la peine de remuer le couteau dans la plaie du Mali, mais tant que nous n’extirpions la pue de la plaie, cette dernière ne se cicatrisera jamais.

Le destin du Mali n’est pas dans le protectionnisme du gendarme français, mais bien en nous.

Si nous voulions remettre debout le Mali, il nous faut se sacrifier: être prêt a mourir dignement.

Le Vietnam de Hoché Min était venu à bout et de la France et des USA, pourquoi pas nous. Nous n’avons pas d’autre choix : ou bien mourir pour renaitre ou bien mourir dans l’humiliation.

IBK à la lourde responsabilité de tirer les conséquences justes:

1: mise en place d’un gouvernement de combat resserré de 15 femmes et hommes, autour d’un premier Ministre, énergique, volontariste prêt à mourir pour la patrie, avec pour seule mission: mettre debout le Mali pendant les deux dernières années de IBK.

2: Engagement solennel de IBK devant le peuple à ne pas se représenter en 2018 a la présidentielle

3: organisation d’une conférence nationale inclusive débouchant sur une nouvelle constitution, une nouvelle république dans laquelle on prendra en compte la dimension accord de paix et non accord pour la paix.

Le Mali est à refaire, à refonder et pour ce faire aucun sacrifice ne sera de trop.

Yachim MAIGA
Kinshasa, République Démocratique du Congo


Le destin du Mali n’est pas dans le protectionnisme du gendarme français, mais bien en nous. Si nous voulions remettre debout le Mali, il nous faut se sacrifier: être prêt a mourir dignement._Yachim

Je doute de l’existence de cette volonté de mourir dignement chez nous actuellement, ceux qui ont opté pour donner leur vie au nom de la défense du pays ont compris de manière en laissant tenue et équipements à l’ennémi.et surtout les infos qui circulent n’incitent pas.

Des infos démenties par le Fils national_deputé Katio lui attribuerait l’achat de maison à 4 milliards à Dubai.

Salutations meilleures

Balata


Source: Chef de la cellule Communication du MSPC.

Incursion d’hommes armés dans la ville de Banamba aux environs de 0h30. Assaillants à bord de 3 vehicules en povenance du secteur de Nara , ont successivement attaqué la BDM et la prison avant de liberer les prisonniers . Trois vehicules ont été emportés. Investigations en cours.

Touré


Venus à bord de 3 véhicules et répartis avec 6 sans oublier la BDM brulee. Banamba est à moins de 200 km de Bko et 80 de Kkoro centre de formation des Famas.
Belle moisson non pour eux

Salutations meilleures

Balata


Possible votre analyse, mais appelons comme vous l’avez dit le chat par son nom. Souhaitions nous que pour tout acte d’attaques ou de banditisme que le PR se rende sur place?
Les relations internationales comptent aussi pour un pays comme le Mali en proie a une crise multi dimensionnelle .
Vous l’avez mentionné que la visite demeure officielle lors attendons le communiqué de presse à l’issu de l visite.
Chers forumistes, je pense que la situation mérite une grande réflexion et de solutions conséquentes, d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens, ensuite sensibilise le citoyens sur son rôle dans le système de sécurisation et enfin que le citoyen joue à fond sa partition.
Aucun système sécurité ne sera fiable sans l’implication du citoyen lui même.

Touré


Le PR ne peut pas se rendre partout où un Malien est attaqué – c’est clair. Et ce n’est pas ce qu’on demande non plus. Mais quand ton pays est en proie à de grandes difficultés, tu arrêtes de déléguer et reprends les choses en main. Voilà ce pour quoi IBK a été élu — pas pour être abonné absent.

______________________
A. Karim Sylla


Bonsoir chers tous

“Possible votre analyse, mais appelons comme vous l’avez dit le chat par son nom. Souhaitions nous que pour tout acte d’attaques ou de banditisme que le PR se rende sur place?

“Chers forumistes,
je pense que la situation mérite une grande réflexion et de solutions conséquentes, d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens, ensuite sensibilise le citoyens sur son rôle dans le système de sécurisation et enfin que le citoyen joue à fond sa partition.
Aucun système sécurité ne sera fiable sans l’implication du citoyen lui même”_Touré.

Il y a donc des actions à mener. Je vais les lister et tenter de dire qui en est responsable “en premier chef”.

