Peut-on Encore Sauver « le soldat IBK »?

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/09/29/peut-on-encore-sauver-le-soldat-ibk-au-mali_5005356_3212.html


Bonjour Mr Fofana,

Je sais le titre de votre mail est tiré du journal le monde. Mais doit-on se poser cette question au Mali d’aujourd’hui. Pourquoi sauver IBK ? Le pays part en miette, ses enfants sont tués tous les jours et le chef vague à travers le monde comme si tout va bien. Est-il utile pour les maliens ?
Mais IBK n’est pas le seul dans ce cas. Il est comme la plus part des maliens en ce moment, chacun pour soi. Presque personne n’est solidaire de ceux qui vivent la terreur. Tous les joueurs des concitoyens sont tués, personne ne lève le petit doit et tout le monde se contente des communiqués désespérants et délirants des “autorités”. Des pauvres “soldats” sont massacrés et enterrés à la va vite sans aucun honneur officiel ne leur soit rendu, sans que leur famille en soit informée, sans respect pour leur dernière volonté et sans respect de leur famille. Qui s’est manifesté contre ses comportements plus que criminels, personne. Tant que ce n’est pas chez moi ça va alors que tout le monde a la bouche le Mali est un et indivisible. Nous avons perdu notre sens de la solidarité. C’est une mentalité qui va finir par détruire complètement le Mali.
Merci à vous
M’Paly


Bonjour Diaby,

Si c’était moi qui avais écrit l’article, j’aurais donné comme titre: “Doit-on encore sauver le soldat IBK?”

Bonne journée,

Moussa


Eh bien la “chose ” qui dit beaucoup. Le gouvernement français se prépare à déstabiliser le Mali a commencer par éliminer le GATIA et à baptiser l’Azawad! C’est bien Le Drian qui a annoncé des les premières interventions françaises que Serval a empêché un carnage à Kidal- une expression codée pour exprimer son soutien au MNLA. Malheureusement le Président Hollande ne manque pas d’occasion de répéter en refrain cette position du gouvernement français pour défendre son ingerence à la souveraineté du Mali.

N’est ce pas clair que le GTIA est devenu le récent cible du gouvernement français qui semble avoir coopté l’ambassadeur américain au Mali pour l’exécution d’un plan sournois au Mali. L’opposition malienne devrait décrier ces maneuvres.
Keita


Tous les joueurs des concitoyens sont tués, personne ne lève le petit doit et tout le monde se contente des communiqués désespérants et délirants des “autorités”. Des pauvres “soldats” sont massacrés et enterrés à la va vite sans aucun honneur officiel ne leur soit rendu, sans que leur famille en soit informée, sans respect pour leur dernière volonté et sans respect de leur famille. Qui s’est manifesté contre ses comportements plus que criminels, personne. Tant que ce n’est pas chez moi ça va alors que tout le monde a la bouche le Mali est un et indivisible. Nous avons perdu notre sens de la solidarité. C’est une mentalité qui va finir par détruire complètement le Mali.

Diaby


“Tous les joueurs des concitoyens sont tués, personne ne lève le petit doit et tout le monde se contente des communiqués désespérants et délirants des “autorités”. Des pauvres “soldats” sont massacrés et enterrés à la va vite sans aucun honneur officiel ne leur soit rendu, sans que leur famille en soit informée, sans respect pour leur dernière volonté et sans respect de leur famille. Qui s’est manifesté contre ses comportements plus que criminels ? personne. “Tant que ce n’est pas chez moi ça va”, alors que tout le monde a à la bouche “le Mali est un et indivisible”. Nous avons perdu notre sens de la solidarité. C’est une mentalité qui va finir par détruire complètement le Mali”_M’Paly Diaby.

Sans commentaire cher compatriote !

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Depuis ce matin, je lis ceci dans certains foras. je n’ai pu trouver le lien
Le député UMP Alain Marsaud considère qu’il n’y a pas “un Mali, mais au moins deux” et qu’une partition de ce pays est “inévitable”.

Dans un communiqué, l’élu de la 10e circonscription des Français établis hors de France, comprenant une large partie de l’Afrique, écrit aujourd’hui: “L’opération Serval est sans doute une réussite, et maintenant quoi faire ? Nous escomptions le retrait de nos troupes, à la suite d’un scrutin présidentiel présenté comme un succès démocratique. Il n’y avait plus qu’à attendre et espérer que le Mali découvre la démocratie, voire la paix. Or, on est loin de tout ça”.
“Les groupes et ethnies du nord, d’origines arabe, berbère et autres, contrôlés par les Touareg, n’ont aucune envie de vivre un destin commun avec le sud de Bamako, et les menées séparatistes, indépendantistes et autres ne pourront être contenues qu’artificiellement”, prédit cet ancien juge antiterroriste.

“Il n’existe pas un Mali, mais au minimum deux. Nous avons, avec Serval, protégé le premier, celui du sud, au détriment du second, celui du nord. Nous sommes tous solidaires de cette erreur mais il convient d’en prendre conscience et de la réparer”, poursuit l’élu d’opposition.”La paix dans cette région essentielle de l’Afrique passe par une partition, forcément douloureuse mais il n’est pas d’autres solutions y compris pour nous, Français, engagés militairement sur zone”, selon Marsaud.

Source: Le Figaro

Balata


Well…ces gens là n’ont pas fini de jouer les pyromanes et nous, nous sommes incapables de protéger notre case.

Amadou O. Wane


La signification profonde du “soldat Ibk” est en référence à ses commanditaires, il est en effet président du Mali mais soldat de la France. Le parcours leur est rassurant mais decevant. De la Feanf au mirroir de la Sorbonne et à la cavalerie sur les Champs Elysées, de la corruption au service du goût du luxe et les voyages incessants et inutiles qui dilapident les finances d’un pays vidé de son sang, de la fraternité Tomi aux combines avec des rénégats touaregs via un faux accord de paix. Le “soldat Ibk” a échoué dans son rôle de trompe-l’oeil. Toutes les communautés y compris les nomades dans toutes leurs composantes le savent désormais. C’est le moment pour un remplaçant tout comme mais sentant moins mauvais, et la classe politique en est pleine.

Tout ceci au moment où les attaques contre l’armée sont de fait devenues des opérations de ravitaillement pour les attaquants, et ce voyage en Guinée équatoriale continue la tradition par volonté d’évasion et de loisir au mépris des problèmes d’un pays livré à la dérive. Non seulement le président est abonné absent mais l’abonnement est basé sur une organisation fictive. L’administration reste vautrée dans le mode de la corruption et de l’incompétence pour rendre plus soutenable la situation de crise financière d’un pays à la merci du train de vie dispendieux à sa tête.

On essaie de maquiller cette situation de crise aiguë par des opérations de diversion du genre fermeture de Rangold pour évasion fiscale, tiraillements entre ministères, hier entre finances et président de l’Assemblée pour son budget de souveraineté, pour faire croire à une rigueur impossible alors que tout le monde sait que le mal ronge Bamako. Enfin, on sait pouvoir toujours manipuler la fibre nationaliste… On essaie de masquer la déconfiture par la comédie d’un conseil de defense, etc.

Quand un pays se réduit en république bananière de la sorte, qu’il institue deux modes parallèles d’administration, élections municipales dans le sud, et autorités intérimaires dans le nord juste pour faire croire à l’illusion d’un accord “de paix”, il faut comprendre qu’il est aux orders. Il faut d’autant plus s’inquiéter quand le ministre français de la défense presse Bamako de prendre des initiatives politiques dans le nord du Mali (voir l’article ci-dessous). Parachever la décision formelle de partition du pays? C’est tout ce qui reste à faire. Car dans les faits les autorités intérimaires sont un moyen pour asservir la majorité de sédentaires par une infime partie de la minorité nomade par ailleurs ex-criminels pour beaucoup, qui se voient attribuer la majorité sinon 100% des sièges comme butin de guerre. Alors que tous savent que l’écrasante majorité de la minorité nomade ne prend pas part à cette comédie et n’aspire qu’à vivre en symbiose avec leurs frères séculaires. Oui vous entendrez de plus en plus les trompettes de la partition sonner, c’est la suite logique des soudaines attaques djihadistes dans le Mali profound. Les attaques djihadistes, les tribulations des rénégats touaregs du Cma et autres, les déclarations du député Ump Alain Marsaud (voir article ci-dessous), etc. montrent ce à quoi s’attendre quand les dirigeants à Bamako cessent d’incarner et répondre aux aspirations des peuples. C’est le résultat obtenu avec l’équipe faible de Hollande en attendant ce qu’on imagine de Juppé ou Sarkozy. À méditer autour du thé à la menthe.

