L’ avion Presidential de Retour en Service

L’avion présidentiel est de retour en service après une absence d’un mois en Suisse pour des rénovations. L’avion est arrivé à Bamako le 15 Mars 2016. Le lendemain il amena le Premier ministre à Abidjan pour une visite de 24 heures.

Vendredi dernier, le président s’envola en Namibie à bord de son jet nouvellement rénové. Photo-A est l’image de l’avion avant la rénovation.

TZ-PRM 2016-03-18-2

Photo-B est l’appareil après la rénovation à son arrivée à l’aéroport de Windhoek en Namibie.

TZ-PRM 2016-03-18 21.24.43

On peut constater que l’avion a reçu une nouvelle couche de peinture. La taille de police de l’ inscription “RÉPUBLIQUE DU MALI” est immense. Il couvre presque toute la longueur de l’appareil. Esthétiquement parlant, cette inscription est grotesque. Moralement parlant, c’est répréhensible; il projette une image bling-bling d’un président qui mène une vie de luxe avec les maigres ressources d’une population qui vit dans une misère quotidienne.

Amadou Wane
www.amadouwane.ml

IBK Exige un Confort Royal en Vol

IBK Exige un Confort Royal en Vol
13 Mars 2016 |MIRG | Amadou Wane

20160313-AMAC-Aerospace2

Ibrahim Boubacar Keita (IBK) est un président qui aime voyager. Depuis son inauguration le 4 septembre 2013, il a effectué 87 voyages internationaux. Le mystère autour de l’achat de l’avion et les innombrables voyages ne cessent de faire couler de l’encre dans la presse malienne.
Mais depuis sa dernière visite en France le 11 Février 2016, le président n’a pas quitté le Mali. Certains pourraient penser que le président a enfin pris conscience de la lourdeur de ces voyages sur les maigres resources d’un état aussi pauvre que le Mali. Hélas! ils seront déçus. Cette interruption des balades présidentielles est seulement momentanée. Le président est pour le moment privé de son Boeing.

Nous avons appris d’une source désirant garder l’anonymat que le chef de l’ État désirant plus de confort en vol a ordonné une rénovation de l’intérieur de la cabine de son jet.

Pour cette raison, l’avion présidentiel est à l’aéroport de Bâle en Suisse depuis le 14 Février dernier; plus précisément dans un hangar d’AMAC Aerospace, l’un des principaux acteurs mondiaux de rénovations et modifications d’appareils de luxe. Nous y avons repéré l’avion et obtenu confirmation par une source à AMAC Aerospace que le Boeing y était pour des travaux de rénovation.

AMAC est une entreprise basée en Suisse qui offre des services d’entretien et de finition de jets privés, et dispose d’hangars à l’aéroport de Bâle, ainsi qu’à l’aéroport Atatürk d’Istanbul en Turquie. Elle compte parmi sa clientèle, les super riches d’Afrique, du Brésil, de Russie, ainsi que du Proche-Orient. Cette clientèle exige des avions de prestige avec des finitions dignes d’une élite. AMAC Aerospace a très bonne réputation dans ce domaine.

Avec le trésor malien comme tirelire, IBK ne semble pas se priver de luxe. Ses nombreux voyages ont couté à l’état plus de six milliards de francs CFA, rien que pour les frais du Boeing selon une étude conduite par Malilink Investigative Reporting Group (MIRG). Selon MIRG, IBK a parcouru plus de 530 000 kilomètres depuis son inauguration, soit plus de 13 fois le tour du monde. Chaque heure de vol du Boeing coûte à l’état environ 13 millions de francs CFA; à cela il faut ajouter les dépenses hôtelières de chaque déplacement et même les frais de déplacement de sa délégation car le Boeing d’IBK ne peut transporter que 19 personnes.

L’avion est exploité par JetMagic, une entreprise basée à Malte et liée à Michel Tomi; Mr Tomi est l’ami et « frère » du président qui se trouve présentement entre les mailles de la justice française pour pratiques mafieuses; il est en outre le propriétaire du Casino de Bamako. Le contrat qui lie le Mali à JetMagic n’a jamais été rendu publique. Personne ne sait ce que le Mali paye. Les estimations de MIRG sur les coûts du Boeing ont été faits sur la base de prix offerts par différents prestataires de service exploitant le Boeing 737 BBJ.

Combien coutera cette dernière rénovation? Il est difficile de le dire. L’ opacité totale des dépenses de Koulouba fait qu’il est pratiquement impossible de savoir le montant de la facture de cette rénovation inutile; il faut rappeler que lors de son achat en 2014 le Boeing avait déjà été rénové. Les maliens doivent exiger plus de transparence financière des dépenses de l’état. L’Assemblée nationale doit jouer un rôle de contrôle et de contrepoids au pouvoir désormais hégémonique de Koulouba. Comment comprendre qu’au même moment où des bébés partagent à 2 ou 3 des lits à l’hôpital Gabriel Touré, l’occupant de Koulouba préfère dépenser l’argent du contribuable pour rendre son avion encore plus luxueux. Est-ce cela la promesse du Mali d’abord?