1. d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens ; Responsable en premier : gouvernement/chef de l’état, assemblée nationale, HCC

2. ensuite sensibiliser le citoyen sur son rôle dans le système de sécurisation ; Responsable en premier : gouvernement/chef de l’état, assemblée nationale, HCC.

3. enfin que le citoyen joue à fond sa partition. Donc après les points 1 et 2.

Au regard de vos propositions/réflexions, il est donc entendu que c’est le gouvernement/chef de l’état qui ne font pas leur bouleau jusque là. Et c’est ça le reproche principal qui leur est fait. “Diriger le pays; faire espérer les citoyens; leur montrer le chemin).

Cordialement.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Sincèrement Chouaibou j’apprécie votre approche et suis en parti d’accord avec vous.
Je propose l’organisation de concertations de deux jours sur la sécurité et nous allons invité en plus de la société civile les différentes institutions que vous avez énuméré.
A la sortie de ces concertations nous allons remettre aux Ministres de la Sécurité et de la Défense nos conclusions.
Ensuite nous allons procédé à une série de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire.
Si l’idée vous convient ……, nous allons ensemble mettre sur pied une commission restreinte d’organisation
Sincerely

Touré H.


Show de Petit-Guimba à la Prison Centrale

L’administration carcérale – nouvelle version.

Il y a une video ici qui laisse un peu perplexe. L’humoriste “petit Guimba” qui avait écrasé par voiture une autre personne fait un show à la prison centrale. Avec micro et sono. À la demande du chef de la prison!!

Il parle de son propre cas; jurant de ne plus jamais conduire si il sortait de prison; et surtout de s’éloigner de toutes peaux blanches (sa victime est d’origine libanaise). Même si c’était Salif Keita.

Il fait rire la galerie en parlant de sa propre situation; et invite ses invités à faire attention à leur poche — parce que la prison est un repère de voleurs. Tout le monde éclate de rire.

Un artiste venu spécialement pour l’occasion lui fait une sérénade. Le morceau composé juste après l’incarcération. La video se coupe malheureusement juste avant que “petit Guimba” ne fasse son sketch.

On peut voir des gens agglutinés derrière les barreaux de la prison; espérant peut-être juste pour une petite heure faire partie du show.

Il parle aussi du soutien que lui et son groupe avait eu du ministre de la justice; le show à la prison; est-ce une nouvelle méthode de gestion carcérale du ministre?

En tout cas, les prisonniers (et les gardes) ne s’en plaindront pas.

________________________
Karim Sylla


Vraiment scandaleux!!! Le ministre de la justice doit s’expliquer, accusé pour coups et blessures volontaires, on lui laisse faire un show comme s’il n’a rien fait de grave?

Abdoulaye Keita


Abdoulaye,

Cette affaire est plus compliquée que ça. Nous devons éviter de prendre position en entendant tous les faits.

Il y’ a 2 récits; celui de PG et des Hawils. Les Hawils ont été plus habiles dans leur communication et ont publiés leur récit très rapidement après l’incident, avec des photos et des interviews. C’est impressionnant. C’est ce premier récit que le public a cru.

PG a fait une erreur impardonnable en communication. Il a attendu plusieurs jours avant de rendre sa version publique. Mais il était trop tard; le récit des Hawils était devenu la seule “vérité” dans la mémoire collective et dans la presse malienne.

Selon le deuxième récit, PG voulait échapper aux agressions des frères Hawils. Il a été arrosé plusieurs fois avec de la gas lacrymogène, et ne pouvait plus voir claire. Ce sont les Hawils selon PG, qui ont essayé de l’empêcher de partir.

Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi PG a été amené en prison au lieu de l’hôpital. Il a lui aussi failli perdre sa vie.

Cette histoire n’est pas “black and white”. On en saura plus si les deux plaintes ne sont pas retirées. Comme c’est le Mali, ça se réglera probablement à l’amiable avant le 7 Octobre.