Diadié Alpha

http://www.afriqueexpansion.com/fil-de-presse/3310-paris-appelle-bamako-a-prendre-des-initiatives-politiques-dans-le-nord-du-pays.html

http://malijet.com/actualite-politique-au-mali/flash-info/85680-le-depute-ump-alain-marsaud-il-y-a-au-moins-2-mali.html

Attaque à Banamba

Localité située à peu près 145 kms de Bamako dans la region de Koulikoro, Banamba a fait l’objet d’attaques ciblées. C’était hier soir aux environs de 21 heures.
D’abord une caisse d’épargne ensuite la Gendarmerie puis le camp de garde abritant la prison civile ont été les cibles de ces assaillants non identifiés.
Un nombre élevé de prisonniers ont été libéré nous dit un témoin.
Selon certaines sources, ils étaient une dizaine a bord d’un pick up tous turbannés.
Décidément après Sanankoroba, Bamako, Banamba on ne fait plus qu’elle destination vont prendre ces malfrats entre temps le Ministere de la Sécurité en en pleine concertation pour un nouveau dispositif sécuritaire.

Touré


Le PR a quitté Bamako tard dans la matinée; après que les détails de l’attaque étaient disponibles. Le sens de responsabilité aurait demandé qu’il restasse à Bamako pour tirer au clair ce qui se passe. Il y a vraisemblablement un groupe qui s’organise en créant un trésor de guerre — il est difficile de ne pas faire un lien entre les récentes attaques à Bamako, Sanankoroba et cette dernière à Banamba.

Les ambassades étrangères ont en tout cas alerté leurs citoyens.

Mais il faut voir dans ce voyage inopportun le signe avant-coureur de la réalité qu’IBK lui même a compris; il est incapable de gérer cette crise. Si ça chauffe il s’envolera dans son Boeing pour laisser les Maliens se débrouiller. Il est dépassé par les problèmes de l’armée, et n’a aucune stratégie de sortie de crise. Les premiers à avoir compris cela sont les soldats eux-même; ils sont en mode “repli tactique”.

L’opposition politique devrait prendre d’assaut les radios locales et réclamer son retour immédiat.

______________________
A. Karim Sylla


Bonsoir Karim et chers forumistes

Nous assistons impuissants à la détérioration de la sécurité sur l’ensemble du territoire malien.

L’agacement est palpable même du côté de l’oncle gaulois, le tout puissant gendarme JY Ledrian qui n’a pas mis de gants pour fustiger la situation au Mali.

Certes Ledrian et nous n’avons pas les mêmes intérêts du point de vue sécuritaire, mais l’alerte de la France prouve à suffisance que personne n’est à l’abri.

Le président IBK n’a de toute évidence ni une stratégie sécuritaire, ni les moyens encore moins les femmes et hommes pour renverser la tendance au cours de son mandat pour honorer les engagements et les promesses de campagne du candidat IBK.

Nous allons continuer et pendant longtemps encore à avaler la pilule amère de l’engagement de la France sur le sol malien depuis un certain 11 janvier 2013.

Oui pas la peine de remuer le couteau dans la plaie du Mali, mais tant que nous n’extirpions la pue de la plaie, cette dernière ne se cicatrisera jamais.

Le destin du Mali n’est pas dans le protectionnisme du gendarme français, mais bien en nous.

Si nous voulions remettre debout le Mali, il nous faut se sacrifier: être prêt a mourir dignement.

Le Vietnam de Hoché Min était venu à bout et de la France et des USA, pourquoi pas nous. Nous n’avons pas d’autre choix : ou bien mourir pour renaitre ou bien mourir dans l’humiliation.

IBK à la lourde responsabilité de tirer les conséquences justes:

1: mise en place d’un gouvernement de combat resserré de 15 femmes et hommes, autour d’un premier Ministre, énergique, volontariste prêt à mourir pour la patrie, avec pour seule mission: mettre debout le Mali pendant les deux dernières années de IBK.

2: Engagement solennel de IBK devant le peuple à ne pas se représenter en 2018 a la présidentielle

3: organisation d’une conférence nationale inclusive débouchant sur une nouvelle constitution, une nouvelle république dans laquelle on prendra en compte la dimension accord de paix et non accord pour la paix.

Le Mali est à refaire, à refonder et pour ce faire aucun sacrifice ne sera de trop.

Yachim MAIGA
Kinshasa, République Démocratique du Congo


Le destin du Mali n’est pas dans le protectionnisme du gendarme français, mais bien en nous. Si nous voulions remettre debout le Mali, il nous faut se sacrifier: être prêt a mourir dignement._Yachim

Je doute de l’existence de cette volonté de mourir dignement chez nous actuellement, ceux qui ont opté pour donner leur vie au nom de la défense du pays ont compris de manière en laissant tenue et équipements à l’ennémi.et surtout les infos qui circulent n’incitent pas.

Des infos démenties par le Fils national_deputé Katio lui attribuerait l’achat de maison à 4 milliards à Dubai.

Salutations meilleures

Balata


Source: Chef de la cellule Communication du MSPC.

Incursion d’hommes armés dans la ville de Banamba aux environs de 0h30. Assaillants à bord de 3 vehicules en povenance du secteur de Nara , ont successivement attaqué la BDM et la prison avant de liberer les prisonniers . Trois vehicules ont été emportés. Investigations en cours.

Touré


Venus à bord de 3 véhicules et répartis avec 6 sans oublier la BDM brulee. Banamba est à moins de 200 km de Bko et 80 de Kkoro centre de formation des Famas.
Belle moisson non pour eux

Salutations meilleures

Balata


Possible votre analyse, mais appelons comme vous l’avez dit le chat par son nom. Souhaitions nous que pour tout acte d’attaques ou de banditisme que le PR se rende sur place?
Les relations internationales comptent aussi pour un pays comme le Mali en proie a une crise multi dimensionnelle .
Vous l’avez mentionné que la visite demeure officielle lors attendons le communiqué de presse à l’issu de l visite.
Chers forumistes, je pense que la situation mérite une grande réflexion et de solutions conséquentes, d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens, ensuite sensibilise le citoyens sur son rôle dans le système de sécurisation et enfin que le citoyen joue à fond sa partition.
Aucun système sécurité ne sera fiable sans l’implication du citoyen lui même.

Touré


Le PR ne peut pas se rendre partout où un Malien est attaqué – c’est clair. Et ce n’est pas ce qu’on demande non plus. Mais quand ton pays est en proie à de grandes difficultés, tu arrêtes de déléguer et reprends les choses en main. Voilà ce pour quoi IBK a été élu — pas pour être abonné absent.

______________________
A. Karim Sylla


Bonsoir chers tous

“Possible votre analyse, mais appelons comme vous l’avez dit le chat par son nom. Souhaitions nous que pour tout acte d’attaques ou de banditisme que le PR se rende sur place?

“Chers forumistes,
je pense que la situation mérite une grande réflexion et de solutions conséquentes, d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens, ensuite sensibilise le citoyens sur son rôle dans le système de sécurisation et enfin que le citoyen joue à fond sa partition.
Aucun système sécurité ne sera fiable sans l’implication du citoyen lui même”_Touré.

Il y a donc des actions à mener. Je vais les lister et tenter de dire qui en est responsable “en premier chef”.