Amadou O. Wane


Bonjour Monsieur Sylla,
j’interviens à la suite de votre mail à travers lequel vous manifestez votre indignation à la suite du show organisé par le Régisseur de la maison centrale d’arrêt de Bamako dans lequel Petit Guimba a fait un numero.
Votre indignation porte sur un certain nombre de choses notamment :
1-L’humoriste “petit Guimba”qui avait écrasé par voiture une autre personne fait un
show à la prison centrale. Avec micro et sono. À la
demande du chef de la prison!!
2-e show à la prison; est-ce une nouvelle méthode de gestion
carcérale du ministre?
Sur le prémier point
Vous affirmez que :” Petit Guimba a écrasé une personne par voiture” , Avec cette présentation des choses , vous avez déjà fait de lui un coupable au mépris de la présomption d’innocence . Il a été agressé et à ce jour les personnes qui se présentent comme agressées font l’objet d’une poursuite suite à la plainte déposée par ses conseils . Il y a dans cette affaire une réciprocité de plainte , il est bon de ne pas juger à ce stade des choses . Prémière chose PG est présumé innocent.
Sur le second point
Le show dans les prisons comme toutes activités culturelles , ludiques et sportives relèvent de la considération due à la dignité humaine . Pour votre information , ce n’est pas qu’au mali qu’il y a des show dans les prisons à certaines occasions . Au mali , chaque année à l’occasion du 22 septembre , il y a des évènements au sein des prisons , compétitions sportives , culturelles etc . Qu’un présumé innocent y participe en raison de son talent ne me parait pas être attentatoire à quoi que ce soit bien au contraire.
Pour terminer dans l’expression de votre indignation , vous avez oublié d’ajouter que Petit Guimba a lancé des messages positifs en invitant le prisonniers au changement à la fin de leur peine.
Renseignez vous les prisons s’humanisent de plus en plus et le ministre actuel n’est pas que ministre de la justice mais aussi celui des droits de l’homme , les droits de l’homme impliquent l’accès aux activités culturelles et bien sur le droit au RIRE
A bon entendeur

TOURE ABDOURAHAMANE


Bonjour Mr Touré,
La présomption d’innocence n’exclut le constat des faits — PG a tamponné le monsieur; il est encore à l’hôpital avec un poumon perforé et des côtes brisés. PG lui même le dit dans son monologue. Sa famille est même allé demandé le pardon au Libanais.

Alors, ne parlons pas de présomption d’innocence quand le prévenu lui même reconnaît qu’il a fauté.

PG a été agressé lui aussi – nulle doute; mais pas par la personne qu’il a écrasé avec sa voiture. Il faut vraiment se demander ce qui peut conduire quelqu’un a vouloir écraser un être humain ou même un animal avec une voiture!! Je trouve cela simplement inqualifiable. Et puis le voir sur la vidéo tout sourire lançant des blagues comme si le crime commis n’était rien!!! Il parle de “sortir de prison” comme si c’était une évidence, quelque chose de réglé d’avance; ça ne peut que laisser perplexe.

L’injustice ce n’est pas seulement quand on libère les terroristes-assassins; mais c’est aussi quand un acte criminel contre un citoyen ou un résident n’est pas puni ou est ignoré.

Mr Touré, le Libanais qui a été écrasé aurait pu être votre frère ou une connaissance très proche — j’aurais aimé savoir si votre jugement de la video aurait été différent.

Deuxièmement, je n’ai absolument rien contre une meilleure gestion des prisons; je doute néanmoins que chanter les louanges de quelqu’un qui est en prison pour ce qu’on peut qualifier de tentative de meurtre soit la meilleure façon d’assainir et d’humaniser les prisons.

______________________
A. Karim Sylla


Monsieur SYLLA,
Vous avez déjà jugé et condamné ce jeune homme , PG n’a jamais demandé” pardon à la famille du Monsieur , ce sont des comédiens qui ont pris cette initiative sans son consentement , le monsieur renversé l’a été lorsqu’ils se sont rués sur lui et qu’il cherchait à se sauver . Votre vue des choses changera à la suite du procès prévu ce 6 octobre .

TOURE ABDOURAHAMANE


Chers Camarades,
je connais ce jeune avocat qui incarne les valeurs d’un défenseur des Droits humains
L’avocat Aboudouramane Toure est un des rares avocats du Barreau Malien. En effet, j’ai découvert ce jeune talent lorsque j’avais un dossier devant la justice malienne a laquelle j’ai beaucoup de méfiance en raison du comportement de la plupart de certains auxiliaires tels que certains avocats que je ne citerai pas ici.
Ce témoignage n’a aucun caractère publicitaire d’ailleurs il n’en a pas besoin car ses confrères dont l’actuel Ministre le savent très bien. Tout ce que je lui demande c’est de continuer son combat ”légaliste” et de ne pas se décourager car dans un pays ou la fausseté est la règle et l’honnêteté, une exception il est difficile d’être apprécié.
Cher Maitre, bon courage!
Mady Ciré Touré