1. d’abord l’État doit se réconcilier avec les citoyens ; Responsable en premier : gouvernement/chef de l’état, assemblée nationale, HCC

2. ensuite sensibiliser le citoyen sur son rôle dans le système de sécurisation ; Responsable en premier : gouvernement/chef de l’état, assemblée nationale, HCC.

3. enfin que le citoyen joue à fond sa partition. Donc après les points 1 et 2.

Au regard de vos propositions/réflexions, il est donc entendu que c’est le gouvernement/chef de l’état qui ne font pas leur bouleau jusque là. Et c’est ça le reproche principal qui leur est fait. “Diriger le pays; faire espérer les citoyens; leur montrer le chemin).

Cordialement.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Sincèrement Chouaibou j’apprécie votre approche et suis en parti d’accord avec vous.
Je propose l’organisation de concertations de deux jours sur la sécurité et nous allons invité en plus de la société civile les différentes institutions que vous avez énuméré.
A la sortie de ces concertations nous allons remettre aux Ministres de la Sécurité et de la Défense nos conclusions.
Ensuite nous allons procédé à une série de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire.
Si l’idée vous convient ……, nous allons ensemble mettre sur pied une commission restreinte d’organisation
Sincerely

Touré H.


Mouvement Armé pour Défendre les Peuls?

Déclaration de l’ADPS sur la création d’un mouvement politico-militaire à base ethnique

en République du Mali

L’Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise (ADPS) exprime sa vive préoccupation face à l’annonce faite, le 18 juin 2016 sur une radio étrangère, de la création d’un groupe politico-militaire prétendant défendre un groupe ethnique donné et considérant les Forces Armées nationales comme la cible de leurs futures attaques.

L’ADPS estime que ce développement très inquiétant est l’une des conséquences directes de l’Accord d’Alger et de la prime à la rébellion armée que ledit Accord incarne, comme l’illustre la récente soit disant « Entente » imprudemment signée par le Gouvernement malien.

La menace sur l’unité nationale et l’intégrité territoriale de notre pays se précise de plus en plus. La zone géographique d’intervention annoncée par ce nouveau groupe politico-militaire à base ethnique indique clairement qu’il s’agit de la pièce manquante du puzzle de création du fantasmagorique « Etat de l’Azawad » et d’une étape cruciale dans le vaste complot visant à mettre fin à l’Etat malien en tant que République unitaire, démocratique et laïque dans ses frontières jusqu’à présent internationalement reconnues.

Tout en réaffirmant son soutien total aux Forces Armées et de Sécurité nationales dans l’accomplissement de leur difficile mission régalienne de sécurisation des toutes les composantes de la Nation et de toutes les régions du Mali dans le respect des droits de l’homme, l’Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise dénonce, une fois de plus, l’incapacité manifeste des pouvoirs publics à affirmer l’autorité de l’Etat républicain comme détenteur du monopole de l’usage de la force légitime et à faire prévaloir, partout et en tout temps, l’intérêt supérieur du Peuple malien.

En outre, l’ADPS invite à nouveau les pouvoirs publics à faire preuve d’une gestion plus stratégique et plus efficace des conséquences multiformes du changement climatique sur l’aggravation de la compétition et des affrontements intra et intercommunautaire pour le contrôle des ressources naturelles, notamment l’eau et la terre, sur fond d’appétit aiguisé de puissances extérieures pour les ressources du sous-sol (eaux souterraines, richesses minières, etc., etc.) et du ciel (énergie solaire et éolienne, etc., etc.) de la République du Mali.

Tout en attirant l’attention des uns et des autres sur l’expérience catastrophique d’autres pays, y compris en Afrique, l’ADPS engage l’ensemble des forces patriotiques, républicaines, démocratiques, progressistes, politiques et sociales à redoubler de vigilance et à se mobiliser au sein du Front Populaire pour la défense de la Patrie, la sauvegarde de l’unité et de la concorde nationale ainsi que la préservation du caractère unitaire, républicain, démocratique et laïc du Mali dans le cadre de la Constitution du 12 janvier 1992.

Fait à Bamako, le 23 juin 2016

Pour le Directoire de l’ADPS

Le Conseiller Politique


D’après plusieurs sources familières avec le sujet et la région, la création du groupe de défense des peuhls n’ est qu’ une farce. Le leader n’est même pas peuhl, mais un touarègue et ancien combattant du MNLA. Aucune association peuhl reconnaît ce groupe.

Donc, il est bien possible que ce leader a d’autre sinistre but que de défendre l’intérêt des peuhls.

Amadou Wane


Moi, je suis informé que ce Oumar Aldjana est un transfuge et manipulé du MNLA et de la CMA. Il n’ a aucune base sociale dans le Delta (voir un des liens qui suivront: il semble se réfugier maintenat en Mauritanie). Oui il est effectivement de mère peule et de père targui (Dawshaq). Mes sources sont très diversifiées et jusqu’á présent fiables …

C’ est regrettable que l’ ADPS s’ embourbe dans des infos qui sont déjà périmées avant même qu’ elles ne soient diffusées.

Pour ce qui est des différentes infos circulant en ce moment je mets ci-après des commentaires et des articles édifiant. Je ne peut pas tout commenter, mais les commentaires sont, de ma connaissance, justes. Surtout si je vois Harouna Toureh érigé en parrain d’ un nouveau mouvement appelé “MDP” = Mouvement pour la Défense de la Patrie”. C’ est Houra Toureh qui s’ est érigé en opposant catégorique à la représentation correcte et proportionnelle des Songhay et des Peuls dans les structures de l’ Accord qui ne cesse d’ ailleurs de décevoir et créer des frustrations dont les conséquences de manifestent de plus en plus. Je doute fort du parrainage de certaines personalités citées, telles que Adam Thiam et le député Abderahman Niang …

Quelques soient les gesticulations de IBK et du Gouvernement, il n’ y a qu’ une seule issue: il faut la justice et abandonner l’ impunité. Il faut que que tous les dirigeants du MNLA et de la CMA soient poursuivis par la justice. Il faut leur retirer tous les avantages accordés. C’ est seulement á ce prix que les frustrations vont s’ arrêter. Ce n’ est pas compliqué. C’ est seulement la volonté politique, le courage et la détermination qu’ il faut.

Comment se fait-il que IBK et le gouvenement ne parlent plus de justice et de poursuite contre les criminels du MNLA et de la CMA?

M. Diagayété

——————————————————————————————-

Hama Founé Diallo : Itinéraire d’un rebelle peulh (Adam Thiam)

Par Le Républicain

Hama Founé Diallo : Itinéraire d’un rebelle peulh

Samedi à la Maison des Aînés et sous le parrainage de l’Imam Mahmoud Dicko et de Me Harouna Toureh, président de la Plateforme, un groupe à rallier le processus de paix et de réconciliation en adhérant à la Plateforme est le groupe de Hama Founé Diallo.

Cinquantaine robuste, moustache fournie, regard caché derrière d’épaisses lunettes noires, cet homme qui ne dit rien aux ressortissants du Sud du Mali est une véritable légende dans le Delta Central du Niger, qui correspond à la zone inondée de la Région de Mopti. La légende se renforce à partir de fin 2014 quand l’homme prend le commandement d’un groupe de combattants locaux dominés par les Peulh. Mais Hama Founé était tout sauf inconnu au bataillon. Originaire de Sosoobe, il dirige les troupes de ce village du Cercle de Tenenkou dans la guerre contre le village voisin de Salsaalbe en1993. Cette guerre née d’un vieux litige foncier aura été particulièrement meurtrière avec une trentaine de morts, une cinquantaine de blessés et un profond traumatisme.

Bien avant ce sanglant conflit, Founé comme il est appelé partout dans sa région, a combattu au Liberia à la fin des années 1970 avec les troupes de Charles Taylor. C’est d’ailleurs au Liberia qu’il rencontrera son ex épouse américaine qui lui donnera deux enfants vivant aujourd’hui aux Etats-Unis plus de Macdo que de lait caillé. Retour dans le Delta au début des années 1980: il se fera une réputation contrastée. Pour certains il devient une sorte de Zorro toujours du côté des plus faibles. Pour d’autres, il est occasionnellement un des Terreurs locaux, ces voleurs de bétail qui obsèdent les éleveurs.

Identitaire mais pas jihadiste ?

En 1994, à la faveur de la rébellion du Nord, il se retrouve – avec la bénédiction de l’Etat comme il s’est dit?- à la tête d’une milice d’autodéfense peulh contre les éventuelles exactions des insurgés. Il prend alors du galon. Son aura aussi. C’est souvent qu’il invitera la communauté peulh à se mobiliser et à s’unir pour mieux se défendre en particulier contre les abus de l’administration. Car la Région de Mopti, c’est connu, était le royaume de l’impunité et l’eldorado offshore des fonctionnaires: juges, gendarmes, eaux et forêts notamment. Il n’y a pas d’autre solution pour les Peulh, lui prête-t-on de dire à maintes occasions, “que de prendre les armes comme les Touaregs pour se faire respecter”.

Est-ce pour la fascination des armes qu’il rejoindra le Mnla vers Nampala en 2012? Le dernier charnier de militants de ce mouvement qui ont massacré des Peuls en 2013 passe pour l’avoir choqué au plus haut point. Il est vrai qu’au même moment la libération du pays par les troupes Franco maliennes avait commencé et que Founé ne peut pas ignorer la donne. Toujours est-il que de fin 2014 à son ralliement au processus de paix en février dernier, et ce grâce à l’entremise de certains de ses proches, les bons offices des députés de la Région de Mopti, la bénédiction du gouvernement et la facilitation du Général Ismaila Cissé, Il a surtout sévi dans le Delta, avec sa centaine d’hommes.

Contrairement aux hommes de Hamadoun Kouffa, il n’a jamais, lui, revendiqué ses forfaits. Mais sa légende l’a dépassé et il est devenu la terreur noire de l’administration qui a préféré déserter le Delta. Une centaine d’écoles fermées, des préfectures vides, des mairies abandonnées, des postes de sécurité “repliés”, des chefs de villages réfugiés à Bamako. Bref une psychose qui amalgame les actions jihadistes du fantomatique Kouffa et les frappes politiques de la bande à Founé. La frontière est évidemment mince et on le sait les vases du Sahel communiquent. Mais la confusion est peut être terminée car Hama Foune Diallo l’a juré samedi: il dépose les armes et adhère au fragile processus de paix en cours.

Adam Thiam

————————————————————————-

Commentaire de:

wawataake (en Peul: l’ invincible) sur malijet

Mr Hama Foune Diallo, présenté ici comme un des chefs militaires de ce mouvement (MDP) qui n’a jamais existé est natif de Sossobe (cercle de Tenenkou) connu dans sa zone comme un voleur de bétail sans pareil, recherche par les populations.

En 2012, il rejoint le MNLA comme combattant avant de se retrouver à Mberra en Mauritanie dans un camp de refugies suite à l’intervention Française. Il faisait partie des renforts du MNLA qui ont rejoint Kidal suite à la visite de Mara et aurait personnellement contribue à la déroute de l’armée malienne a Kidal.

Le jeune Oumar Aljana qui vient de créer ce très alphabétique nouveau mouvement “ANSIPRJ” était lui aussi un ex-combattant du MNLA et ex-locataire du camp de Mberra. Je suis sûr que ces deux personnes se connaissent bien.

Au Mali les conflits sont devenus un fonds de commerce surtout pour des hommes politiques couches à Bamako et soucieux de se faire une place auprès du pouvoir, pour leurs intérêts personnel et immédiats.

————————————————————–

Voici un article revélateur:

Mali-Mauritanie : Encore un dissident malien chez Abdel Aziz

Par L’Aube

Mali-Mauritanie : Encore un dissident malien chez Abdel Aziz

Un autre article article semant la desinformation, les demi-vérités et la pagaile – en impliquant des personnages certainement très critiques vis-à-vis de ce développement:

http://malijet.com/a_la_une_du_mali/159219-processus_paix_mdp_adhere_plateforme.html


Mr Wane,

Apparrement, nous n’avions rien appris de ce que nous traversons actuellement. Des les premiers jours de sa creation, le MLNA fut rejete par tout le monde, y compris le COREN qui est suppose etre la mere parapluie qui couvrait tous les groupements et associations des ressortissants du Nord de notre pays. Malgre que les maliens aient eu a siffler dans toutes les trompettes et sur les tous les toits, que ces terroristes du MLNA ne soeint mandates par les nordistes, ils ont tenu mordicus a leurs ambitions racistes, esclavagistes et terroristes. pour finalement etre soutenus par tout le monde y compris ceux nous reclamons etre des amis du Mali. La suite et les consequences de notre negligeance ne sont cachees de personne.

Il serait tres dangereux de pretendre ne pas ecouter la souffrance et la frustrastion des victimes. Quand l’injustice et le desordre deviennent l’ordre dans tous les compartiments et dans toutes les couches de la societe, la violence s’impose. Et ces jeunes la ne feront pas exception a la regle

Soyons prudents.N’ecoutons pas ces associations qui sont tres souvent proches du pouvoir qu’aux populations juste pour la survie et le chercher a manger qu’aux populationscar; du coup tres souvent responsables de la souffrance et de la marginalisation de nos peuples. De plus, il n’est cache de personne que ces associations sont tres souvent les mains, les oreilles, et les yeux de nos gouvernements qui n’ operent que dans la division des au sein de nos populations.

Si le MLNA n’a pas attendu que la vaste majorite des nordistes souscrive a leurs ambitions de marcher sur des tombeaux pour leurs propres aspirations, rien ne me dit que ces jeunes auront le temps pour ces associations pour se defendre contre leurs predateurs.

A nous de choisir!

Sidy Danioko


Certes Sidy…mais il faut faire attention aux imposteurs. There is a lot of wolves in sheep clothing.

Amadou O. Wane


Discours de Mahamat Saleh ANNADIF aux Nations-Unis

Discours de Mahamat Saleh ANNADIF, RSSG au Mali et Chef de la MINUSMA, aux Membres du Conseil de sécurité

Le 16 juin 2016
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Je suis particulièrement honoré et heureux d’être parmi vous ce matin. Cette occasion survient 5 mois jour pour jour après ma prise de fonction à la tête de la MINUSMA le 15 janvier 2016. Elle intervient également 3 mois après votre mémorable visite au Mali du 4 au 5 Mars 2016 où vous avez eu l’occasion de visiter notamment Bamako, Mopti et Tombouctou.
C’est donc la première fois que je me présente devant vous pour la présentation du rapport du Secrétaire Général sur la situation au Mali. Je me réjouis de cette occasion qui m’est offerte et vous salue au noms des femmes et des hommes de la MINUSMA qui se dévouent jour et nuit et avec détermination pour s’acquitter de la mission que vous leur avez confiée à travers la résolution 2227 du 29 juin 2015. J’aimerais profiter de cette opportunité pour saluer la présence de la délégation de la République du Mali, conduite par le Premier Ministre, SEM Modibo KEITA et comprenant mon cher Ami Abdoulaye DIOP, le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine.

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,
Depuis votre visite de mars dernier au Mali, l’évolution de la situation demeure malheureusement toujours préoccupante. Plusieurs facteurs justifient cette préoccupation. En premier lieu, et comme souligné dans le rapport du Secrétaire général, un an après la signature de l’Accord de paix, force est de constater que ni les signataires, moins encore la médiation internationale, ne sont satisfaits du rythme d’exécution de sa mise en œuvre.Cette lenteur qui est difficilement compréhensible est en train de compromettre tout le processus, notamment la mise en place des patrouilles mixtes.

Alors que l’Accord est un tout, depuis un certain temps, le débat semble le réduire à la mise en place des Administrations intérimaires qui malheureusement tardent à s’opérationnaliser. A ce titre, nous nous félicitons du compromis auquel sont parvenues les parties maliennes il y a deux jours en marge de la neuvième session du Comité de Suivi de l’Accord. La MINUSMA reste pleinement engagée dans ce dossier. Elle fait constamment usage de ses bons offices et autres leviers en sa possession et est prête pour appuyer la mise en œuvre immédiate des autorités intérimaires.

Toutefois, il est évidement clair que c’est aux parties qu’incombe le devoir d’honorer leurs engagements. C’est à elles de faire de l’Accord de Paix et de Réconciliation une réalité. En deuxième lieu, et comme le dit le Secrétaire Général dans son rapport sous examen, la situation sécuritaire s’est notablement dégradée ces dernières semaines.

Certes, il est établi que la MINUSMA, depuis son déploiement en 2013, détient le triste palmarès de la Mission la plus meurtrière des missions des Nations Unies actuellement déployées. Mais ce qui s’est passé ces derniers temps est encore plus grave et doit nous interpeller. En effet, de février à mai 2016 (donc dans une période de 4 mois), 19 casques bleus ont été tués suite à des actions terroristes dont 12 pour le seul mois de mai. Si j’ajoute à cela 7 autres décédés pour d’autres causes (accidents, maladies…), nous atteignons le chiffre de 26. Et le total devient 27 en ajoutant un contractant des Nations Unies, tué aussi le 31 Mai. Les chiffres sont plus affligeants si on y ajoute les pertes de l’opération Barkhane et celles de Forces de Défense et de Sécurité Maliennes et les civils.

Comme j’ai souvent eu à le dire, il est difficile de se prêter à ce décompte macabre, et trop, c’est trop, c’est beaucoup trop. On ne peut continuer à accepter l’insupportable. Il est temps de s’engager dans une profonde introspection accompagnée par des mesures tangibles, car Il est indéniable que certaines pertes auraient pu être évitées si nos contingents étaient mieux formés, mieux équipés, particulièrement en véhicules blindés (APCs). Par ailleurs, l’attaque sur un convoi de la MINUSMA aux environs de Mopti le 29 mai, journée internationale des Casques bleus, illustre tragiquement que les menaces terroristes s’étendent de plus en plus vers le centre et le Sud du pays. Cette tendance est porteuse de germes de contagion et ne doit pas être banalisée.

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Depuis les récentes attaques, la MINUSMA a pris un certain nombre de mesures pour être plus proactive et afin de gagner en efficacité et en réactivité. Néanmoins dans ce contexte, je comprends que le scepticisme et la désillusion animent tous les esprits. Cependant, au regard de la situation de 2012, des signes d’espoir existent. Comme souligné dans le rapport du Secrétaire général, le Mali a enregistré des avancées dans le cadre du processus de paix, même si la cadence de la mise en œuvre de l’Accord souffre d’une lenteur qui aurait pu être épargnée. Parmi ces avancées j’en retiens trois :
Le premier est le respect du cessez-le-feu par toutes les parties maliennes signataires de l’Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali. Le dialogue continue toujours d’être l’instrument privilégié entre elles.

Le deuxième élément concerne la poursuite des efforts consentis par le Gouvernement malien dans la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel solide. A ce titre, le projet de décret du 18 mai 2016 portant création du Conseil national pour la RSS, sous l’autorité du Premier ministre est une avancée significative dans l’optique des forces armées et de sécurité reconstituées. A cela s’ajoute l’adoption des décrets établissant les Commissions DDR et Intégration et la loi sur les administrions intérimaires.

Enfin, en matière de cantonnement, près de 8 sites sont presque achevés. Ceci doit permettre de lancer le processus de DDR. Ce dernier inclut également deux autres dimensions capitales, indispensables au succès d’une telle opération : l’intégration des ex combattants et la gestion de l’extrémisme violent.
Ces éléments, parmi tant d’autres, constituent une base solide pour aller de l’avant. Il est absolument crucial de renforcer la confiance mutuelle entre les parties signataires, car c’est une dimension qui entrave largement la mise en œuvre de l’Accord.

La faiblesse de l’Etat dans le Nord et l’absence d’un contrôle effectif du terrain par les autres parties là où elles sont présentes ont cédé la place à une montée du terrorisme, du crime organisé, du banditisme et des tensions intercommunautaires, etc. Plus on accumule du retard dans la mise en œuvre de l’Accord et la prise en charge réelle de ces défis, plus l’on risque de voir le processus de paix se fragiliser davantage.

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Aussi, il serait souhaitable que le prochain mandat de la MINUSMA tienne compte des défis que je viens d’évoquer. Une posture renforcée de la MINUSMA s’impose.

Face à la détermination des ennemis de la paix et l’ampleur des récentes attaques meurtrières, les recommandations de la revue stratégique formulées dans le rapport vont dans le sens de cet objectif. A ce titre, il est nécessaire d’accroître les capacités à la fois de la Force et de la police en termes de personnel, d’équipements et de couverture aérienne. L’absence de ces capacités, pourtant sollicitées à maintes reprises, a cruellement fait défaut et entravé la Mission. Leur mise à disposition sauvera des vies.

Il faudrait, par ailleurs, davantage expliciter que le mandat de la Mission l’autorise à mener des opérations proactives et préventives pour s’acquitter de ses responsabilités en termes de protection des civils et de son personnel.

Cela étant dit, la MINUSMA seule ne peut résoudre l’ensemble des défis sécuritaires du Mali. Elle n’a d’ailleurs jamais été conçue pour accomplir une telle tâche et aucune mission de maintien de la paix ne pourra le faire. Seule une montée en puissance des Forces de Défense et Sécurité maliennes répondra à ces missions régaliennes, d’où l’appui sollicité en termes de soutien au forces maliennes. Le rétablissement de l’autorité de l’Etat en dépend.

Cette problématique doit toutefois s’inscrire dans une stratégie régionale, dans le cadre de laquelle les différentes initiatives— à l’instar du G-5, du processus de Nouakchott et de la CEDEAO—sont appelées à jouer un rôle plus proéminent. La présence de Barkhane renforce ces initiatives.

La situation au Mali affecte la région entière. Les récentes attaques en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso illustrent la fluidité des groupes terroristes et l’interdépendance des pays dans la lutte contre le terrorisme. Face à cette menace régionale, il nous faut nous employer à promouvoir une coordination plus efficace et s’inscrire davantage dans une logique de synergies et de mutualisation des ressources.

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Je ne saurais conclure sans vous confier que je demeure optimiste, même si mon optimisme est mesuré, voir prudent.

Il convient, en effet, de souligner qu’il n’y a pas d’alternative à la paix. Le statut quo actuel, de ni guerre, ni paix ne favorise que les ennemis de la paix. La présence d’une forte délégation conduite par le Premier Ministre nous conforte dans l’idée que le plus dur est derrière nous, même si nous ne devrons pas oublier que le temps est notre meilleur ennemi.
Il est clair aujourd’hui que les maliens dans leur ensemble, à commencer par les plus sceptiques, s’approprient de plus en plus de l’Accord. Il y a un an, les populations de Kidal manifestaient contre sa signature. Aujourd’hui les mêmes populations défilent dans les rues de Kidal, Gao et Tombouctou pour exiger sa mise en œuvre avec diligence.

De même, toutes les populations maliennes attendent avec impatience et beaucoup d’espoir le nouveau mandat que votre Conseil va assigner à la MINUSMA.
Je vous remercie de votre aimable attention.


La situation au Mali affecte la région entière. Les récentes attaques en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso illustrent la fluidité des groupes terroristes et l’interdépendance des pays dans la lutte contre le terrorisme. Face à cette menace régionale, il nous faut nous employer à promouvoir une coordination plus efficace et s’inscrire davantage dans une logique de synergies et de mutualisation des ressources_ Annadif.

le gouvernement n’a qu’a crier son mecontement comme ce fut le cas sur Tiebile.

Salutations meilleures

Ahamadou SAMBEL


Janjo au RSSG Mahamat pour avoir brisé la langue de bois onusienne
La balle est dans le cas des autorités maliennes et du Conseil de sécurité que Préside ce mois de juin la France, nos “ancêtres les gaulois ”

Yachim Maiga


“La faiblesse de l’Etat dans le Nord et l’absence d’un contrôle effectif du terrain par les autres parties là où elles sont présentes ont cédé la place à une montée du terrorisme, du crime organisé, du banditisme et des tensions intercommunautaires, etc.”__Mahamat Saleh ANNADIF

“Une posture renforcée de la MINUSMA s’impose.”__Mahamat Saleh ANNADIF

Amadou O. Wane


Bonsoir chers tous

Monsieur Anadif a dit ceci

” Il y a un an, les populations de Kidal manifestaient contre sa signature. Aujourd’hui les mêmes populations défilent dans les rues de Kidal, Gao et Tombouctou pour exiger sa mise en œuvre avec diligence”.

J’ai du raté des épisodes (probable avec mes déplacements multiples) : quelqu’un peut il me confirmer ou infirmer cette déclaration du RSSG NU (la phrase soulignée), s’agissant des populations de Gao et Tombouctou. À quelles dates ces populations de Gao et Tombouctou ont elle défilé dans les rues pour exiger la mise en œuvre de l’accord avec diligence ?

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Attaque de Forains à 45 km de Gao sur la Route de Bourem

Bonjour chers tous

Les attaques par des bandits armés dans ce que certains appellent le nord du Mali, se font de plus en plus nombreuses.

Plus cruelles les unes que les autres ; souvent pour les raisons de suprématie communautaire comme c’est le cas de Ndaki, Ntillit et Douentza (avec des spoliations, des violences faites à des citoyens, des humiliations, …) et quelques autres fois du banditisme pure comme c’est le cas de celui de la du 15 mai 2016 relaté ici par la radio de Bourem.

Des forains qui quittaient Gao pour Temera ont été spoliés de leurs biens par quatre bandits sur deux motos armés de deux fusils seulement.

L’attaque a eu lieu au même endroit que d’autres anciens entre Hamakouladji et Tondibi au niveau d’un pont.

Pour celles et ceux qui comprennent sonrai je remets le fichier mp3 de la radio.

Écoutez les réponses des deux forains à la question posée par l’animateur de la radio “Qu’attendez vous de la part du gouvernement?”.

Les réponse les de deux hommes sont celle là :

Réponse 1 de Habibou “On ne comprends plus rien. On nous a attendu que les choses s’améliorent. Mais au contraire ca s’empire de jour en jour. Chaque fois ceux sont des attaques avec spoliations. Tout le monde voit ca et on ne dit rien. Des moyens financiers considérables sont engagés dans cette affaire mais nous ne voyons pas ce que cela a apporté de mieux. Vraiment nous ne comprenons pas”.

Réponse 2 de Hammo ag Almo Agaissa “J’avais mon couteau à la ceinture et ils m’ont dit de laisser ca à terre. Je me suis exécuté et suis allé vers les hommes. … Qu’on nous donne des armes et que le gouvernement quitte entre nous”.

Réponse 3 de Amou Koulsoum, une dame : “Que l’état nous aide. Nous sommes fatigués, fatigués, fatigués. Fatigués des spoliations et des coupeurs de route. Il y a quelques jours c’était le cas entre Tachiga et un autre village; ceux sont des millions qui avaient été retirés aux forains. Nous sommes fatigués et avons peur. Nous sommes fatigués parce que si votre fils va à la recherche de l’argent pendant des années, à son retour on lui retire tout, vraiment c’est désolent. Et tout ca se passe alors qu’il y a un pouvoir, il y a des maires, il y a tout. Il y a quelques jours là c’est un Vehicule de transport de glace qui avait été razié. On a retiré 2 millions à quelqu’un. Nous sommes fatigués. Il faut au moins que le pouvoir songe à soulager matériellement les gens parce que nous sommes fatigués/pauvres. On n’a pas eu de repos encore …”

C. Maiga


Merci Chouaibou de nous informer de ces attaques. Le monde doit être pris à témoin de ce qui se passe.

Le jour où l’inévitable arrivera, personne ne pourra se dédouaner de ses responsabilités.

La réalité nous rattrapera tôt ou tard.

Amadou Wane


Compassion resp. Condoléances aux victimes !!!

En voici encore, notamment deux civils tués à Tombouctou dans la nuit de mercredi 15/06 à jeudi 16/06/ 2016 …

Je faisais la statistique (simple) de ces attaques contre la population civile, les FAMas, la MINUSMA et BARKHANE.

J’ ai été interrompu en cela du 04 mai au 14 juin par beaucoup de voyages.

Je dois dire en ce moment que je suis fatiqué/incapable de compter nos morts, plus de larmes pour les pleurer et plus de mots pour accuser les dirigeants du Mali, de la MINUSMA et de BARHKANE …

Pour le moment tous les crimes se confondent: attaques Jihadistes, attaques de bandits de droit communs, attaques du GATIA contre son frères GANDA IZO, conflits traditionnels qui dégénèrent en assassinats froids de voisins.

Toute cette criminalité croit dans l’ ombre de la rébellion insinuée par des groupes touarègues, groupes avec lesquels le gouvernement veut se réconcilier, sans perdre de mot ou de millions de francs FCFA en l’ endroit des victimes passées, présentes et futures.

Victimes futures, car rien ne dit que la rébellion ne recommencera pas la boucle bien connue de: rébellion – réinsertion (DDR) – rébellion … et retour à la case de départ. Même Problème, même solution, même Problème depuis les années 1990 et les différents présidents et gouvernements n’ arrivent pas à apprendre, ce que la société civile a déjà appris à son dépens.

Les troubles des rébellions devenant de rébellion en rébellion plus profonds, c’ est dire qu’ à la prochaine fois, le Mali n’ aura plus de chance de subsister, même pas sur le papier ou dans les résolutions de par ci par là, de celui-ci ou de celle-là. Que le bon Dieu nous en garde.

En tout cas le régime ne peut pas dire qu’ il n’ est pas prévenzu: l’ injustice et l’ impunité qui se sont errigées en constantes des solutions présumées, conduiront (si ce n’ est encore le cas) à des frustrations incontenables et celles-ci à des révoltes généralisées contre l’ État.

M. Diagayété


Je rends hommage a diagayete (je ne le connais pas) pour avoir sonne l’alerte plusieurs fois. Mais je riais sous cape (pardon pour le cynisme). Il prechait dans l’ocean. Je pense a la phrase de cesaire”une foule bavarde et muette”, c’est a dire loquace et volubile sur les futilites, mais muette sur son sort.
Les tueries emeuvent peu de gens, mais prets a bondir quand les interets ou postes ou positionnements sont menaces.

Diagayete je voulais reagir depuis mais je me suis abstenu pour voir les tendances. Sanssurprise, tout le monde silence radio.
Ce qui doit arrive va arriver. Puis ce seront les missions (perdiem) de sensibilisation, reconciliation…., pour les crimes sans criminels et les vivres a detourner.

Donc pour avoir la paix, il faut faire la guerre, sinon tu perdras l’un et l’autre.
Surtout n’allez pas me dire que diagayete n’a pas prevenu .
Je souhaite me tromper.
Que ce mois beni illumine le coeur de celui qui mal y pense

Amadou Sankaré


Ces attaques doivent connaitre une fin car nous nous connaissons entre nous là bas!
La force étrangère me semble celle qui complique nos solutions en partie!
Bien certain que la CNVR ne sert à rien et ne servira que ceux qui y sont! Quand l’État le saura? Sans justice il n’y aura jamais de réconciliation.

Faisons la justice et le pardon et la réconciliation est totale!

Dr BA


Attaque de Jihadistes à Sévaré

Les tirs sont intenses actuellement devant le camp de l’armée de l’air à Sévaré, ville située à une dizaine de kilomètres de Mopti. Les jihadistes ont lancé tôt ce matin une attaque contre la ville. Selon une source locale, toute l’armée est mobilisée pour faire face aux assaillants. La même source indique que certains jihadistes se sont infiltrés hier soir et ont passé la nuit à l’hôtel Débo.
Certainement que c’était pour bien étudier la cible et mener à bien leur opération lâche et barbare. Pour l’instant on ne saurait parler de bilan encore moins du courant jihadiste à l’origine de l’attaque, mais on sait que dans cette contrée opèrent les hommes d’un certain Amadou Kouffa.

A suivre

Abdoulaye Diakité

Source: Malijet


Des militaires de la fama têtes nues se battent sur le front sans même des casques de protection, pendant qu’on justifie dans le même pays l’achat d’avion présidentiel et d’autres dépenses de fonctionnement, tant pour le gouvernement que pour l’assemblée nationale. C’est aussi cela le disfonctionnement. S’ils l’ont et ne l’ont simplement pas porter ; c’est aussi un disfonctionnement.

Merci,

Soumaila Mariko


Les attaques de ces bandits ne sont pas surprenants, ce qui l’est c’est surtout la facilite avec laquelle les Maliens sont arrives a adopter le discours calculateurs qu’imposent les occidentaux sur le drame qui se deroule au nord du Mali. Ce discours justifie leur soutien a une frange des bandes de criminels narco-trafiquants qui ont prit notre pays en otage. L’adoption de ce discours marque le triomphe mediatique d’experts en mensonge. Je puis comprendre que le gouvernement du Mali, affaibli et deboussole, se sente oblige d’accepter ce jeu, mais il est inacceptable que nos journalistes et autres intellectuels n’arrivent pas a faire la part des choses. La distinctions “rebelles” et “Jihadhistes” n’est qu’une fabrication de l’ occident. Sur le terrain “blanc bonnet et bonnet blanc” sont le meme bonnet et cela malgre les idiosyncrasies qui semblent les distinguer les uns des autres. Ils sont “Rebelles” et “Jihadhites” aujourdhui pour qu’on puisse, d’un cote, enrichir et entrenir des criminels au frais de l’etat et de l’autre continuer a faire la chasse aux sorcieres au nom d’une “guerre globale contre le terrorisme.” Pourtant la complicite des deux larrons dans les crimes odieux commis a Aguelhoc, Gao, et Kidal n est meme plus un secret de polichinelle puisque n’etant point un secret du tout.

Amadou Niang


Tu as absolument raison Niang; même racailles.

Amadou Wane


Deux verres d’honneur du thé à la menthe sont à partager à égalité entre Soumaila Mariko et Amadou Niang pour n’avoir pas fui la vérité dans le débat et la dire telle qu’elle est. Le premier relève que les militaires de la Fama se sont battus aujourd’hui à Sévaré la tête nue sans casque de protection contre les assaillants alors que l’on justifie dans le même pays l’achat d’avion présidentiel et des fonds de souveraineté démentiels pour président de la république et de l’Assemblée. Le second estime que la distinction “rebelles” et “jihadhistes” n’est que fabrication de l’occident car sur le terrain c’est “blanc bonnet et bonnet blanc”. Ce bonnet distingue aujourd’hui “rebelles” et “jihadhistes” pour entretenir et enrichir des criminels aux frais de l’Etat et en même temps continuer à faire la chasse aux sorcières au nom d’une “guerre globale contre le terrorisme.” En réalité, la complicité des deux larrons se confirme dans les crimes odieux commis a Aguelhoc, Gao, et Kidal, voire Nampla, Gourma-Rharous et Sévaré. Ainsi donc se boit le thé à la menthe quand on se libère dans la vérité…

Diadié Alpha

Signer Alger N’amènera Pas la Paix

En l’espace de quelques jours voici la liste des attaques qu’il y a eu au Mali — certains revendiqués, d’autres pas. Si on pense que signer les papiers d’alger va ramener la paix alors il faut aussi croire que ceux avec qui on signe sont les vrais responsables de ces attaques — sinon, alors il faut qu’on s’assoie plutôt à la table des négociations avec les auteurs des attaques suivantes:

  • 06 avril 2015: Attaque de la foire hebdomadaire de Diafarabé; 1 mort
  • 05 avril 2015: 4 ou 5 roquettes sont tirées sur la ville de Gao; 1 mort et 3 blessés
  • 05 avril 2015: plusieurs roquettes sont tirées sur la ville de Kidal; aucune victime
  • 04 avril 2015: Attaque contre les locaux de la brigade territoriale de gendarmerie de Boni (cercle de Douentza); 2 morts, 1 blessé
  • 03 avril 2015: Explosion dans une maison du quartier Sirakoro Méguétana à Bamako; 1 mort et plusieurs blessés.
  • 02 avril 2015: Une bergère pose le pied sur une mine vers Ansongo; 1 mort
  • 01 avril 2015: Attaque à l’arme lourde contre le Camp de la MINUSMA et de Barkhane vers Ansongo; aucune victime.
  • 01 avril 2015: Attaque contre le camp militaire de Boulkéssi (frontière du Burkina Faso); 3 morts parmi les assaillants.
  • 30 mars 2015: Attaque d’un camion du CICR à une quarantaine de kilomètres d’Ansongo; un mort, un blessé; revendiqué par le MUJAO.
  • 23 mars 2015: une bombe explose au quartier château de Gao; un mort qui serait le poseur de bombes lui-même

Le gouvernement malien veut convaincre coute que coute qu’il faut signer seulement et la paix reviendra; non, au contraire ce document créera la source d’autres conflits.

______________
A. Karim Sylla


Karim, merci pour la liste !

Je suggererais à Amadou Wane de créer une autre table, semblable à “Où est IBK?” pour recencer ces attaques.

Karim a fait déjà des suggestions pour ce qui est des colomnes: Date, Lieu, Nature, Victimes, Revendiquation. Le nom de la table reste encore à trouver. Peut-être “Où en est la sécurité”.

Je pense que cette table serait une très bonne chose qui montrerait que nous ne suivons pas seulement les pas de IBK, mais que nous compatissons beaucoup avec la population qui souffre énormément de l’ insécurité.

Un autre Sujet!

Je, Karim, tu portes quand-même tort au Gouvernement et à ceux qui militent pour “l’ Accord” si tu dis qu’ ils pensent que “signer l’ accord et la paix reviendra”. Ça ce n’ est pa tou à fait correct: tout le monde y compris le Gouvernement sait et à exprimer qu’ Avec l’ accord, ce n’ est que le début du commencement du rétablissement de la paix et que le travail dur est à venir.

Voilà ce qui est de la correction. Toutes fois je suis d’ accord que l’ application de l’ accord sera une source de beaucoup de conflits. Rien que l’ interprétation de certains passages et a mise en pratique vraiment réelle du désarmement des rébelles et de leurs alliés.

C’ est possible que ces conflits escalent jusqu’ à l’ éclatement de violences. Seulement il ne faut pas que le Gouvernement se laisse lier les mains par “des accords” qui ne profitent qu’ aux groupscules armés sans aucun scrupule comme on l’a vu après ces accords de cessez-le-feu. Il faut que le désarmement des fauteurs de guerre (MNLA et HCUA) aient concrètement lieu. Le Gouvernement ne doit avoir aucun scrupule de soutenir ouvertement la Plateforme, même dans ses combats éventuels contre le MNLA et le HCUA.

Bien cordialement

M. Diagayété


En fait il y a plusieurs conflits au Mali aujourd’hui; celui qui tue le plus n’est pas celui que le document d’Alger se propose de régler. Deuxièmement, l’argument qu’il faut procéder au pas-à-pas (on règle celui-ci d’abord pour pouvoir attaquer les autres) ne tient pas la route. L’accord d’Alger est truffé de pièges et c’est bien pour ça que la CMA veut des ajouts et de précisions. Même sur la question des “30%” on a déjà 2 explications: côté “pro-signature” on nous dit que ce n’est pas un transfert de resources budgétaires mais que même un projet basé à Bamako mais dont le but est de “développer” le nord pourrait faire partie des 30%. Est-ce que cela n’est pas de nature à envenimer les choses le lendemain de la signature? Ou encore l’intégration des combattants rebelles dans l’AMA; on se dirige effectivement vers la création de 2 armées dont une est incontrôlée.

On dirait qu’on veut signer pour faire plaisir aux autres.

______________________
A. Karim Sylla


Oui, je suis d’ accord avec toutes ces critiques. Je les ai faites aussi.

Le problème est que c’ est insuffisant de dire “je suis contre”. Il faut des propositions concrètes car il faut sortir de cette crise prioritaire parmi les priorités. L’ entame d’ une dortie globale passe par un accord, mais si il y aura des problèmes à l’ appliquer. Il faut aller pas à pas comme tu le dis. Il faut quand-même poser un premier pas. Les populations qui souffrent le plus – en perdant leurs proches – ne peuvent pas attendre que le tout soit parfait ….

Pour ce qui est concrètement des 30% j’ avais répond aux critiques sur ça dont la tienne. Malheureusement tu n’ avais pas réagit à ma critique, suivie de Proposition. J’ avais donné l’ exemple/le concept appliqué en Allemagne dont la Namibie et l’ Afrique du Sud s’ inspirent. Le voila grosso modo:

– impôts et taxes dédiées uniquement à l’ État central, ou aux régions ou aux communes;

– impôts et taxes à partagér entre ces trois entités administratives;

– équilibrage financier entre les régions. Il y aura des régions qui verseront une partie de leurs récettes financières á la caisse centrale des régions et d’ autres régions qui recevront de cette caisse centrale des régions. En Allemagne, par exemple, constituée de 16 Etats fédérés, il n’ y a que 4 qui versent dans la caisse centrale des régions. Toutes les autres 12 reçoivent des subventions de cette caisse.

Ainsi les 30% qui sont aussi arbitraires que 10% ou 70% vont être remplacés par un concept solide, transparent et raisonné.

Bien cordialement

M. Diagayété


Je suis contre et la solution à mes yeux est de s’assoir à nouveau autour de la table et ne pas tenter de résoudre les problèmes du Nord mais les problèmes du Mali. Regardons partout où il y a des déficits et trouvons ensemble une méthode pour les combler de façon collective; on est ensemble ou on ne l’est pas.

Pour moi, laisser le gouvernement régler ce problème de la sorte ne conduira qu’à une solution approximative et locale, qui de plus nous explosera à la face ou bien au Nord (à nouveau) ou dans le reste du pays; la crise offre une opportunité: celle de remettre tout à plat et créer résolument un nouveau Mali; qu’il soit décentralisé, régionalisé, “autonomisé” ou “semi-independatisé” ce sera le choix des Maliens; on écrira une nouvelle constitution qui prendra en compte les aspirations de tout le monde et mettra le pays sur les rails.

Nous avons déjà fait cela en 1991-92; ayons le courage d’admettre que ça ne va pas et que le modèle actuel est à bout de souffle. S’il faut donner à chacun sa part de gâteau ou créer de nouveaux espaces, ce sera notre choix à nous dans un esprit démocratique.

L’accord d’Alger stipule qu’en cas de conflit d’interprétation, ce sera l’Algérie qui décidera de qui a raison ou tort; pas des juristes maliens, pas un parlement malien; mais des bureaucrates venus d’autres cieux qui décident à notre place, nous menant comme des bovins à l’abattoir de l’histoire.

Je disais tantôt que les actuels dirigeants du Mali n’ont aucune ambition pour le Mali; “case in point”, notre ex-PM dans lequel beaucoup d’entre nous avaient placé un espoir finalement au dessus de ses compétences; sur le rôle de l’Algérie comme décideur de conflits inter-maliens sa réponse (et je suppose celle de Koulouba aussi) a été de dire “faisons tout pour désormais être très proche des Algériens” (je paraphrase); il n’est même pas choqué par ce qu’il a dit.

Le Mali ne peut pas continuer avec son système actuel et espérer un changement radical; nous sommes à une jonction moins grave que celle que le Rwanda avait en 1994; ils ont opté pour le changement quelque soit ce qu’en pense les autres.

Mon ambition pour le Mali est qu’on ait le courage de changer aussi; pas effectuer des petites combines ici et là pour résoudre le problème du jour.

La raison pourquoi j’ai envoyé la liste des attentats des 10 derniers jours est pour qu’on se rappelle que ce pays est entrain de tomber de façon précipitée; tout le monde est entrain de créer des milices avec parents, amis et connaissances; pendant qu’un président et son PM se propose de violer impunément les lois de la république.

Malobbo, j’ai été un peu long; mais mon opposition à Alger 5 n’est pas une opposition pour s’opposer; qu’on décide de donner même 90% du budget malien à la seule ville de Kidal ou qu’on transfert toutes les institutions de la république à Kayes m’importe peu tant que l’ensemble des Maliens se retrouve dans cette optique. Comme en 1992.

______________________
A. Karim Sylla


La CMA, la coalition des Chefs autoproclamés de la rébellion (cuvée
2011-2015) ne paraphe pas l’Accord d’Alger du 1ier Mars 2015 pour les
deux raisons principales suivantes :

1. les Coalisés de la « HONTE DES TOUAREGS ET DES MAURES MALIENS »,
n’ayant rien gagné dans cet accord, font preuve d’amertume de n’avoir
pu (ou su) amener la lutte pour la Libération de l’Azawad à son terme;

2. les Chefs autoproclamés de la rébellion (cuvée 2011-2015), ainsi
battus, tentent de tromper la vigilance de la médiation en arguant que
ceux qui les ont mandatés – les enfants et les femmes pris en otages
dans la seule ville-cimetière de Kidal – crient fort leur sentiment
d’être floués par ceux qui les ont instrumentalisés.

Il est à craindre que les hordes de combattants essaimés dans le
Sahara, ces mercenaires battus et débandés de la Libye post Kadhafi
(leur gourou), lâchés par leurs thuriféraires de la peu glorieuse CMA,
abandonneront la révolution azawadienne pour se mettre, immédiatement,
au service des terroristes jihadistes Aqmi/Anaçar-Eddine, Daech et
Boko-Haram qui les payeront bien en dollar et en euro au lieu que les
Ichoumars, ces bandits armés se fassent payer par des pillages pour
s’entretenir.

Sincèrement,

Mohamed AG HAMATY


Merci Mohamed, grand combattant republicain malien, par la plume et le sabre !
Je partage ce que tu dis ici “Il est à craindre que les hordes de combattants essaimés dans le
Sahara, ces mercenaires battus et débandés de la Libye post Kadhafi
(leur gourou), lâchés par leurs thuriféraires de la peu glorieuse CMA,
abandonneront la révolution azawadienne pour se mettre, immédiatement,
au service des terroristes jihadistes Aqmi/Anaçar-Eddine, Daech et
Boko-Haram qui les payeront bien en dollar et en euro au lieu que les
Ichoumars, ces bandits armés se fassent payer par des pillages pour
s’entretenir.”

C’est bien sur ce point que nos autorites doivent garder les yeux, au lieu de faire une course effreinee vers une signature. En courant derriere cette signature par les bandits, les autorites maliennes doivent se garder de leur faire d’autres promesses, car meme celles deja faites (les promesses) ne sont pas encore claires.

Enfin, je rejoins Karim Sylla et tous les autres pour dire que la simple signature d’Alger “n’amenera pas la paix”. We really have to “man up” ! Les jeunes de Gao, et de beaucoup d’autres regions du Mali (chapeau a eux !) ont deja compris cela.

J’attends aussi une plus grande agressivite de la diplomacie malienne dans ce sens. Il faut d’une part mettre plus de pression, sans autres promesses, pour amener ces ‘mercenaires’ a parapher/signer; tout en armant et equipant notre armee: There is no other way around.
La pression doit se faire constamment en mettant en exergue, mille et une fois s’il le faut, le risque evident d’affililiation de cette poignee de criminels a Daech, et aux Boko [Al(haram)] Shabab, etc.

Bonne soiree a tout le monde !

Talatou